Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 août 2011 3 03 /08 /août /2011 13:02

Trois-souris.jpgédition Le livre de poche - 126 pages.

 

Mon résumé :

 

Molly et Gil Davies, mariés depuis un an, viennent d'ouvrir une pension de famille dans l'Angleterre d'après-guerre. Un meurtre sordide a été commis non loin de là, et le criminel rôde.

 

Mon avis :

 

Ce roman a été adapté au théâtre par Agatha Chrisite elle-même sous le titre La Souricière. A la lecture, il est facile de comprendre pourquoi cette adaptation était facile. Mis à pmart deux scènes (le premier meurtre et le témoignage au commissariat), presque toute l'histoire se déroule en huis-clos, dans la pension de Monskwell Manor. Celle-ci, à cause de la neige et d'un sabotage judicieux, se trouve rapidement coupée du monde. Les suspects possibles sont donc peu nombreux, et la retraite du meurtrier est provisoirement entravée.

 

Mais désire-t-il réellement partir ?

 

L'intrigue prend place dans ce climat si particulier qu'est l'après-guerre en Angleterre. les traumatismes sont là, mais enfouis profondément ou habilement dissimulés. Molly, Gil son mari, le jeune Christopher, un personnage très gay ou encore le meurtrier lui-même ont vécu des événements qui ont modifié en profondeur leur existence. En effet, le meurtrier cherche à se venger de toutes celles qu'il juge responsable de la mort de son jeune frère, envoyé avec ses frères et soeurs à la campagne, comme bon nombre d'enfants citadins pendant les années de guerre, si ce n'est que la famille qui les a recueillis était particulièrement indigne. La ferme où ils logeaient n'était d'ailleurs pas très éloignées de Monskwell Manor, et ce n'est pas un hasard. 

 

Mrs Boyle en revanche, l'une des quatre pensionnaires, a très bien vécu la guerre. Non, elle ne regrette pas la fin du conflit, elle n'irait pas jusque là, elle ne regrette pas les petits pouvoirs qu'elle avait sur ses subordonnées, elle regrette, pardon, elle fulmine de ne pas être traitée avec les égards dus à son rang d'ancienne grande résistante - ou prenant la pause pour passer pour telle. Contrairement aux autres personnages, elle suscite immédiatement l'antipathie, elle dont le jeu favori est de chercher non les sujets de satisfaction mais les sujets de plainte. Les deux derniers pensionnaires ont eu aussi des secrets à cacher, que ce soit le major Metcalf, parfait exemple du militaire de carrière à la retraite, ou l'intriguant et toujorus de bons conseils Mr Paravicini, tombé du ciel pendant la nuit, tel un Père Noël qui aurait égaré son traineau.

 

Pour une fois, il est possible d'identifier le coupable. Je l'ai fait, vingt-cinq pages avant la fin. par contre, je n'avais pas trouvé par quel moyen il a été confondu, Et vous, y parviendrez-vous ?

 

Logo Sharon 

 

Ma troisième participation au Challenge animaux du monde .Challenge-anglais

 

Ma vingt-sixième participation au Challenge God Save the Livre organisé par      Antoni..

challange-agatha-christie 

Ma seizième particpation au Challenge Agatha Christie organisé par George. 

Repost 0
2 août 2011 2 02 /08 /août /2011 21:08

yoko_ogawa.jpg 

 

éditions Actes Sud - 246 pages.

 

11966610

Quatrième de couverture

Une aide-ménagère est embauchée chez un ancien mathématicien, un homme d'une soixantaine d'années dont la carrière a été brutalement interrompue par un accident de voiture, catastrophe qui a réduit l'autonomie de sa mémoire à quatre-vingts minutes. Chaque matin en arrivant chez lui, la jeune femme doit de nouveau se présenter - le professeur oublie son existence d'un jour à l'autre - mais c'est avec beaucoup de patience, de gentillesse et d'attention qu'elle gagne sa confiance et, à sa demande, lui présente son fils âgé de dix ans. Commence alors entre eux une magnifique relation. Le petit garçon et sa mère vont non seulement partager avec le vieil amnésique sa passion pour le base-ball, mais aussi et surtout appréhender la magie des chiffres, comprendre le véritable enjeu des mathématiques et découvrir la formule préférée du professeur... Un subtil roman sur l'héritage et la filiation, une histoire à travers laquelle trois générations se retrouvent sous le signe d'une mémoire égarée, fugitive, à jamais offerte...

 

Mon avis :

 

Ce livre m'avait été fortement recommandé voici cinq ans, et le moins que je puisse dire est que j'ai vraiment laissé passer beaucoup de temps avant de suivre cette recommandation, sans doute parce que je n'avais jamais lu de littérature japonaise. Ce livre est d'ailleurs ma seconde incursion dans ce domaine, après La fille du bureau de tabac de Masahiko Matsumoto .

 

LA PLU~1Cette histoire est simple, ou plutôt, limpide. Je ne suis pas férue de mathématiques, pourtant expliqués ainsi, ou plutôt vécus ainsi, les mathématiques deviennent extrêmement plaisant à découvrir et la maladie du professeur ne l'empêche pas de faire partager sa passion - du moment que la personne qu'il a en face de lui ait le goût de la découverte et la patience de l'écouter.

 

Neuf aide-ménagères ont déjà jeté l'éponge, pour des raisons que nous ne connaitrons pas, puisqu'elles n'ont aucune importance. Il n'est pas facile de travailler pour quelqu'un qui au bout de quatre-vingt minutes vous aura oublié, à plus forte raison qui vous redécouvrira chaque matin comme une parfaite inconnue. Pourtant, la narratrice parvient à tisser des liens entre le vieux professeur et elle, puis entre le vieux professeur, son fils et elle. La mémoire du professeur s'est arrêtée dans les années 70, et s'il n'accorde que peu d'importance à son apparence, il est en revanche très ému par les enfants, et très inquiet à l'idée que le fils de son aide soignante soit obligé de rester seul chez lui pendant que sa mère travaille chez le professeur.

 

Jour après jour, la jeune femme mène un combat pour aider le professeur, pour qu'il aille chez le coiffeur, ou mieux, qu'il assiste à un match de base-ball, lui qui n'a vécu sa passion jusque là qu'en collectionnant les cartes des joueurs célèbres. Aucune arrière-pensée, aucune recherche de profit personnel ne sont à rechercher dans sa démarche : le bien être du professeur est la seule chose qui lui importe.  

 

Pas de pathos, pas de misérabilisme, la douceur et la sérénité dominent dans ce récit, qui nous donne également à voir ce que peut être la vie quotidienne d'une fille mère (comme l'est la narratrice) dans le Japon contemporain.

 

A mon tour, je ne peux que recommander la lecture de La formule préférée du professeur.

 

Repost 0
1 août 2011 1 01 /08 /août /2011 23:16

Avalon-high.jpg

édition France Loisirs - 367 pages.

 

Quatrième de couverture :

 

Elaine, 17 ans, est nouvelle au lycée d'Avalon. Ses parents, médiévistes tous les deux, ont pris une année sabbatique pour écrire leur nouvel ouvrage. Très rapidement, elle est remarquée par Will, le capitaine de l'équipe de football, major de sa promotion. Ne se seraient-ils déjà pas rencontrés... dans une vie antérieure ? 

 

chateau16

 

Mon avis :

 

Je n'avais pas lu de roman de Meg Cabot depuis très lontemps, je me suis donc dit, quand je l'ai trouvé en soldes : "pourquoi pas ?"

 

Je ne dirai pas que je me suis ennuyée, non, le livre est agréable à lire, et certaines déclarations d'Elaine, la narratrice, sont profondément philosophiques : "ses yeux étaient de la même couleur que l'eau bleue de ma piscine, quand je dose parfaitement le chlore et le PH." dit-elle en parlant de Will.

 

 Le ton est donné et l'ouvrage est ratée. Meg Cabot modernise la légende arthurienne - ou comment transformer les chevaliers de la Table ronde en équipe de football - en faisant surtout du remplissage. Nous sommes au royaume de Ken et Barbie, sauf que là, nous avons plutôt Will et Elaine au parc, à la piscine, au lycée, à une petite fête, font du bateau. N'oublions pas Elaine fait de la course à pied et Will joue au football, sans oublier Will et Elaine ont un coup de foudre et commencent une belle et irrésistible histoire d'amour.

 

Les personnages dégoulinent de bons sentiments. Ils sont prêts à pardonner dans la minute les pires trahisons, à se porter au secours de la moindre personne en déresse. Ils n'ont aucun défaut, ils sont tous concentrés dans la personne de Marco. J'attribuerai une dédicace spéciale à Mr Morton, vraiment pas à la hauteur de son rôle avant qu'Elaine ne le mette face à ses responsabilités. Les scènes clefs sont trop brèves, ratées, alors que l'histoire avait un véritable potentiel.

Repost 0
31 juillet 2011 7 31 /07 /juillet /2011 07:52

Leblanc.png

 

Je vous rassure : je ne vais pas lancer un challenge toutes les semaines. Mais là, en parallèle au Challenge animaux du monde, j'ai eu envie de créer un défi consacré à un écrivain normand populaire : Maurice Leblanc.

 

Populaire, oui, mais moins que le héros qu'il a crée : Arsène Lupin, le gentleman cambrioleur, qui apparaît dans 27 romans. Maurice Leblanc a aussi écrit d'autres romans, moins connu comme Le formidable événement ou Dorothée, danseuse de corde.

 

Je veux que ce challenge soit le plus libre possible donc :

- il est illimité dans le temps.

- vous pouvez lire autant de ses romans que vous voulez, de un à l'inégralité de l'oeuvre.

- vous pouvez aussi regarder une adaptation de l'un de ses romans, ou même aller visiter le Clos Lupin, à Etretat.

 

Je ne résiste pas à la tentation de terminer cet article par la chanson L'Arsène, interprêtée par Jacques Dutronc.

 

 

 

Sont inscrits :

 

Bina

La demeure mystérieuse

Arsène lupin, gentleman cambrioleur

Le secret d'Eunerville de Boileau-Narcejac

le second visage d'Arsène Lupin de Boileau-Narcejac

Arsène Lupin et le mystère d'Arsonval de Michel Zinc

La poudrière de Boileau-Narcejac

L'île aux trente cercueils de Maurice Leblanc

813, tomes 1 et 2 de Maurice Leblanc

Les dents du tigre de Maurice Leblanc

Les confidences d'Arsène Lupin de Maurice Leblanc

Le triangle d'or de Maurice Leblanc


 

Céline (au café littéraire de Céline)

  Le bouchon de cristal

 

Clem

 

George

le collier de la reine et autres nouvelles

 

  Herisson08

 

Itzamma

Lîle au trente cercueils

Dorothée, danseuse de corde

 

Joe (lectures magiques et fééries livresques)

son billet de présentation

 

Lilas (son blog)

son billet de présentation

Les huits coups de l'horloge

La barre y va

 

Naelline

son billet de présentation

 

Oncle Paul

Arsène Lupin de A à Z de Philippe Côme

et les voleurs de visage de Didier Blonde

Revue Rocambole : Maurice Leblanc sans Lupin

Le scandale du gazon bleu


Sharon

Arsène Lupin contre Herlock Sholmès

Le dernier amour d'Arsène Lupin de Maurice Leblanc

 

Soukee

son billet de présentation

Arsène Lupin, gentleman cambrioleur

 

Syl.

 

Valou

Repost 0
31 juillet 2011 7 31 /07 /juillet /2011 07:23

Incident.jpgédition Albin Michel - 310 pages

 

Présentation de l'éditeur :

 

Dans un train immobilisé en rase campagne entre Paris et Nantes à la suite d'un « incident de personne » (un suicide), un homme, qui revient de Chypre en ayant tout perdu, raconte sa vie à l'inconnue assise à côté de lui. Il lui parle de la nostalgie et de la mélancolie, évoque les fantômes de l'enfance, ponctuant son récit des vies de personnages magnifiques - le Japonais qui convainc les candidats au suicide de ne pas se jeter du haut des falaises, le Chypriote qui offre au narrateur la douille de la balle qui a servi à assassiner son frère.
Il raconte tranquillement, sans emphase, sans colère, et la jeune femme l'écoute, ne pose que de rares questions. Pendant ces heures d'attente dans la nuit, quelque chose se tisse entre eux. Mais bientôt, le train repart...
Eric Pessan nous entraîne dans un roman intelligent, subtil, et d'une belle humanité. Le romancier ici nous parle de son propre chagrin en nous racontant « d'autres vies que la sienne".

 

Circonstance de lecture :

 

Aujourd'hui est le dernier jour du challenge 1 % 2010. J'espère atteindre les 2 % avec ce titre.

 

challenge-du-1-litteraire-2010

 

Mon avis :

 

Le premier et le dernier livre lus dans le cadre d'un challenge sont importants pour moi. Le premier, c'était Nous étions des êtres vivants de Nathalie Kuperman , le dernier sera celui-ci, moins connu que les romans qui firent les beaux jours de la rentrée.

 

Pourtant, il a un point commun avec Le coeur régulier : ce japonais qui voue sa retraite à sauver des candidats au suicide, personnage indispensable du roman d'Olivier Adam, est ici évoqué. Une manière de dire aussi pour moi que j'ai nettement préféré le livre d'Olivier Adam.

 

J'ai trouvé Incident de personne trop bavard. C'était un parti pris de narration : le long monologue intérieur du narrateur, suivi d'un dialogue avec sa voisine - difficilement repérable, car les codes du dialogue ne sont pas respectés. J'ai eu l'impression de lire cet exercice de style trop souvent, comme si les moindres pensées d'une personne, ses moindres commentaires (sur un voisin indiscret, un enfant qui pleure) étaient captivants. Il est vrai aussi qu'avec ce procédé, le temps de la lecture coïncide quasiment avec le temps de la narration.

 

Le narrateur anime des ateliers d'écriture. Son but n'est pas de former des écrivains, mais d'amener des gens ordinaires à mettre des phrases l'une derrière l'autre, et ces phrases, le plus souvent, révèlent des secrets trop longtemps contenus. Des années, qu'il fait ce métier, des années, que les histoires des autres le hantent. Cet incident de personne, euphémisme pour suicide, est l'occasion pour lui de libérer auprès de cette parfaite inconnue, qui l'agaçait quand elle s'est installée à ses côtés, son trop plein de mots et de se pencher plus particulièrement sur le suicide. Ce n'est pas le meilleur sujet pour un homme qui a tout perdu (la présentation de l'éditeur en révèle bien trop). Avoir transmis son fardeau à sa voisine, quasiment réduite au rôle d'oreille complaisante pendant leur brève rencontre, changera peut-être quelque chose - ou pas.

Repost 0
30 juillet 2011 6 30 /07 /juillet /2011 23:39

oh-boy.jpg

 

édition L'école des loisirs - 207 pages.

 

Mon résumé :

 

La famille Morlevent est composée de trois personnes : Siméon, Morgan et Venise, âgés respectivement de quatorze, huit et cinq ans. Leur père est parti, sans laisser d'adresse, leur mère s'est suicidée, etils ne peuvent rester seuls, même si Siméon, l'aîné, est un surdoué qui prépare son bacalauréat. Ils se font alors une promesse : ne jamais être séparés.

 

11966610

Mon avis :

 

J'ai adoré ! Oui, deux fois le même jour, j'ai presque l'impression que cela se fête, surtout après quelques lectures dont j'ai encore le souvenir peu agréable.

 

LA PLU~1Les thèmes abordés ne sont pas drôles, le récit l'est. Comment réagiriez-vous si trois petits frères et soeurs vous tombaient du ciel, alors que vous ignoriez tout de leur existence, pour la simple et bonne raison que votre père est parti quand vous étiez tout jeune, voir encore dans le ventre de votre mère, et qu'il n'a plus donné aucun signe de vie ? Vous seriez surpris, je vous l'accorde, vous seriez peut-être même abasourdi devant la tâche à accomplir, car il ne faut pas se leurrer - et Marie-Aude Murail ne nous leurre pas - prendre en charge trois orphelins, ce n'est pas facile. Voyaons maintenant les candidats au tutorat :

- à ma droite, Josiane Morlevent, ophtmalmologiste réputé, spécialiste de l'opération de la cataracte des personnges âgées, mariée, pas d'enfants, en dépit de plusieurs tentatives infructueuses de fécondation in vitro. Aime beaucoup Deauville.

- à ma gauche, Barthélémy Morlevent, SPF (sans profession fixe) et pédésexuel (ce n'est pas moi qui le dis, c'est Venise, sa nièce de cinq ans). Calme son copain Léo en mettant des tranquilisants dans sa nourriture. Porte une boucle d'oreille. Beau comme un dieu. Grand lecteur de Spirou. Signe particulier : s'évanouit à la vue du sang.

 

Si vous ajoutez à cela que la demi-soeur déteste son demi-frère, et vice-versa, vous comprendrez que les enfants Morlevent ne sont pas près de trouver un peu de sérenité. Tous les coups ne vont pas être permis, non, ce sera bien plus feutré car les moeurs évoluent et Barthélémy ne peut pas ne pas obtenir la garde de ses demi-frère et soeurs juste parce qu'il est homosexuel. Non, il faut trouver d'autres motifs, comme son instabilité, la petitesse de son logement, voire porter quelques accusations... qui se trouveront vite démenties.  Si la juge d'instruction montre son absence de préjugés et son amour du chocolat noir, en revanche l'assistante sociale est plus réticence, bien que consciente de l'évolution de la société. La petite Venise ne marie-t-elle pas ses poupées ensemble, en l'absence de Ken digne de ce nom ?

 

Challenge youg adultMarie-Aude Murail n'hésite pas à dire quelques vérités qui fachent. Oui, il est plus facile d'être recueillie si on est une jolie petite fille de cinq ans, une vraie petite princesse, comme un nouvel accessoire qu'on exhibe, que si l'on est plus commune, voire franchement disgraciée. Il n'est pas facile, pour les travailleurs sociaux, de veiller au bien-être de chacun des membres de la fratrie. Surtout quand le pire survient. Car au milieu de la débâcle qui a suivi la mort de sa mère, Siméon a réussi à cacher les premiers symptômes de sa maladie. Le diagnostique est posé rapidement, car Marie-Aude Murail n'est pas une adepte du mélodrame et des gros effets soulignés. Le combat contre la maladie est montré dans toutes ses étapes, de manière réaliste et sans pathos, du côté du malade et du côté des soignants. Comme un contrepoint bienvenue, entre deux scènes douloureuses, j'ai ri, non à cause de Siméon, mais à cause de Bart, son grand frère. Et hop ! Un évanouissement à la première prise de sang. Et hop ! Encore un petit malaise. Vite, une chaise pour monsieur Morlevent, non, pas le petit, le grand, il se trouve mal. Accompagner son petit frère dans ses douloureuses séances de soin permet à Bart de mûrir un peu et surtout, de prendre conscience de son attachement pour ce petit frère tombé quasiment du ciel.

 

J'ai très envie de vous en dire plus, j'ai encore plus envie que vous découvriez ce magnifique roman de Marie-Aude Murail.

Repost 0
30 juillet 2011 6 30 /07 /juillet /2011 11:49

Huitième porteTitre : la huitième porte.

Auteur :Pierre Bottero.

Editeur :Rageot poche.

Nombre de pages :  378.

 

 Circonstances de lecture :

 

Deux challenges prennent fin le 31 juillet, et, concernant, l'objectif PAL organisé par Antigone, il m'était impossible de le terminer sans lire le troisième tome de L'autre.

 

                                             Challenge-Pierre-Bottero Objectif challengeabccritiques1

 

Mon avis :

 

J'ai adoré, tout simplement, comme les deux autres tomes précédents. J'ai adoré la capacité qu'a Pierre Bottero à se renouveler sans cesse.Il prend le risque, après deux tomes pendant lesquels nous avons suivi les aventures de Nathan et de Shae, de changer ses héros : quinze ans ont passé, la dictature s'est installé et les personnages principaux sont désormais leur fils Elio, descendant des six familles et de Gino, son guide. De Marseille à l'Amazonie en passant par le Cameroun, j'ai suivi leurs pas dans leur combat contre l'Autre. Le temps lui manque et Elio doit prendre rapidement possession de ses pouvoirs, avec une sérennité rare pour un enfant de son âge, mais nécessaire pour garder ce rythme haletant qu'est celui de l'action.

 

Nous ne sommes plus seulement dans un roman de fantasy, mais presque dans un roman de science-fiction, avec ses écrans géants diffusant ses messages ses bracelets IC à réinitialiser chaque jour, son espionnage permanent et sa délation obligatoire, monde dont Elio va déjouer les pièges - certaines situations ne sont pas sans annoncer le personnage d'Ombe, dans la série L'Autre. Je vous rassure : le rythme de la narration reste particulièrement enlevé, et Elio bénéficie, en plus de Gino (c'est de son point de vue qu'une partie importante du récit est montrée) de trois alliés efficaces, féerique, félin et fortement déterminé. 

 

Quant à l'épilogue, elle unit cette trilogie à un autre monde de Pierre Bottero.  

Repost 0
30 juillet 2011 6 30 /07 /juillet /2011 09:59

Je ne fais pas les choses à moitié : je me suis inscrite à deux nouveaux challenges.challenge-le-nez-dans-les-livres1.jpg

 

Le premier est organisé par George. Elle nous propose de lire des romans dont le titre contient le mot lecture, livre, lecteur, auteur, librairie ou bibliothèque ou tout mots en rapport direct avec la lecture. Trouver des titres n'est pas si simple que cela en a l'air. Pour l'instant, je retiens :

 

- L'atlas d'émeraude de John Stephens.

- Le livre du temps de Guillaume Prévost.

- Journal d'hier et d'aujourd'hui, tome 1 de Madeleine Chapsal.

 

Ce challenge durera 2 ans à compter de la date du lancement c'est à dire jusqu'au 28 Juillet 2013. Il existe trois catégories :

 

1.La Lectrice : 2 romans - je me suis inscrite dans cette catégorie, même si être raisonnable me ressemble peu.

2. Le Liseur : 4 romans.

3. La Reine des lectrices : 6 romans ou plus.

 

Si vous voulez nous rejoindre, cliquez ici pour le billet d'inscription et  pour la bibliographie.

 

Le second challenge est le Challenge Tro Breizh. Tro Breizh, en breton, signifie Tour de la Bretagne. Il est organisé par Pascale.

 

Il comporte (sauf pour le premier niveau) quatre parties : livre, film, disque/artiste et lieu.

Pour les livres, tout est permis : romans, contes et légendes, essais, beaux livres, BD, livres pour la jeunesse, d'auteurs bretons ou ayant la Bretagne pour sujet. Pour les films, pas vraiment d'interdiction non plus, puisque nous pouvons chroniquer des films de cinéastes bretons, ou tournés en Bretagne, ou ayant la Bretagne pour objet ou contexte. Tous les genres sont admis pour la musique et nous pouvons parler soit d'un artiste soit d'un disque. En ce qui concerne le lieu, pour moi, c'est déjà fait avec  Les forts de Saint-Malo  et  Dinan .

 

Petite précision : le département de la Loire-Atlantique et donc Nantes sont inclus dans la Bretagne. Certes, administrativement, le département n'est pas en Bretagne mais il en fait partie historiquement et culturellement. (Pour être allée à Nantes il y a quelques années, je peux vous dire que les Nantais que j'ai rencontrés sont bretons, et je n'essaierai pas de les contredire).  

 

Il existe ici aussi trois catégories : Korrigan, Roi Gradlon (roi de la légendaire cité d'Ys) et Duchesse Anne.

 

- Korrigan : au moins 1 livre et 1 film ou 1 disque/artiste. 

- Roi Gradlon : au moins 3 livres, 1 film, 1 disque/artiste et 1 lieu. 

- Duchesse Anne : au moins 5 livres, 2 films, 2 disques/artistes et 2 lieux

 

Ce challenge  prendra fin le 31 août 2012.

 

Trois logos sont proposés. Voici celui que j'ai choisi :

 

hermine2.jpg

 Pour vous inscrire vous aussi, cliquez ici

Repost 0
29 juillet 2011 5 29 /07 /juillet /2011 20:18

Chevalédition Folio - 164 pages.

 

Quatrième de couverture :

 

Dans le château d'une petite principauté allemande, au début du siècle dernier, le peintre Cazotte, conseiller de la grande-duchesse, rêve en observant une jeune fille. ce séducteur patenté déploie une patience infinie pour percer le mystère d'Ehrengarde, la farouche descendante d'une famille de militaires frustres et disciplinés. mais il se sentira floué en voyant Ehrengarde, fidèle à son nom qui signifie "gardienne de l'honneur", compromettre sa réputation pour sauver celle de la famille patricienne qu'elle sert.
Dans cette nouvelles, comme dans celles qui suivent, les personnages agissent sous l' empire de sentiments aussi désuets que l'amour, l'honneur et la fidélité, dans un monde où le rêve sert de contrepoint à la réalité.

LA PLU~1

 

 

Mon avis :

 

Ce recueil est composé de quatre nouvelles. La première, la plus longue, s'appelle Ehrengarde. Elle reprend tous les éléments du conte de fée : la naissance du jeune prince est aussi miraculeuse que celle de la princesse Aurore, le jeune prince grandit, paré de toutes les perfections, et rencontre une princesse qui est son exact complément, exubérante et tendre.

 

Le conte est pourtant légèrement décalée, puisque la famille régnante a toutes les caractéristiques des fins de race et que cette nouvelle génération pourrait bien être la dernière. Mieux : la princesse n'est pas innocente, et dans une Cour royale parfaite, il est difficile d'évoquer la prématurité. Pour préserver le secret, une cour de porcelaine, qu n'a rien à envier au Trianon, est recrée, avec juste une poignée de fidèles dont fait partie Ehrengarde. Le traître n'est pas sur place, mais le peintre Cazotte se promet de séduire la belle Ehrengarde de manière artistique et intellectuelle. C'était sans compter un complot digne des meilleures monarchies d'Europe de l'Est, et des péripéties à faire dresser les cheveux sur la tête. Tel est pris qui croyait prendre, car Ehrengarde est une héroïne d'un autre temps, prête à tout pour défendre ses souverains et Cazotte un artiste.dc3a9fi-scandinavie-blanche

 

Seconde rencontredéveloppe un thème propre à la littérature fantastique : celui du double. Ici, le double de Goethe est un simple roturier, qui a mis quatorze ans plus tôt sa vie en jeu pour sauver celle de l'écrivain. Aujourd'hui, il lui demande des comptes : qu'a-t-il fait de ces quatorze ans de sursis ? Karen Blixen pose aussi implicitement la question de la postérité : que retient-on d'un auteur, son oeuvre, sa vie ? Cette nouvelle apparaît comme une démonstration que l'auteur, à son tour, peut devenir le personnage d'un tout autre récit que le sien.

 

Plus dramatique est Le gros homme. Le titre de la nouvelle n'est pas sans faire rappeler le personnage de l'ogre, puisque ce gros homme  a assassiné une petite fille. Christophe, un jeune étudiant, est persuadé de connaître le coupable et prépare un piège pour le confondre. Pour cela, il exploite sans le savoir le même thème du double que dans la nouvelle précédente, puisque c'est une petite fillle exactement semblable à la petite victime qu'il mettra en présence de son suspect.

 

Les chevaux fantômes est la dernière nouvelle. Elle est aussi la plus émouvante. A l'égoïsme et à la frivolité de la mère, s'oppose la gravité de sa petite fille âgée de six ans, qui se laisse mourir. Seul son oncle, qui a été appelé pour rester au chevet de la fillette pendant que sa mère est à Paris (et apprécie tant son séjour qu'elle n'a pas envie de rentrer dans sa belle demeure familiale qui menace ruine), comprend les origines de sa maladie.Leur empathie, leur capacité d'imagination et de voir la valeur réelle des choses (et non leur valeur pécuniaire) rend cette nouvelle très touchante.

Repost 0
29 juillet 2011 5 29 /07 /juillet /2011 12:49

concours starJ'ai donc lu :

 

Dans la nuit brune d'Agnès Desarthe, un roman contemporain.

Les ailes du courage de George Sand, un conte du XIXe siècle.

le cantique des innocents de Donna Leon , un roman policier italo-américain.

L'arme domestique de Nadine Gordimer un roman sud-africain.

Babyfaces de Marie Desplechin un roman de littérature jeunesse

La princesse de Montpensier, suivie de La comtesse de Tende de Madame de La Fayette , deux nouvelles classiques.

 

Dans-la-nuit-brune-205x300ailesarmele-cantique-des-innocents babyfaces-marie-desplechinPrincesse

 

Je remercie sincèrement mes insomnies pour ce bilan qui me satisfait amplement.

Repost 0

Présentation

  • : le.blog.de.sharon.over-blog.com
  • le.blog.de.sharon.over-blog.com
  • : J'ai crée ce blog pour partager mes lectures. Mes goûts me portent plutôt vers le roman policier.
  • Contact

Parlons félins.

Nunzi aussi a son blog :

le  blog de Nunzi

485

Recherche

Challenges

Logo Sharon

Le Challenge animaux du monde  a débuté le 24 juillet2011. Pour vous inscrire et déposer vos billet, c'est ici .

Si vous cherchez des idées de lecture, vous en trouverez en cliquant

 

logo

  Le Challenge romans sous influences a débuté le 18 septembre. Pour vous inscrire et déposer vos billets, c'est ici .

N'oubliez pas la bibliographie

Leblanc

 

Arsène.

Pour le Challenge Maurice Leblanc , les inscriptions et le récapitulatif ont lieu ici .

 

moliere-1318954748

 

Le Challenge Molière est à durée illimitée lui aussi .

 

Lecture

Le Challenge Histoire de famille est à durée illimitée lui aussi. Venez déposer vos billets ici ou Là.

Jetez un coup d'oeil sur la bibliographie.

 

challenge Paris(1) Le Challenge Paris je t'aime est illimité dans le temps.

Mon profil Babelio

Mon profil sur Babelio.com

Hellocoton

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Sharon sur Hellocoton