Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 16:14

fils.jpgTitre : Le septième fils.

Auteur :Arni Thorarinsson.

Editeur :Métalié.

Nombre de pages : 351.

 

Quatrième de couverture :

 

Les soirées sont longues dans le port d'Isafjördur, la capitale des fjords de l'ouest de l'Islande, quand on est chargé de traquer le scoop par un rédacteur en chef avide de sensationnel et qu'on rêve de retrouver sa petite amie laissée à Reyjkavik. Et puis ont découvre que les bars des hôtels abritent des célébrités intéressantes, une séduisante vedette du football national et son copain d'enfance, qui le suit comme son ombre et profite de ses conquêtes, une chanteuse pop, qui a failli gagner le titre de Nouvelle Star, les groupies respectives de ces gens importants, et une petite troupe d'adolescents en révolte.

 

Des maisons brûlent, des tombes sont profanées, des touristes lituaniens sont volés et soupçonnés de trafic de drogue, des droits de pêche ont été bradés, tout s'emballe, tandis qu'à Reykjavik on retrouve le corps d'un homme politique, nouvel espoir de la gauche et ex-mari de la mère de la presque Nouvelle Star.

 

Einar, le correspondant du Journal du soir, malmené par la séduisante commissaire de police, mène l'enquête avec son air désabusé, sa nonchalance et une iroinie qui lui permettent d'apprivoiser les témoins et de porter un regard sans préjugés sur les événements.

 

challenge-du-1-litteraire-2010

 

Mon avis :

 

J'aime beaucoup cet auteur, et surtout le personnage d'Einar, cet enquêteur malgré lui rempli d'humour et fan de rock. L'enquête, comme dans les deux tomes précédents, prend la forme d'un journal de bord, déroualant les jours de la semaine, rythmé par les morceaux de musique préférés du journaliste. Je n'ai qu'une déception en poursuivant cette série : pourquoi les quatre premiers tomes n'ont-ils pas été traduits en français ? Je sais que je prends souvent les séries policières en cours de route, mais pour une fois, je n'y suis pour rien.

 

Bonne nouvelle : Einar a désormais une véritable vie amoureuse. Je peux même dire qu'elle est tumultueuse et que sa nouvelle petite amie est pour le moins passionnée. Mauvaise nouvelle : l'exil d'Einar s'aggrave. Non comptant d'être confiné dans le Nord, il a désormais le privilège d'écrire des articles sur l'Ouest du Nord.  Il n'a d'autres choix que d'accepter, surtout que la malchance est avec lui. Alors que tout est calme à Akureyri, les troubles augmentent à Isafjördur. Un incendie, d'abord, qui, heureusement, ne cause que des dégats matériels. C'est l'occasion d'évoquer le nombre record d'incendies non résolus en Islande, des incendies dans des endroits parfois très stratégiques. Avançons encore un peu plus et nous découvrons (encore) la situation économique désastreuse de certaines régions d'Islande. Le "découragement" et le "désespoir" règnent en maître, s'opposant ainsi aux magouilles des plus riches et aux initiatives peu nombreuses pour s'en sortir. Einar porte un regard à la fois lucide et ironique sur les politiciens, qui se gargarisent de leurs beaux discours sur le développement économique, et sur les jeunes qui "sont tellement pressés de s'en mettre plein les poches qu'ils n'ont même plus le temps de passer leurs diplômes".

 

Surviennent alors deux disparitions, puis une troisième et un vol de camping-car. Tout s'affole car deux des disparus sont des célébrités. Einar éprouve des difficultés : s'il a la chance de recueillir des confidences, il doit faire face à une commissaire de police dont la conscience professionnelle n'a d'égal que celle d'Einar, c'est à dire qu'elle ne livrera que le strict minimum à la presse, tandis qu'il cherche à obtenir le plus possible, avec des méthodes que lui-même trouve parfois discutables.

 

L'enquête peut paraître lente à se mettre en place, pour moi ce rythme me convient parfaitement. Par rapport au premier tome de la série, je trouve même que les péripéties sont plus nombreuses, les retournements de situation vraiment surprenants. Comme dans l'Oiseau de mauvais augure de Camilla Lackberg, Arni Thorarinsson parle avec subtilité de la télé-réalité, du désir d'être connu ou reconnu, et des dérives potentielles. Il évoque aussi, comme dans Le temps de la sorcière, les risques liées à la mondialisation, n'hésitant pas dans les deux cas à détourner les clichés pour offrir des péripéties inattendues et à placer son héros dans des situations à risque.

 

A la fin de ce tome, Einar se retrouve face à un choix. J'espère que le prochain tome de ses aventures (celui-ci date de 2008) paraîtra bientôt en France.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Anne 19/04/2011 13:24


Je ne connais pas vraiment cet auteur puisque je le connais de nom mais je n'ai encore rien lu de lui. Je me suis achetée "Le dresseur d'insectes", il n'y a pas longtemps car j'ai très envie de
faire connaissance avec cet écrivain donc je pense que si il me plait, je poursuivrais par "Le septième fils" qui me tente bien.


Sharon 21/04/2011 11:42



A vrai dire, j'ai découvert cet auteur par le plus grand des hasards (comme quoi, le hasard fait parfois bien les choses). J'ai eu tellement de mal à écrire son nom correctement que je me suis
lancée dans l'aventure de sa lecture (non, je n'en profiterai pas pour râler sur le fait que les quatre premiers tomes ne sont pas traduits en français).


Disons (sans trop dévoilé de l'intrigue) que plus les tomes avances, plus Einar paie de sa personne dans les enquêtes.



Syl. 18/04/2011 18:56


A vos souhaits !


Sharon 19/04/2011 10:53



Je devrais mettre comme sous-titre à mon blog : pour la promotion de la littérature policière islandaise.



Syl. 18/04/2011 09:12


Noté ! dès que je finis ma série avec l'autre inspecteur.


Sharon 18/04/2011 18:35



Les avis sont partagées sur cette série. Il y a ceux qui aiment (moi et Mimipinson) et ceux qui n'aiment pas parce que le ryhtme est trop lent (à tous ceux là, je conseille vivement Olafur Haukur
Simonarson ou Ake Edwardson).



strawberry 17/04/2011 18:20


Coucou Nina

je ne connais pas du tout cet auteur ni ce livre .

Bonne lecture ej termien Frank et Billy de Laurie Colwin .

Gros bisoux


Sharon 17/04/2011 19:47



Coucou Cyndy


J'ai eu tellement de mal à écrire son nom correctement, et à retenir les noms des personnages islandais que j'ai lu les trois livres de cet auteur (enfin, les trois parus en France, il en a écrit
sept).


Bonne lecture ! Je poursuis les éveilleurs de Pauline Alphen.


Gros bisous



Céline 17/04/2011 17:33


Je me suis renseignée à ma bibliothèque et ils ont des livres de cet auteur mais malheureusement je vais devoir attendre, car ils viennent d'être empruntés.


Sharon 17/04/2011 17:43



Tu as de la chance : cet auteur est parfaitement inconnu dans ma petite bibliothèque municipale (voire même de certains libraires).


Bonnes découvertes et bonne lecture !



Présentation

  • : le.blog.de.sharon.over-blog.com
  • le.blog.de.sharon.over-blog.com
  • : J'ai crée ce blog pour partager mes lectures. Mes goûts me portent plutôt vers le roman policier.
  • Contact

Parlons félins.

Nunzi aussi a son blog :

le  blog de Nunzi

485

Recherche

Challenges

Logo Sharon

Le Challenge animaux du monde  a débuté le 24 juillet2011. Pour vous inscrire et déposer vos billet, c'est ici .

Si vous cherchez des idées de lecture, vous en trouverez en cliquant

 

logo

  Le Challenge romans sous influences a débuté le 18 septembre. Pour vous inscrire et déposer vos billets, c'est ici .

N'oubliez pas la bibliographie

Leblanc

 

Arsène.

Pour le Challenge Maurice Leblanc , les inscriptions et le récapitulatif ont lieu ici .

 

moliere-1318954748

 

Le Challenge Molière est à durée illimitée lui aussi .

 

Lecture

Le Challenge Histoire de famille est à durée illimitée lui aussi. Venez déposer vos billets ici ou Là.

Jetez un coup d'oeil sur la bibliographie.

 

challenge Paris(1) Le Challenge Paris je t'aime est illimité dans le temps.

Mon profil Babelio

Mon profil sur Babelio.com

Hellocoton

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Sharon sur Hellocoton