Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 août 2011 7 14 /08 /août /2011 12:56

ViceLa petite collection des éditions du Sonneur - 31 pages.

 

Quatrième de couverture :

 

"Peu de vices sont plus difficiles à éradiquer que ceux qui sont généralement considérés comme des vertus, le premier d'entre eux est celui de la lecture".

Dans ce texte paru en 1903 dans une revue littéraire américaine, la romancière Edth Wharton (1862-1937) dénonce l'obligation sociale de la lecture, nuisible à la littérature et fatale à l'écrivain.

 

Mon avis :

 

Ce titre m'a tout de suite interpellé, puis que je suis une lectrice quasiment compulsive. En lisant ce court livre (un article de journal, en fait), je me suis retrouvée face à une thèse paradoxale, fortement stimulante. En effet, nous voulons promouvoir la lecture et nous sommes très heureux quand nous rencontrons quelqu'un qui lit. En quoi la lecture peut-elle donc être un vice ?

  

Edith Wharton distingue deux sortes de lecteur : le lecteur-né, et le lecteur mécanique. Pour moi, le terme "lecteur-né" m'a dérangé, car dans mon métier, je me heurte à des élèves pour lesquels l'apprentissage de la lecture a été difficile. Je rencontre des enfants encore en primaire qui déchiffrent couramment mais ne lisent pas (ils ne comprennent pas ce qu'ils lisent). Maintenant, ce terme s'explique aussi car le désir de lire n'a rien à voir avec les difficultés qui furent surmonter lors de l'apprentissage, ni même avec l'âge auquel l'apprentissage a eu lieu. Voilà pour l'analyse du terme. Qu'en est-il de ce lecteur-né ? J'ai envie de dire qu'il lit sans y penser, il trouve toujours un moyen, un temps pour satisfaire sa passion. Si un livre ne lui convient pas, il ne se sent pas obligé de le terminer. Surtout, chaque livre trouve une résonance en lui, le touchera personnellement - et son interprétation, le lien qu'il pourra faire avec ses autres lectures n'appartiendront qu'à lui.

 

Autre paradoxe : certains traits du lecteur mécanique pourraient être les nôtres, comme l'utilisation de marque-page ou le fait de se réserver un horaire précis pour lire. Je ne vous questionnerai pas sur vos pratiques personnelles, mais quand je reprends le travail, entre les copies, la préparation des cours, et les travaux ménagers, je me réserve une plage de lecture-détente le soir -sinon, je ne lirai que le week-end, ou le mercredi après-midi. Là s'arrête cependant la comparaison, car lire pour moi (et pour vous aussi je suppose) est un plaisir, pour le lecteur-mécanique, lire est une obligation sociale.

 

Ce portrait du lecteur-mécanique est étrangement actuel, bien que le contexte social ait changé en cent ans. Le lecteur mécanique lit tout, et surtout tous les livres à la mode, ceux qu'il faut absolument connaître pour briller socialement. Il a un avis sur chaque livre qu'il a lu, si ce n'est que cet avis n'est pas le sien, c'est un avis qu'il a entendu et qu'il a fait sien. Le danger se précise pour Edith Wharton, car qui dit lecteur mécanique, dit auteur mécanique, capable de satisfaire ses désirs. Pour vous, je ne sais pas, mais pour moi, j'ai quelques noms d'auteurs qui me viennent spontanément à l'esprit et qui satisfont pleinement leur lectorat. Parfois, heureusement, le bouche à oreille, le travail de libraires et de bibliothécaires passionnés, un livre peu connu émerge, mais c'est assez rare. La difficulté était encore plus grande en 1903 puisque les seuls critères pour le lecteur mécanique était la taille du livre (encore un argument d'actualité), le nombre de réédition et les critiques professionnels. Ils sont la dernière cible d'Edith Wharton puisqu'eux aussi commencent à céder à la facilité.

 

Au final, Le vice de la lecture est autant un plaidoyer pour une lecture active et enrichissante, qu'une critique contre l'appauvrissement de la production littéraire.  

 challenge-le-nez-dans-les-livres1

Repost 0
14 août 2011 7 14 /08 /août /2011 00:08

 Je ne dis plus "plus de challenges", ce qui me laisse toute latitude pour m'inscrire à un nouveau défi.

Voici donc celui de Mia. Il est tout nouveau, tout beau, et je vous le présente aujourd'hui (il est minuit).

Avatanges : son but est de nous aider à nous fixer des objectifs de lecture et à honorer nos challenges en cours. Autour du 20 de chaque mois, Mia va nous demander combien de livres nous espérons lire dans le mois. Juste le nombre, pas la peine d'indiquer les titres (note : pour ma part, je tiens un planning de lectures et je m'y tiens presque, sauf imprévu). Au début du mois suivant, nous écrirons un billet récapitulatif avec les lecture effectuées et le nombre de lectures prévues le mois suivant.  

 

Le logo, fait par Mia, est personnalisé avec le nombre de livres que nous prévoyons de lire. J'ai choisi douze, bien qu'en septembre 2010 je n'en ai lu que neuf.

 

hebergeur image

Il ne faut pas se tromper dans le compte des livres ! Un livre lu en plus, et c'est un point en moins.

exemple : j'ai prévu 12 livres, j'en lis en fait 13. Mon total de points est donc de 12-1 = 11.

Si un livre participe à un ou plusieurs challenges ou s'il participe à une LC, il rapporte un point supplémentaire.

exemple : je lis Les âmes vagabondes de Stephenie Meyer qui est inscrit aux challenges Partage-Lecture et La plume au féminin, je gagne un point.

Pas de compétition entre les participants :  le but est de conserver sa moyenne ou de se dépasser.

Inconvénient : il n'y en a pas, car si vous êtes perdu(es), Mia se chargera de compter les points. Si vous avez des questions ou si vous voulez vous inscrire aussi, rendez-vous sur son blog.



Repost 0
13 août 2011 6 13 /08 /août /2011 21:38

Livre-de-Noel.jpg

édition Babel : 107 pages.

 

Circonstance de lectures :

 

Ce livre marque ma huitième participation au Challenge des Nobel organisé par Mimi. J'ai profondément bousculé ma liste intiale et, après avoir lu Lettres en provenance de la nuit de Nelly Sachs et découvert la profonde amitié qui a uni les deux femmes, je ne pouvais pas poursuivre ce challenge sans lire un ouvrage de cette écrivain. Mes recherches en librairie m'ont permis de trouver Le livre de Noël.

 

Mon avis :

 

Ceux qui chercheraient dans ce livre un témoignage sur Noël en Scandinavie seront peut-être un peu déçus. Mis à part dans le texte initial, qui donne son titre au livre, les traditions sont peu racontés. Je retiendrai surtout le repas, pris en famille, la distribution des cadeaux, et la dégustation du traditionnel riz au lait.

 

Ce recueil offre huit courts récits. Je résiste à la tentation de les qualifier de contes, car si le merveilleux est présent dans chacun de ces textes (à l'exception du Livre de Noël, qui donne son titre à ce recueil), il est avant tout un merveilleux chrétien (si l'alliance de ces deux termes est possible). Deux titres sont emblématiques à cet égard : Légende de la fête de la Sainte-Luce (le plus long du recueil) et A Nazareth. Ce dernier récit invente un épisode de l'enfance de Jésus, qui le confronte (déjà) à Judas et montre l'ambivalence des sentiments éprouvés par le futur disciple.


La Légende pourrait se résumer en une phrase : grâce à sa piété, Lucia obtient le soutien de sa sainte Patronne et déjoue les pièges de sa méchante tante (un vrai personnage de conte de fée). Ce n'est pas si simple, cependant, car le conte, qui fait penser à la seconde partie (méconnnue) de la Belle au bois dormant, montre que, si la jeune épouse, belle-mère attentive de huit enfants, a dépensé une partie de la fortune de son mari pour venir en aide à des réfugiés et a encouru la colère de son mari, celui-ci est le premier fautif. Il a préféré les honneurs de la cour à son foyer, fermant les yeux sur l'avarice de la terrible Dame Rangela, et oubliant les devoirs qu'il avait envers les siens. J'utilise ce terme au sens large : non seulement il a négligé sa jeune épouse et ses enfants, mais aussi ses fidèles amis, secourus par Lucia en son absence.


Le rouge-gorge s'apparente aux récits de la création du monde, si ce n'est qu'il ne se réferre pas seulement à la genèse, mais au Nouveau Testament.


Le crâne est le récit que j'ai le moins aimé, non à cause du caractère morbide du sujet (un fossoyeur invite un crâne fraîchement déterré à reveillonner, puisque personne n'a accepté son invitation), ni des commentaires pesants du narrateur omniscient, mais dans le dénouement, à la fois miraculeux et moralisateur.

 

Le dernier récit La Nuit du nouvel an des Animaux, m'a semblé emblématique de la religiosité du recueil. Il raconte une légende suédoise mais montre le triomphe de la religion chrétienne sur celle-ci. J'ai beaucoup aimé le personnage du prêtre, qui prend fait et cause pour sauver son fidèle cheval.

 

 

 

Challenge Nobel

Repost 0
12 août 2011 5 12 /08 /août /2011 21:30

Le_vieux_fou_de_dessin.jpgédition Folio Junior - 92 pages.

 

Mon résumé :

 

Japon, XIXe siècle. Un jeune garçon nommé Tojiro renonctre  Katsushika Hokusai, autrement dit le vieux fou de dessin, maître des estampes et inventeur du Manga. Il devient son apprenti.

 

Mon avis :

 

Ce roman m'a plongé, le temps de sa lecture, dans l'atelier du vieux maître, en compagnie de Tojiro. Bien que nous soyons baignés dans une autre culture, la narration est particulièrement fluide et apaisante. Hokusai est passionné, et donc passionnant. Tojiro, cet enfant des rues auquel il apprend à lire et à écrire, devient le récepteur particulier de ses souvenirs et de son art. Hokusai ne lui transmet pas seulement son art, mais aussi une véritable vocation.

Livre complet, le vieux fou de dessin est illustré par son auteur.  Cet ouvrage est un ravissement. challengeabccritiques1

Repost 0
12 août 2011 5 12 /08 /août /2011 15:15

concours star

 

La deuxième édition touche quasiment à sa fin, voici déjà le quatrième bilan.

Mes insomnies ne se sont pas améliorées, et surtout, j'ai voulu avancer dans mes "lectures de vacances imposées", m'écartant ainsi des lectures prévues initialement.

 

J'ai lu cette semaine :

Le fond de l'enfer d'Ian Rankin , un roman policier écossais très prenant.

Lettres en provenance de la nuit de Nelly Sachs

Sula de Toni Morrison , deux livres pour le challenge des Nobel.

La chanteuse russe de Leif Davidsen , un livre pour le challenge Scandinavie noire.

Le crime est notre affaire d'Agatha Christie

Drame en trois actes d'Agatha Christie, trois autres romans policiers.

Quand la révolte gronde d'Anne Lecap

Comment je suis devenue flic d'Anne et Marine Rambach

Petites histoires de quartiers de Julia Billet

Onze de Xavier Deutsch

ou mes fameuses lectures jeunesses imposées, soit un total de dix livres.  

 

 

Fondlettre-en-provenance-d-elnuit-10 Sulachanteuse russeCrimedramequand-la-revolte-grondebook cover comment je suis devenue flic 126862 250 400Quartiers Onze

 

Repost 0
11 août 2011 4 11 /08 /août /2011 22:56

Onzeéditions Mijade - 142 pages

 

L'intrigue :

 

1983. Demi-finale de la coupe d'Europe. Eendracht Winterveld contre l'AC Milan. L'entraîneur flamand effectue un choix stratégique : onze hommes sur le terrain. Aucun remplaçant. Le pari est insensé.

 

Mon avis :

 

J'ai eu un gros problème avec ce livre, qu'il a bien fallu que je surmonte : je ne connais rien au football. J'ai même envie d'ajouter, en mode stroumpf grognon : "moi, je n'aime pas le football". Mais j'ai bien aimé ce livre qui, heureusement, ne parle pas que de football. L'équipe du Eendracht Winterveld n'est pas une équipe professionnelle, ce qui signifie que chaque joueur a un travail et ne peut se consacrer toute la journée au sport. Chacun a une famille, des soucis (la femme de l'un des joueurs est hospitalisé), voir de gros empêchements (l'un des joueurs a une permission d'entraînement pendant son séjour en prison).

 

Onze parle d'un temps où le football était encore un sport, et non une affaire d'argent et de marketing et où l'équipe prime sur l'individuel. Monsieur Rouillon, l'entraîneur flamand, a la chance d'avoir une équipe et s'il ne ménage pas les susceptibilités de ses joueurs, c'est tout simplement parce que ses joueurs ne sont pas susceptibles et savent que ses décisions sont mûries et justifiées.

 

Onze est l'histoire d'une ville qui, au cours d'un match, apporte tout son soutien à ses joueurs, que ce soit sur le stade ou derrière son écran de télévision : les spectateurs sont presque aussi concentrés que les joueurs, à plus forte raison s'ils ont un fils, un frère, un amoureux ou un mari sur le terrain. Onze est l'histoire d'une journée extraodrinaire, mise en valeur par la sobriété de la narration et l'économie d'effets.

 

Je mets rarement des citations, pourtant je trouve que les deux extraits suivants donnent une idée précise du ton du livre et du style employé :

 

- "Le Flamand est un être simple. Il a les pieds dans la glèbe et les oreilles dans les étoiles", p. 35.

- "Le Flamand est un saule : il tient à sa rive de ruisseau, il ne voyage pas, il boit ce qu'il faut, et la plaine est si plate qu'il reçoit dans la tête chaque jour tous les vents de l'Europe du Nord-Ouest
Un terrain de football, à ses yeux, n'est rien de moins qu'un demi-hectare de sol flamand : les Français ne l 'ont pas eu, les Espagnols ne l'ont pas eu, les Hollandais ne l'ont pas eu. Il va falloir que les Milanais viennent le chercher", p. 36 

 

Pour vous faire partager vraiment ma lecture, j'ajoute à ce billet cette musique, qui m'a trotté dans la tête à chaque fois que je reprenais la lecture de ce livre :

 

 

 

 

 

Repost 0
11 août 2011 4 11 /08 /août /2011 11:50

J'ai souvent l'occasion de dire : au point où j'en suis, un challenge de plus ne change rien à ma situation. Je profite donc de cette journée pour dresser un bilan du nombre de mes challenges en cours et de leur avancement. Je vous les présente par ordre d'inscription.

 

 

Challenge Thriller organisé par Cynthia : 0/8

 

Challenge Fritissime organisé par Schlabaya : il dure tout le mois d'octobre. J'ai prévu deux lectures.

 

Challenge 1 % littéraire organisé par Herissson : 0 livre lu /7.

 

LeblancChallenge Maurice Leblanc

 

Aucun livre lu, mais il n'a débuté que depuis douze jours et il est illimité dans le temps.

 

 

 

 

 

hermine2Challenge Tro Breizh  organisé par Pascale : Aucun livre lu, mais je n'en ai qu'un à lire, donc rien ne presse.

 

 

 

 

challenge-le-nez-dans-les-livres1Challenge le nez dans les livres organisé par Georges  : un livre lu sur deux, le deuxième est en cours. Je songe fortement à changer de catégorie.

 

 

 

 

 

Logo SharonChallenge animaux du monde : trois livres lus sur huit.

 

 

 

LA PLU~1Challenge la plume au féminin organisé par Opaline : 

Je devais lire quatre livres, j'en ai lu huit : défi réussi.

 

 

 Un-mot-des-titres

 Challenge un mot des titres organisé par Calypso.

J'ai participé à la première cession avec Bleu de Rose de Marie Chartes . Je suis inscrite à la prochaine cession, autour du mot "soleil".

 

 

 

Kiltissime 1Challenge Kiltissime

 

Il est organisé par Cryssilda et Lou et dure jusqu'au 31 août.

 J'ai lu quatre livres à ce jour, et vu un film.

 

 

Marie-antoinette-copie-1Challenge "Vie de château" organisé par Cécile, Pimpi et Mademoiselle Pointillés.

J'ai fait le plus dur : regarder les deux films.

J'ai lu deux livres : Avalon High et La princesse de Montpensier, suivie de La comtesse de Tende de Madame de La Fayette

 

 

 

 

challenge-Des-notes-et-des-mots-2Challenge des notes et des mots organisé par Anne (des mots et des notes)

Si je compte les billets rétroactifs, j'en suis à quinze participations, et deux disques. Défi réussi.

 

 

 

 

 

11966610Challenge Partage-Lecture  organisé par le forum Partage-Lecture  : deux livres lus sur 5.

 

 

 

Défi Au fil des lignes (sur le forum du même nom) : j'ai terminé le petit défi (5/5) et j'ai lu six livres pour le grand (6/10). J'ai encore quatre mois pour le terminer.

 

Challenge livre interChallenge du prix France Inter : il est organisé par Zazy. J'ai lu un livre sur trois.

 

 

 

 

 

Challenge Fairy Tales organisé par Whoopsy Faisy : un livre lu sur trois.

 

RomeDéfi "Au coeur de la Rome Antique" organisé par Soukee : deux livres lus seulement. J'espère en lire plus.

 

 

 

 

Challenge-irlandaisChallenge de littérature irlandaise : j'ai lu deux romans et une pièce de théâtre. Je compte lire encore un roman policier et un roman de littérature jeunesse.

 

 

 

 

dc3a9fi-scandinavie-blancheDéfi Scandinavie noire et blanche organisé par Prune : le défi scandinavie noire est terminé, j'ai lu douze livres (il en fautdc3a9fi-scandinavie-noire neuf) en respectant toutes les catégories. J'ai changé de catégorie pour la scandinavie blanche, et je n'ai plus qu'un livre à lire pour l'honorer soit 6/7.

 

 

 

 

Femmes-du-monde3-jpgChallenge Femmes du monde - Littérature au féminin organisé par Anis : j'ai lu 5 livres, il ne me manque que l'Océanie pour terminer le challenge.

 

 

 

 

 

 

Challenge-anglaisChallenge God save the livre organisé par Antoni : 29 livres lus, dont deux en anglais. Je suis donc une Queen Mum qui aime les Beatles. Défi réussi !

 

 

 

Challenge youg adultChallenge jeunesse organisé par le forum Whoopsy Daisy : ce fut longtemps (jusqu'à fin juin), la Bérézina. J'en suis à onze livres lus (il en faut dix). Ce challenge est donc enfin réussi .

 

 

 

 

 

 

IndeChallenge Inde en fêtes organisé par HIlde et Soukee : deux livres lus sur cinq. Je pensais en lire un autre pendant les vacances, mais mes lectures imposées ne me l'ont pas permis.

 

 

 

 

 

 

Imogène le 25 mars 2007Mon défi personnel : il est remporté. Je voulais lire les romans policiers de douze pays différents, je l'ai fait comme le prouve la liste ci-dessous, je continue pour le plaisir.

l'Algérie : Morituri de Yasmina Khadra

Double blanc de Yasmina Khadra

le Mexique : Reves de frontières de Paco Ignacio Taïbo II

l'Inde : Saveurs assassines de Kalpana Sawminathan

La chanson du jardinier de Kalpana Swaminathan

l'Italie : Les ailes du sphinx d'Andrea Camilleri

La voix du violon d'Andrea Camilleri

l'Islande : La femme en vert d'Arnaldur Indridason

La cité des jarres d'Arnaldur Indridason

Le cadavre dans la voiture rouge

Le temps de la sorcière d'Arni Thorarinsson

La voix d'Arnaldur Indridason 

Le septième fils d'Arni Thorarisson 

L'homme du lac d'Arnaldur Indridason  

Hiver arctique d'Arnaldur Indridason  

l'Irlande : Les lieux infidèles de Tana French

les Pays-Bas : Losers-nés d'Elvin Post

L'Ecosse : Semaine celtique 4 : 4 garçons dans la nuit de Val McDermid

Sous les mains sanglantes de Val McDermid

Mma Ramotswe détective d'Alexander McCall Smith

Cuba : Mort d'un chinois à la Havane

La Finlande : Un coeur de cuivre de Leena Lehtolainen

Le Japon : La librairie Tanabe de Miyuki Miyabe

Le Danemark : La chanteuse russe de Leif Davidsen

La Suède : L'homme qui partit en fumée de Maj Sjöwall et Per Wahlöö

La Norvège : Madame la présidente d'Anne Holt

 

 

challange-agatha-christieChallenge Agatha Christie  organisé par George : dix huit romans lus.  Défi réussi. 

 

 

 

 

 

Challenge NobelChallenge des Nobel 2011 organisé par Mimi : sept livres lus sur dix, le huitième est en cours.  

 

 

 

 

challengeabccritiques1Challenge ABC Babélio : 22 livres lus sur 26. Je pense que je vais lamentablement échouer, même si je suis près du but (il me reste les lettres J, R, Y et Z).

 

 

 

 

Je participe donc à 29 challenges, j'espère n'en avoir oublié aucun. 

Repost 0
10 août 2011 3 10 /08 /août /2011 20:51

drame.jpgédition France Loisirs - p. 311 à 555 (je n'ai pas réussi à trouver la couverture originale).

 

Mon résumé :

 

Sir Charles Cartwright donne une réception dans sa villa Nid de Corneilles. Le pasteur, Mr Babbington, meurt subitement pendant la réception. Mort naturelle, pense-t-on. Mais quand le docteur Strange meurt quelque temps plus tard dans les mêmes circonstances et que l'enquête conclut à un empoisonnement, des questions se posent : et si le pasteur avait été assassiné lui aussi ? Mais pourquoi ? Hercule Poirot veille.

 

Mon avis ;

 

Publié en 1935, ce roman est la dixième enquête d'Hercule Poirot. D'entrée de jeu, le détective m'a semblé un peu désabusé. il est à la retraite, il est riche, il parle anglais avec un fort accent, et même, dans cette oeuvre qui joue avec les codes du théâtre, il apparaît comme un second rôle. Hercule Poirot aurait-il des accès de modestie ? Il laisse même les rôles principaux à Sir Charles Cartwright, un comédien à la retraite, et à Hermione "Pomme" Lytton Gore, une jeune lady amoureuse du comédien. Grand seigneur, le petit détective belge veut que l'amour triomphe et grâce à lui, ce sera le cas. Je vous en ai trop dit ? Mais non : avez-vous déjà vu Hercule Poirot entraver une histoire d'amour sincère ? Et surtout : pensez-vous réellement qu'Hercule Poirot puisse devenir modeste ? Notre fameux détective belge joue un rôle, lui aussi, pour mieux duper le criminel.

 

Pas de capitaine Arthur Hastings dans ce Drame. Mr Sattlerthwaite, ami de Sir Charles, le remplace un peu, car il seconde efficacement Poirot dans son enquête, mais il n'est pas le narrateur de l'intrigue. Surtout, il est moins naïf qu'Hastings, même s'il ne parvient pas à avoir le dernier mot face à notre détective retraité (rappelons-le).

 

Trois actes, trois meurtres. Presque classique, dirions-nous. La police enquête mais elle reste dans les coulisses. Les trois détectives amateurs vont interroger tour à tour les sept suspects et (bien sûr) rapporter le résultat de ces entretiens à Hercule dont les petites cellules grises entrent en action. Le tueur a mis en scène chaque meurtre avec soin, Hercule entre en scène et fera bien mieux. Après ce tourbillon de rencontre et d'intrigue, le dénouement est à la fois sobre et stupéfiant. Jusqu'au bout, comme les autres protagonistes, je refusais d'y croire, tellement l'intrigue avait été habilement menée. Si ce roman est peu connu, je peux vous assurer qu'il mériterait de l'être davantage.

 

Ma vingt-neuvième participation au challenge God save the livre organisé par Antoni.Challenge-anglais

challange-agatha-christie 

Ma dix-huitième participation au Challenge Agatha Christie organisé par George.

 

 

Repost 0
9 août 2011 2 09 /08 /août /2011 11:04

Quartiers.jpgOcéan éditions - 197 pages.

 

Quatrième de couverture :

 

Dans ces Petits histoires de quartiers, on rencontre un adolescent qui rêve d'être journaliste et ne supporte plus qu'on lui demande ses origines, un autre qui se demande ce qu'il fera de sa vie alors qu'il fait tant de fautes d'orthographe, des filles qui ne peuvent pas sortir le soirt parce qu'elles sont des filles justement, des hommes et des femmes qui aimeraient vitre sans craindre le regard des autres, une petite fille qui voudrait se dépêcher de grandir pour échapper à l'ogre. Tous vivent dans leur quotidien une forme d'inégalité. Parce qu'ils ne sont pas dans cette "norme" qui voudrait gommer ce qui reind chacun de nous unique, ils se heurtent aux petites ou aux grandes injustices, aux violences ou au rejet. Dix-sept petites histoires, parfois drôles, parfois graves, qui viennent rythmer des bouts de vie de héros très ordinaires.

 

Mon avis :

 

Rédiger ce fameux "avis" revient à faire des choix. Je pourrais analyser chaque nouvelle une à une, distinguer celles dont le narrateur est omniscient, de celles dont la voix du narrateur s'élève pour nous conter son histoire ou celle d'un proche. Je ne le ferai pas, non par paresse, mais parce que le but de ce billet est de vous donner envie de découvrir ce recueil, non de vous le résumer.

Je vous dirai simplement que deux nouvelles sont très drôles, même si les sujets abordés ne le sont pas.

Je vous dirai que l'écriture (au sens le plus large du terme) est le centre de deux autres nouvelles et que les contes de fées se récrivent au présent. 

Je vous dirai qu'aucun thème n'effraie Julia Billet, et si "les inégalités" sont le fil conducteur de ce livre, elles prennent des visages très variées. Inégalités dues à la couleur de la peau, au sexe (les clichés sexistes ont la vie dure), à l'âge ou à la naissance. Inégalité entre les riches et les pauvres, exacerbés quand une des nouvelles s'apparente à la science-fiction.

Je vous dirai que tout n'est pas toujours bien qui finit bien.

Je vous dirai aussi que ce livre "de littérature jeunesse" plaira sans doute davantage aux adultes qu'aux adolescents - ce qui constitue sans doute sa faiblesse.

Je vous dirai que j'ai lu ce recueil d'une traite, et que je l'ai vraiment adoré.

Repost 0
9 août 2011 2 09 /08 /août /2011 09:27

Sula.jpgédition 10/18

 

Mon résumé :

 

Au coeur de l'Amérique profonde des années 20, Sula et Nel, deux petites filles noires,  deviennent amies. Leurs familles sont très différentes, leur vie le sera également.

 

Challenge Nobel

 

Mon avis :

 

J'ai eu du mal à rédiger cet avis, et l'une des premières raisons est l'influence des autres lectures que j'ai effectuées juste avant ou juste après. Je reproche à certains livres de contenir trop de thèmes, trop de pistes narratives, et de ne pas avoir su les exploiter.

Rien de comparable dans l'oeuvre de Toni Morrison. Sula est un roman relativement bref, eu égard aux pavés que l'on rencontre régulièrement en librairie, pourtant il est extrêmement riche et par conséquent inclassable.

Femmes-du-monde3-jpgSula raconte quatre-vingt années de la vie au Fond, aujourd'hui (en 1965) banlieue de Médallion. En tête des chapitres est notée l'année pendant laquelle le récit s'est déroulé. S'il commence en 1919, il remonte pourtant bien plus loin dans le passé, en 1895 notamment, année où Boyboy, mari d'Eva, est parti en la laissant seule avec ses trois enfants.

Sula est avant tout un roman de femmes - et non un roman féminin. Les femmes, dans ce roman, se montrent fortes, déterminées, capables de surmonter tous les obstacles, alors que les hommes, à de rares exceptions près, abandonnent très vite leurs responsabilités, se lamentent sur leur sort au lieu d'agir - ou du moins, d'essayer. A leur décharge, leur impossibilité de trouver du travail valorisant, voir du travail tout court - un blanc, même chétif, sera toujours préféré. A la décharge de Shadrack et de Plum, la guerre qu'ils ont faite, loin de leur pays et qui leur a fait perdre la raison. 

Les superstitions et autres interprétations d'événements naturels prennent une grande place dans le récit, au point que, parfois, je me suis crue projetée dans un conte particulièrement cruel.

Je reviens aux femmes, et surtout aux deux familles qui se trouvent unies par l'amitié entre Sula et Nel. Sula, fille d'Hannah, petite-fille d'Eva. Nel, fille d'Hélène, petite-fille d'une prostituée créole. Nel est la réussite d'Hélène puisque, comme elle, elle s'est mariée, a eu des enfants, n'a jamais failli à ses devoirs. Sula semble être l'exacte opposée de Nel. Eva s'est démenée pour élever ses trois enfants. La violence marque sa lignée - et le feu, sans que j'ai ressenti dans cet élément les symboles qui lui sont associés. Sacrifice ? Peut-être. Purification ? Je n'y crois pas vraiment. Punition et folie ? Peut-être, encore une fois.

L'amitié qui unit Sula et Nel n'est pas plus facile à définir, tout comme il serait trop facile de poser un jugement manichéen sur leur comportement. Les notions de bien et de mal semblent leur être étrangères. La différence essentielle vient que Nel mène une existence conforme aux normes en vigueur et accepte d'avoir un destin ordinaire alors que Sula n'obéit qu'à ses propres exigences. Pourtant, Sula est le double de Nel, son indispensable complément, plus que ne l'a été son mari et si Nel continue seule son chemin, elle se rendra compte que la seule personne qui lui manque, la seule personne qui lui était indispensable est Sula.

Repost 0

Présentation

  • : le.blog.de.sharon.over-blog.com
  • le.blog.de.sharon.over-blog.com
  • : J'ai crée ce blog pour partager mes lectures. Mes goûts me portent plutôt vers le roman policier.
  • Contact

Parlons félins.

Nunzi aussi a son blog :

le  blog de Nunzi

485

Recherche

Challenges

Logo Sharon

Le Challenge animaux du monde  a débuté le 24 juillet2011. Pour vous inscrire et déposer vos billet, c'est ici .

Si vous cherchez des idées de lecture, vous en trouverez en cliquant

 

logo

  Le Challenge romans sous influences a débuté le 18 septembre. Pour vous inscrire et déposer vos billets, c'est ici .

N'oubliez pas la bibliographie

Leblanc

 

Arsène.

Pour le Challenge Maurice Leblanc , les inscriptions et le récapitulatif ont lieu ici .

 

moliere-1318954748

 

Le Challenge Molière est à durée illimitée lui aussi .

 

Lecture

Le Challenge Histoire de famille est à durée illimitée lui aussi. Venez déposer vos billets ici ou Là.

Jetez un coup d'oeil sur la bibliographie.

 

challenge Paris(1) Le Challenge Paris je t'aime est illimité dans le temps.

Mon profil Babelio

Mon profil sur Babelio.com

Hellocoton

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Sharon sur Hellocoton