Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 septembre 2011 5 30 /09 /septembre /2011 20:32

Voici venu le temps de dresser le bilan de ce mois de septembre et de mes lectures.

Mon objectif était de lire douze livres, j'en ai lu 17.

 

Logo Challenge

 

Le cheval soleil de Steinunn Sigurdardottir (challenge de Calypso, Défi Scandinavie blanche et La plume au féminin et Animaux du monde). 

La théorie du panda de Pascal Garnier (challenge Animaux du monde)

Prophétie : le maître du jeu de Mel Odom et Jordan Weisman

Electrico W d'Hervé Le Tellier

Le soleil et la mort d'Elise Fontenaille (challenge 1 %)

Hypothermie d'Arnaldur Indridason (LC et Défi Scandinavie noire).

Le libraire de Régis de Sà Moreira (challenge le nez dans les livres)

L'ombre de ce que nous avons été de Luis Sepulveda (partenariat Partage-Lecture).

Mauvaise graine d'Orianne Charpentier (dévoreurs de livres 4e)

Obsessions mortelles de Michael Weaver

Au bout de la nuit de Tess Gerritsen (challenge Thriller de Cynthia).

On a volé la belle étoile de Jean Failler (challenge Tro Breizh)

Le manoir écarlate de Jean Failler (Challenge Tro Breizh)

Notre guerre et notre vécu en Algérie de Jean-Yves Jaffres (partenariat).  

Rien ne s'oppose à la nuit de Delphine de Vigan  : le billet est programmé pour le 15 octobre pour le challenge de Calypso.

 

Logo au gré des envies

 


Pièges d'outre-tombe de Charlaine Harris

La revanche des Spellman de Lisa Lutz

Je trouve ce bilan inquiétant car je ne lis quasiment que des livres qui font partie d'un challenge.

 

Voici maintenant le temps de faire les comptes :

 

Livres lus : 17.

12-5 (marge d'erreur) = 7

Points bonus (livres lus dans le cadre de challenge ou de partenariat ou de LC) = 15.

Total : 22.

 

 

Le mois prochain, je compte lire 24 livres. Comme leur taille n'est pas précisée (heureusement), je privilégierai les livres courts.

 

mod_article5218943_33.jpg

 

Voici déjà les livres prévus dans mon planning :

 

 Le 1er octobre : La légende du cavalier sans tête.

 

Le 05 octobre : le fantôme de Canterville d'Oscar Wilde (relecture).

 

le 10 octobre 2011 : Le cercle des damnés de Laurell K Hamilton

  

le 15 octobre 2011Au bord de la tombe de Jeaniene Frost.

La ferme africaine de Karen Blixen

Les jeux de la nuit de Jim Harrisson

 

le 17 octobre 2011 : Mes sacrées tantes de Bulbul Sharma.

 

le 25 octobre 2011 : Ghostgirl de Tonya Hurley

 

le 31 octobre 2011 : Le crime d'Halloween d'Agatha Christie. 

 

Repost 0
30 septembre 2011 5 30 /09 /septembre /2011 17:00

XY240.jpg

édition du Palémon - 291 pages.

Mon résumé :

 

Le conférencier du "manoir écarlate" a été retrouvé assassiné. Son meurtre a été mis en scène de manière spectaculaire. Crime rituel ? Malédiction ? Vengeance ? Les pistes sont nombreuses et les preuves rares. Mary Lester enquête.

 

Mon avis :

 

Dans ce cinquième volume de ses enquêtes (je ne les lis pas dans l'ordre mais selon que je parviens à les trouver), Mary Lester se trouve plongée dans le milieu des écrivains et de la conservation du patrimoine, en l'occurence ce manoir sur lequel plane bien des légendes.

Ce milieu n'est pas très tendre, et l'organisatrice du festival, en plus de lutter contre les élements et un tueur mystérieux qui rôde, doit arbitrer une bataille d'égo pas piquée des hannetons et une gloire littéraire prompte à monter des coups médiatiques.

Mary Lester ne doit pas seulement enquêter, elle doit aussi s'imposer face à un gardien véritable maître du domaine, nostalgique d'un temps passé quasi-monarchique et d'autorités  qui jugent qu'elle n'a pas l'envergure nécessaire face aux célébrités littéraires qu'elle se doit de protéger.

Mary trouvera des appuis, heureusement. Elle découvrira aussi l'identité du coupable, et mettra à jour non une légende, mais un secret de famille qui nous renvoie à la guerre d'Indochine.

Je ne me lasse pas de ses enquêtes et je lirai sans doute un autre volume courant octobre.

 

hermine2

Deuxième livre lu dans le cadre du Challenge Tro Breizh

Repost 0
29 septembre 2011 4 29 /09 /septembre /2011 21:54

Belle-etoile.jpgéditions du Palémon - 271 pages.

 

Mon résumé  :

 

Après l'affaire des dogues de Saint-Malo, Mary Lester est en congé maladie. Seulement, la pression médiatique est telle qu'elle ne peut se reposer chez elle et trouve donc, au hasard de ses pérégrinations, le repos dans le petit port tranquille de Camaret-sur-Mer. Tranquille ? Pas tant que cela puisqu'on a déjà tenté de voler à plusieurs reprises le langoustier la Belle-Étoile. Mary Lester ne peut s'empêcher de mener l'enquête.

 

Mon avis :

 

Après une enquête éprouvante (Les dogues de Saint-Malo - lue il y a quelques années, je vous recommande chaudement cet opus), Mary Lester pense se reposer. Elle le pourrait bien sûr, si ce n'est que, dans ce petit port tranquille, trop de faits la hérissent, trop d'injustices la révoltent.

Le vol d'un bateau pourrait être une affaire banale, si ce n'est que le vol a été empêché à trois reprises et que le coupable a avoué les faits sans difficulté. L'enquête n'est pas allée plus loin, bien qu'il soit évident qu'un homme seul n'a pu manoeuvrer ainsi. Surtout, les ennuis de l'association qui a construit et pris en charge ce langoustier sont loin d'être terminés.


Que faire ? Rouvrir l'enquête ? Les preuves manquent ou disparaîtront opportunément. Les intérêts en jeu vont bien plus loin qu'un conflit local, la base des sous-marins nucléaires n'est pas loin, non plus qu'un centre d'entraînement militaire renommé. Les militaires font vivre le commerce hors de la période touristique, personne ne se risquerait à les contrarier - du moins, presque personne. Mary Lester ira fouiner là où il ne faut pas, et aura bien de la chance de ne pas revenir avec plus de blessures qu'elle n'en a déjà. Les résultats de ses recherches sont loin d'être politiquement correct, le dénouement non plus - j'espère juste que son supérieur s'en remettra.


hermine2

Premier livre lu dans le cadre du Challenge Tro Breizh

Repost 0
27 septembre 2011 2 27 /09 /septembre /2011 14:43

Revanche.jpg

édition Albin Michel - 426 pages

Mon résumé :

 

Isabelle Spellman et sa charmante famille de détectives privés sont de retour. Ne manquez pas leurs nouvelles aventures.

 

Mon avis :

 

Les livres que je lis actuellement sont soit particulièrement émouvants, et donc éprouvants à lire, soit inintéressants. Pour me remettre de ces lectures, j'ai relu La revanche des Spellman, dernier tome des aventures d'une famille de détective déjantée.

 

Si vous n'avez pas lu les deux opus précédents, pas de panique : les dossiers réunis en fin d'ouvrage brosse un portrait sans retouche des différentes protagonistes de l'histoire. Prenons Izzie, la narratrice. Comme tant d'autres personnages de la littérature, elle traverse une crise existentielle. Doit-elle ou non continuer son métier de détective privée, qu'elle exerce depuis l'âge de douze ans (non, je ne me trompe pas d'âge, et elle non plus) ? Pour répondre à cette question, rien de tel que la fréquentation des bars, en tant que barmaid, entendons-nous (il faut bien gagner sa vie) et des visites chez le psy pour... Pourquoi, au fait ? Ah, je ne vous ai pas prévenu ! Izzie est dans l'obligation de suivre une thérapie, c'était la thérapie ou la prison, et elle a choisi la thérapie (je ne lui donne pas tort).

 

Problème : elle n'est pas la seule de la famille à déraper. Que dire de son frère, dont la garde-robe et les habitudes ont considérablement évoluées depuis le dernier volume ? Que dire de sa soeur ? Qu'elle est ingérable ? Ce n'est pas nouveau, ce qui l'est, c'est que son meilleur ami policier ne peut plus la supporter - sans doute parce qu'elle fait tout pour le séparer de sa potentielle petite amie, avant de sympathiser franchement avec elle - c'est dire si la petite amie est bourrée de qualités pour avoir séduit l'intraitable Rae Spellman.

 

 Izzie n'est pas la seule de son entourage à déraper, et son vieil ami n'est pas franchement ravi de se voir privé de voitures (quel dommage qu'il ne puisse plus bosseler sa voiture en paix). Je ne vous dirai pas non plus que le naturel d'enquêtrice revient au galop chez Izzie, puisqu'il n'est jamais réellement parti. Là voici en train d'enquêter pour Ernie, un charmant mari, près à tout y compris à lire Cosmopolitan pour être le plus proche possible de la femme qu'il aime et qu'il a épousé cinq ans plus tôt. Seulement, Izzie découvre qu'elle n'est pas la seule à enquêter, elle découvre aussi que des individus suspects rôdent autour de son frère, qu'un mystérieux maître chanteur ne la laisse pas en paix et qu'il est bon, parfois d'utiliser les transports en commun juste pour se déplacer et non pour s'endormir dedans. Izzie se découvre aussi des qualités de conseillère conjugale, pour ne pas dire de marieuse, hors pair.

 

Vous l'aurez compris, ce volume est tout aussi drôle que les précédents, avec, parfois, une pincée d'émotions. Si vous avez aimé les deux premiers volumes, n'hésitez pas.

 

Repost 0
25 septembre 2011 7 25 /09 /septembre /2011 21:15

Je ne vous ai pas encore présenté ce challenge, auquel je suis pourtant inscrite depuis deux mois.

 

Le mois Fritissime durera du 1er au 31 octobre 2011 . Il organisé par Schlabaya. Il met en valeur les dix-sept provinces. Cette euro-région comprend le Nord-Pas-de-Calais, la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas.

 

Comment réussir ce challenge ? (Personnellement, je me demande surtout comment je vais mener de front ce challenge et le Challenge Halloween )

 

- Lire ou relire des BD (Gaston Lagaff, Tintin, Spirou, Yoko Tsuno).

 

nestor-frites.jpg

 

- Lire ou relire des romanciers des Pays-Bas (Anna Enquist, Elvin Post), de Belgique (Amélie Nothomb, Georges Simenon, Maurice Maeterlinck), du Luxembourg (je l'avoue, je n'en connais pas) ou du Nord-Pas-de-Calais (Annie Degroote, Lucienne Cluytens).

 

tintin-famille.jpg

 

- Ecouter Jacques Brel : je ne résiste pas à la tentation d'inscrire dans mon billet l'une de ses chansons.

 

 

 

 

- regarder ou lire les aventures de ce détective belge méconnu nommé Hercule Poirot. A cet égard, j'aime beaucoup ce logo :

 

hercule-poirot.jpg

N'hésitez pas à vous inscrire vous aussi ! Venez nous rejoindre ici

Repost 0
25 septembre 2011 7 25 /09 /septembre /2011 11:39

j-aime.jpg

sur une idée de Miss Alfie

J'aime :

 

- lire, encore et toujours

- passer des moments privilégiés avec ma famille et mes amis.

- m'occuper de mes félins domestiques.

- constater que son Altesse royale consent à s'occuper de ses princesses héritières (message codé).

 

Je n'aime pas :

 

-  attraper un sérieux coup de froid qui a plus que perturber le début de ma semaine. BIlan : cinq jours de traitement.

- emmener par deux fois une de mes félines domestiques chez le vétérinaire. Bilan : dix jours de traitement à nouveau.

- les bugs à répétition de mon ordinateur (y compris pendant que j'écris ce billet).

- la théatralisation de l'actualité politique (cf : une certaine interview sur TF1).

Repost 0
24 septembre 2011 6 24 /09 /septembre /2011 00:16

Obsessions-mortelles.jpgQuatrième de couverture :

 

Les Garret forment un couple uni et amoureux. Paul, célèbre journaliste au "New York Times", et sa femme Emily ont déniché la maison de leurs rêves à moins de deux heures de Manhattan dans les Appalaches. Lors d'un week-end de détente, un randonneur de passage se propose aimablement pour quelques travaux de menuiserie.
En quelques minutes, la situation bascule dans l'épouvante. Meade, le séduisant jeune homme, fait feu sur Paul, viole et assassine Emily sous ses yeux. Lorsque le journaliste émerge du coma, c'est avec l'obsession de se venger de ce psychopathe récemment libéré de prison, lequel se révèle très vite être un monstre d'intelligence et de perversité.
Commence alors une chasse à l'homme haletante et un terrifiant voyage au coeur du mal, car jour après jour, Meade informe Garret des nouveaux carnages qu'il s'apprête à commettre.

 

Merci à Thot, au forum Partage-Lecture et à Rue-aux-livres pour ce partenariat.

 

Mon avis :

 

La date de publication de ce roman est importante : 1993. En dix-huit ans, des auteurs se sont imposés, et surtout, des séries policières ont considérablement changé la manière dont le roman policier était construit. Place aux enquêteurs quasi-insensibles, aux profilers, aux preuves scientifiques inattaquables, aux scènes d'autopsie interminables, aux recherches internet qui, en deux clics, nous disent tout du suspect. La dimension humaine s'en trouve considérablement diminué.

 

Nous n'en sommes pas là en 1993 et l'une des victimes, au lieu d'être autopsiée sous toutes ses coutures, a survécu. Autant dire qu'il n'est pas fréquent de trouver une histoire de tueurs en série où la victime ne soit pas qu'un individu perdu au milieu d'une liste interminable ou une personne effrayée et surprotégée à cause de ce qu'elle vient de vivre. Paul Garret ne correspond à aucun de ces portraits. Il est bien décidé à comprendre et à faire arrêter le coupable.

 

Comprendre. Comprendre comment un homme devient un tueur cruel et sadique. Comprendre comment le système judiciaire de son pays permet à un tueur d'être libéré au bout de huit ans pour "bonne conduite". Comprendre pourquoi sa femme est morte.

Il agit avec détermination, mais pas en franc-tireur. De son côté, il a un policier, l'inspecteur Canderro, qui sait ce qu'il ressent, puisque lui-même a perdu sa femme et sa fille dans des circonstances tragiques. Ils constituent un duo inattendu, le journaliste d'investigation et l'enquêteur officiel.

 

Très vite pourtant, l'intrigue se gâte. Les rebondissements sont nombreux mais se résument en une phrase : comment arrêter William Meade grâce aux nombreux indices qu'il nous livre, ou plutôt comment nous le laisseront échapper à chaque fois. Plus que les déficiences du système judiciaire, ce sont l'aveuglement et l'incompétence de la police qui sont pointées du doigt. Bien sûr, les victimes (passées et présentes) s'entassent et le mode opératoire ne sera pas forcément très varié : William Meade a trouver une méthode qui lui procure le maximum de jouissance, il s'y tient. Être dans la tête du tueur n'est pas dérangeant - si tant est que ce qui se passe dans sa tête soit intéressant. Sa propension à se confier à n'importe qui, ou plutôt à susciter de l'intérêt chez ses victimes en sursit m'a franchement dérangée.

 

C'est d'ailleurs le lien tissé entre William et Paul qui m'a semblé le plus malsain. J'ai eu l'impression que Paul voulait garder ce meurtrier "pour lui", et que finalement, c'est lui qui éprouvait ces "obsessions mortelles", et non William Meade. En dépit de ce qui lui est arrivé, je n'ai plus ressenti d'empathie pour Paul. Son volte-face sans nuance au sujet de ses opinions (sur la peine de mort, entre autre) m'a choquée parce qu'il était sans aucune  nuance et sans aucune évolution au long de l'intrigue. Même, j'ai trouvé qu'il comprenait et justifiait presque trop bien le tueur, comme si certains de ses crimes n'étaient pas si graves, tant qu'on avait la vie sauve.  

 

 L'image des femmes n'est guère positive, du coup. Les femmes aiment la violence, les femmes aiment être violentées, les femmes sont infidèles, elles ont bien cherché ce qui leur arrive, les femmes sont gentilles, tout de même, elles pardonnent tout. Seules Emily et Kate, la défunte épouse de Paul et la compagne de Canderro, sont différentes - à croire que ces messieurs ont rencontré des femmes d'exception.

 

Bref, Obsessions mortelles est un thriller très prévisible, aux personnages principaux peu attachants. Même le face à face final entre le tueur et sa victime m'a donné un sentiment de déjà lu comme si l'auteur n'avait pas su se renouveler.

 

 

Challenge Thriller

    Ma seconde participation au challenge Thriller de Cynthia

Repost 0
23 septembre 2011 5 23 /09 /septembre /2011 17:39

Gerritsen.jpgédition Pocket - 442 pages

 

Quatrième de couverture :

 

Institut médico-légal de Boston, 20 h. le docteur Maura Isle finit sa journée de travail en tapant le rapport de sa dernière autopsie. Elle doit retourner à la chambre froide vérifier un détail; Dans le silence de la morgue, il lui semble entendre un bruit; Puis son champ de vision détecte un mouvement. Ouvrant une à une les housses mortuaires, elle se retrouve face au cadavre d'une jeune noyée. Qui ouvre brusquement les yeux...

 

Mon avis :

 

Il est des critiques que j'aimerai rédiger rapidement, en disant simplement : Au bout de la nuit est un excellent thriller, lisez-le, il répondra à vos attentes. Puis, je me dis que c'est tout de même un peu court, et j'essaie de développer.

 

Tess Gerritsen relève parfaitement le défi de faire évoluer ses personnages au fil de ses romans. Et quelle évolution ! Jane Rizzoli, dont les qualités professionnelles et la témérité ne sont plus à démontrer, s'apprête à être maman. Nous sommes en droit de nous demander comment la policière émérite évoluera. Nous pourrions imaginer qu'elle trouvera, comme tant de livres et de "spécialistes" nous le promettent, l'épanouissement dans la maternité, et qu'elle rangera sa panoplie de flic au placard. Le fait qu'elle arrête un criminel en plein tribunal enceinte de neuf mois dépassé, puis est prise en otage par une forcenée alors que le travail a commencé ne semblent pas orienter le récit dans cette direction. Et pour vous donner un avant-goût de la maternité vue par Jane, voilà ce qu'elle en dit :

"Elle était peut-être capable d'élucider des homicides ou de traquer des monstres, mais calmer cette boule de nerfs qui hurlait entre ses bras était pour elle aussi compliqué que de désamorcer une bombe atomique"

 

Va pour Jane, donc. Maura Isles, la reine des morts, est un peu en retrait dans cette enquête. Elle reste pourtant parfaitement professionnelle, précise, ne s'encombrant ni de gestes, ni de considérations inutiles. L'enquête qui les réunit s'annonce particulièrement sombre, et ne concerne pas moins le trafic de femmes en provenance d'Europe de l'Est. Un thème d'actualité, dira-t-on mais extrêmement bien développé parce qu'à l'intérieur du récit principal sont insérées les paroles d'une de ses jeunes femmes qui a cru au rêve américain. Elle est la voix de celles qui se sont tues à jamais. Elle est l'unique témoin des crimes commis.

 

Tess Gerritsen décrit de manière très noire les puissants de ce monde mais aussi ceux qui sont chargés de lutter contre la corruption. Servir et protéger deviennent parfois des combats solitaires. Quant aux journalistes, ils en prennent pour leur grade, cherchant le sensationnel ou leur propre confort. 

 

Très bien construit, Au bout de la nuit est un roman que vous n'aurez pas envie de lâcher avant de l'avoir terminé.  

 

Challenge Thriller

    Ma première participation au challenge Thriller de Cynthia.

Repost 0
19 septembre 2011 1 19 /09 /septembre /2011 10:01

 book cover les mysteres de harper connelly, tome 2 piegesédition J'ai lu - 283 pages.

 

Quatrième de couverture :

 

"Depuis que j'ai été frappée par la foudre, je suis dotée de capacités hors du commun, c'est le cas de le dire. Je retrouve les morts et je peux dire ce qui les a tués.

Mais depuis que j'en ai fait mon job, je me suis fait des ennemis.

Alors quand en pleine démonstration de mes talents dans un ancien cimetière de Memphis, je tombe sur un corps assassiné et plutôt compromettant....

Sus pectée, je n'ai d'autres choix que de découvrir la vérité".

 

Mon avis :

 

Pour une fois, j'ai lu un livre dans l'unique but de me faire plaisir. J'ai acheté ce livre il y a plusieurs mois déjà, j'ai aussi les tomes 3 et 4 (en anglais) et toujours rien. Je me suis donc dit : zut ! lis-le enfin.

 

Je ne dirai pas que ce livre est un chef d'oeuvre. Non, il comporte des défauts, et certaines situations sont répétitives (comptez le nombre de fois où Harper se fait injurier, où ses capacités sont mises en cause, ou encore les allusions aux conquêtes de son frère). Mais ce livre m'a apporté exactement ce que je voulais : de la distraction.

 

L'affaire sur laquelle Harper et Tolliver enquête a beau être abominable (et fort crédible), jamais l'auteur ne sombrera dans le sordide. Oui, des cadavres sont découverts, oui, Harper identifie les causes des décès et revit les circonstances de leurs morts mais elle a un grand respect pour les disparus et ne souhaite qu'une chose : qu'ils soient apaisés. Cette apaisement ne passe pas nécessairement par le châtiment de leur meurtrier : nous en avons un exemple. Celui-ci ancre directement le roman dans le genre fantastique, alors que le premier volume des aventures était strictement policier. Surtout, nous en apprenons un peu plus sur la famille et la jeunesse d'Harper, mais toujours avec retenu : ce qu'elle a vécu ne se raconte pas facilement. Elle prend conscience aussi de certains sentiments dont elle n'avait pas su saisir la nature jusque là.

 

Je n'ai plus qu'une interrogation : quand parviendrai-je à lire le tome 3 ?  

Repost 0
18 septembre 2011 7 18 /09 /septembre /2011 14:56

CHALLENGE Romans sous influences ! ! !

 

Ce challenge se propose de vous faire lire des romans dont le titre comprend soit le Nom d'un auteur, soit une référence à un personnage ou au titre de romans connus. Parallèlement, et pour les plus courageux, nous vous proposons une sous-catégorie qui vous offre la possibilité de lire l'auteur cité, ou l’œuvre cité.

 

Bibliographie concernant les noms d'auteurs  :

 

BARNES, Julian, Le Perroquet de Flaubert

 

BARNES, Julian, Arthur et George (Réf. à Arthur Conan Doyle)

 

BARRON, Stéphanie, Jane Austen et les fantômes de Netley

 

BARRON, Stéphanie, Jane Austen et le révérend

 

BARRON, Stéphanie, Jane Austen et l’héritage du comte

 

BARRON, Stéphanie, Jane Austen à Scargave Manor

 

BARRON, Stéphanie, Jane Austen à Canterbury

 

BRANDRETH, Gyles, Oscar Wilde et le cadavre souriant

 

BRANDRETH, Gyles, Oscar Wilde et le jeu de la mort

 

BRANDRETH, Gyles, Oscar Wilde et le nœud de vipère

 

BRANDRETH, Gyles, Oscar Wilde et les meurtres aux chandelles

 

BUSSI, Michel, Code Lupin.

 

COLLAS, Philippe, La Fontaine, détective, tome 1 : Le château de l’araignée

 

COLLAS, Philippe, La Fontaine, détective, tome 2 : les enfants de Dieu

 

COLLAS, Philippe, La Fontaine, détective, tome 3 : les trois marquises

 

COLLAS, Philippe, La Fontaine, détective, tome 4 : l’ogre de Paris

 

FLORIANE, Sylvia, Koko le moineau et George Sand

 

FOWLER, Karen Joy, Le Club Jane Austen

 

HERLEGERSON, Marie-Christine, Louison et Monsieur Molière.

 

KOCHKA, Victor Hugo et la fille aux cheveux d’or

 

PEREZ-REVERTE, Arturo, Club Dumas

 

PROLONGEAU, Hubert, L’Oeil de Diderot

 

SATTERTHWAIT, Walter, Le crime d’Oscar Wilde

 

SIJIE, Dai, Balzac et la petite tailleuse chinoise

 

SNICKETT, Lemony, Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire

 

STASSE, Pierre, Les restes de Jean-Jacques (réf. à Jean-Jacques Rousseau)

 

TEULE, Jean, Je, François Villon

 

YALOM, Irvin, Et Nietzsche a pleuré

 

ZIMMERMANN, Daniel, La vie galopante d’Alexandre Dumas

 

 

Bibliographie concernant les romans dont le titre contient la référence à un personnage ou à une œuvre célèbre (Attention il faut que la référence au personnage ou à l'oeuvre soit explicite dans le titre!) :

 

ACKROYD, Peter, Les carnets de Victor Frankenstein

 

BROOKS, Géraldine, La Solitude du docteur March (réf. à Les 4 filles du docteur March)

 

FFORDE, Jasper, Sauvez Hamlet

 

FFORDE Jasper, L'affaire Jane Eyre

 

CARR, John Dickson, Les Nouveaux mystères d’Udolpho

 

COLIN, Fabrice, Les étranges soeurs Wilcox, tome 2. L'ombre de Dracula

 

FLIPO, Georges, Qui comme Ulysse

 

GAILLIOT, Jean-Hubert, Bambi Frankenstein

 

JACQUET Elizabeth, Anna Karénine, c'est moi

 

JAMES, Syrie, Dracula mon amour

 

JANICOT, Stéphanie, Dans la tête de Shéhérazade

 

JONQUET Thierry, La bête et la belle

 

LEBLANC, Maurice, Arsène Lupin contre Herlock Sholmès

 

MARTEL Yann, Béatrice et Virgile

 

MC CULLOUGH, Colleen, Les Caprices de Miss Mary (réf. à Orgeuil et préjugés de Jane Austen)

 

MENEY, Patrick, Madame Bovary sort ses griffes.

 

MEYER, Nicholas, Sherlock Holmes et le Fantôme de l’Opéra

 

ROSZAK, Victor, Les mémoires d’Elizabeth Frankenstein

Repost 0

Présentation

  • : le.blog.de.sharon.over-blog.com
  • le.blog.de.sharon.over-blog.com
  • : J'ai crée ce blog pour partager mes lectures. Mes goûts me portent plutôt vers le roman policier.
  • Contact

Parlons félins.

Nunzi aussi a son blog :

le  blog de Nunzi

485

Recherche

Challenges

Logo Sharon

Le Challenge animaux du monde  a débuté le 24 juillet2011. Pour vous inscrire et déposer vos billet, c'est ici .

Si vous cherchez des idées de lecture, vous en trouverez en cliquant

 

logo

  Le Challenge romans sous influences a débuté le 18 septembre. Pour vous inscrire et déposer vos billets, c'est ici .

N'oubliez pas la bibliographie

Leblanc

 

Arsène.

Pour le Challenge Maurice Leblanc , les inscriptions et le récapitulatif ont lieu ici .

 

moliere-1318954748

 

Le Challenge Molière est à durée illimitée lui aussi .

 

Lecture

Le Challenge Histoire de famille est à durée illimitée lui aussi. Venez déposer vos billets ici ou Là.

Jetez un coup d'oeil sur la bibliographie.

 

challenge Paris(1) Le Challenge Paris je t'aime est illimité dans le temps.

Mon profil Babelio

Mon profil sur Babelio.com

Hellocoton

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Sharon sur Hellocoton