Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juillet 2011 3 20 /07 /juillet /2011 15:44

lhomme-qui-partitédition 10/18 - 220 pages.

 

Mon résumé :

 

L'inspecteur Beck est heureux : après une affaire rondement mené, il va pouvoir partir en vacances avec sa femme et ses enfants, dans une villa tranquille. Las ! Il est contacté par son supérieur, le divisionnaire Hammar, au sujet d'une affaire importante. Un journaliste suédois est porté disparu en Hongrie depuis deux semaines. Il est le seul à pouvoir mener l'enquête à bien. Martin Beck reprend donc du service, en Suède, puis en Hongrie.

 

Mon avis :

 

Ce roman date de 1966, et est le deuxième d'une série de dix, mettant en scène l'inspecteur Martin Beck. Voilà pour l'aspect technique. Maintenant, j'ai été soulagée de découvrir un policier sans problème particulier. Il est marié, deux enfants, son mariage est relativement heureux, il ne boit pas outre mesure mais fume fréquemment : pas de soucis (nous sommes dans les années 60), mais je pense qu'il serait difficile, à une époque où le "politiquement correct" domine, d'écrire un récit où policiers et témoins fument en abondance.dc3a9fi-scandinavie-noire Son co-équipier est un jeune marié amoureux et désireux de fonder un foyer : pas de soucis de ce côté-là non plus.

 

Le début du roman est explosif. Tout de suite, nous sommes dans le vif du sujet, le quotidien d'une équipe d'enquêteur dans un pays paisible et tranquille, dans lequel un ami peut en frapper un autre à mort sans remords. L'enquête est rondement menée, puis le récit marque une courte pause, avec cet espoir de vacances qui s'évanouit, et Martin repart, non par obéissance à ses chefs, mais parce qu'au fond, son métier est sa passion. Que cache la disparition de ce journaliste admirable, dans un des pays du bloc de l'Est ? Les clichés, hérités des films et autres séries télévisées, viennent immédiatement à l'esprit, j'ai pensé à un enlèvement, un emprisonnement, voire pire si Alf Matsson avait mis la main sur une affaire brûlante. 

  

Le travail du policier nous est montré, lent, minutieux, d'autant plus difficile de Beck n'enquête pas officiellement. Il n'a que peu d'éléments, et ce peu d'éléments semble ne le mener nulle part. Il a cependant la chance de rencontrer son homologue hongrois, avec lequel il partage des points communs : lui aussi est marié, lui aussi mène une vie ordinaire et tranquille, lui aussi est intègre et efficace. Tous les deux vont aller au-delà des apparences (et au-delà des clichés) et montrer qui était réellement le vaillant journaliste disparu. De là à dire qu' un pays aussi tranquille que la Suède cache sans doute bien des choses sous sa tranquillité et sa prospérité, il y a un pas que les romanciers nous invitent à franchir. 

 

Ces derniers mois sont riches en belles découvertes, j'espère pouvoir approfondir rapidement ma connaissance de ces auteurs.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Cess 22/07/2011 18:46


Bon moi j'aime bien quand les personnages ne sont pas que "politiquement corrects" justement.
Et puis bon je suis sûre qu'avec tous les polars que tu lis tu vois plus d'inspecteurs qui fument que ceux qui ne fument pas, non ???


Sharon 22/07/2011 18:51



Justement, c'est ce qui les rend sympathique : est-il envisageable aujourd'hui de voir un policier partager une cigarette avec un témoin ? Je ne pense pas.


Pas vraiment, non : les policiers alcooliques ou tentant de ne plus être alcooliques sont infiniment plus nombreux que les fumeurs. J'excepte le commissaire Maigret, bien entendu.



Syl. 20/07/2011 21:14


Toujours chez les nordiques ? Au moins celui-ci n'est pas névrosé !


Sharon 21/07/2011 10:36



Toujours oui : plus qu'un et j'ai terminé le challenge Scandinavie noire !


J'ai appris que les personnages évoluaient dans cette série, au point que l'adjoint envisageait, dans le tome 9, de démissionner. Je n'y suis pas encore.



Luna 20/07/2011 19:54


Il a l'air vraiment très sympa, je note !
Merci d'être passée :)


Sharon 21/07/2011 11:30



Merci Luna.



Wax 20/07/2011 18:52


J'ai vu les premiers épisodes de la série inspirée des personnages de Sjöwall et Wahlöö (j'ai Roseanne mais pas encore lu donc je ne pouvais pas comparer ) et wow, rien à voir o_o !! On dirait que
le milieu policier est devenu plus 'sulfureux' avec le temps - mais peut-être que la société changeant... Ça aide -.


Sharon 21/07/2011 11:27



Je pense aussi que le milieu policier est devenu plus sulfureux à cause de l'évolution de la société. Dans ce volume, tout semble aller bien, alors que, quand j'ai lu les romans de Mankell ou de
Stieg Larsson, ce n'est pas vraiment le cas. Je pense aussi que l'évolution se verra au fur et à mesure des romans.  



Présentation

  • : le.blog.de.sharon.over-blog.com
  • le.blog.de.sharon.over-blog.com
  • : J'ai crée ce blog pour partager mes lectures. Mes goûts me portent plutôt vers le roman policier.
  • Contact

Parlons félins.

Nunzi aussi a son blog :

le  blog de Nunzi

485

Recherche

Challenges

Logo Sharon

Le Challenge animaux du monde  a débuté le 24 juillet2011. Pour vous inscrire et déposer vos billet, c'est ici .

Si vous cherchez des idées de lecture, vous en trouverez en cliquant

 

logo

  Le Challenge romans sous influences a débuté le 18 septembre. Pour vous inscrire et déposer vos billets, c'est ici .

N'oubliez pas la bibliographie

Leblanc

 

Arsène.

Pour le Challenge Maurice Leblanc , les inscriptions et le récapitulatif ont lieu ici .

 

moliere-1318954748

 

Le Challenge Molière est à durée illimitée lui aussi .

 

Lecture

Le Challenge Histoire de famille est à durée illimitée lui aussi. Venez déposer vos billets ici ou Là.

Jetez un coup d'oeil sur la bibliographie.

 

challenge Paris(1) Le Challenge Paris je t'aime est illimité dans le temps.

Mon profil Babelio

Mon profil sur Babelio.com

Hellocoton

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Sharon sur Hellocoton