Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mai 2011 7 15 /05 /mai /2011 21:31

mort-d-un-chinois-a-la-havane.jpgÉditions Points - 97 pages.

 

Quatrième de couverture :

 

Le quartier chinois de la Havane ne manque ni de saveur ni d'exotisme : un corps nu est retrouvé pendu, amputé d'un doigt, deux flèches incisées sur la poitrine... Le lieutenant Mario Conde, revolver à la ceinture et bouteille de rhum à la main, s'immisce parmi les immigrés asiatiques, répond à leurs sourires énigmatiques et cherche le mobile du crime : argent, rituel religieux, drogue ?

 

Mon avis :

 

Ce livre court signe ma première rencontre avec Mario Conde et je dois dire que j'ai envie de suivre un bout de chemin avec cet enquêteur. Oui, il a un petit problème avec l'alcool, comme tant d'autres policiers. Je dirai que son problème principal est de se procurer un alcool buvable, et non une distillation capable d'intoxiquer toute une population (ou comment il vaut mieux être chimiste si l'on veut vendre de l'alcool). Il est humain, il est humble, car il sait que la résolution d'une enquête ne résoud pas tout : "il était rare que l'élucidation d'une affaire le réjouisse. Au contraire, même : un sentiment d'estocade terminée et un vide qu'il savait éphémère. Une autre histoire sordide l'attendait toujours au coin de la rue".  

 

Cet amateur de littérature (il aurait aimé être écrivain) enquête sur un crime sordide, qui a toutes les apparences d'un crime rituel. Mais Conde ne se laisse pas prendre aux apparences. II constate, s'appuie sur des preuves - nous sommes loin des experts, l'autopsie n'est plus un morceau de bravoure où chacun démontre son savoir, elle est un élément qui participe à la résolution de l'enquête, sans rajouter au caractère sanglant de l'affaire, ni retarder la narration. 

 

Conde est humble car il avoue son ignorance, il avoue ne connaître de la communauté chinoise que des clichés, bien que son lieutenant soit une métisse chinoise et que son père, dont il demande l'aide, soit un ami proche. Il découvre, et le lecteur avec lui, les raisons de leur arrivée à Cuba, leur rêve, leurs désespoirs, leurs tragédies, leur courage aussi. La terre promise n'a que rarement tenue ses promesses, le lieutenant Patricia Chion est une exception.

 

Dans un roman où le passé, le présent, le rêve et les cauchemards se confondent, les absents et les fantômes rejoignent Condé jusque dans ses rêves. Qu'il parvienne à trouver l'oubli.   

 

Cuba

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Sabbio 17/05/2011 21:02


Merci pour cette première découverte!


Sharon 18/05/2011 13:57



Merci Sabbio de ta visite.



irene 17/05/2011 15:38


très belle chronique, très belle lecture de padura. merci à toi, tu éveilles des vieux souvenirs de lecture commune.
tu veras, le conde te reserve encore plein de surprises. et padura aussi.

merci à toi


Sharon 17/05/2011 20:05



Merci beaucoup Irène, je suis très touchée par ton commentaire.



Lamalie 17/05/2011 13:47


Eh bien super que cette découverte te plaise! Je suis moi aussi dans un Padura, le premier livre que je lis de lui, je lis Adios Hemingway, et moi qui ne suis pas très polar eh bien j'accroche
vraiment! J'ai l'impression de comprendre pourquoi on dit qu'il rassemble souvent le policier et la littérature 'blanche'!


Sharon 17/05/2011 20:05



Pour ma part, je suis très polar, et je me plains souvent que les enquêteurs se ressemblent, ou sont désincarnés. Je n'ai pas ce sentiment ici



Cryssilda 17/05/2011 13:38


Je n'ai pas lu celui-ci, j'en ai lu d'autres mais il y a assez longtemps, et c'est assez flou dans ma mémoire. Par contre, effectivement, je garde le souvenir d'un policier pas très efficace, un
peu résigné.


Sharon 17/05/2011 20:03



J'approfondirai au cours de ce mois (très chargé d'un point de vue professionnel) ma connaissance de cet enquêteur. J'ai très envie de suivre son évolution.



prune 17/05/2011 06:10


Tu me donnes envie de revenir vers Padura. Je n'ai pas adoré son premier roman, parce que l'intrigue policière ne m'avait pas beaucoup intéressée, mais le ton, le style du roman m'avaient tout de
même laissé penser que je pourrais aimer les suivants.En principe le prochain devrait être "Vents de carême". Mais je ne me souviens pas de vraiment du problème de Conde avec l'alcool. En revanche
dans celui que j'ai lu, la nourriture tenait une place très importante !


Sharon 17/05/2011 07:06



Quand je parle de "problèmes avec l'alcool", c'est un peu du second degré. Le résultat de l'enquête a des conséquences plus que négatives pour son meilleur ami et Conde voudrait bien noyer son
chagrin dans l'alcool, si ce n'est qu'il ne trouve pas de rhum et que l'alcool qu'il doit boire pourrait être utilisé comme alcool à brûler.


La nourriture a sa place aussi, un peu comme chez Vasquez Montalban mais pas si importante que cela.



Présentation

  • : le.blog.de.sharon.over-blog.com
  • le.blog.de.sharon.over-blog.com
  • : J'ai crée ce blog pour partager mes lectures. Mes goûts me portent plutôt vers le roman policier.
  • Contact

Parlons félins.

Nunzi aussi a son blog :

le  blog de Nunzi

485

Recherche

Challenges

Logo Sharon

Le Challenge animaux du monde  a débuté le 24 juillet2011. Pour vous inscrire et déposer vos billet, c'est ici .

Si vous cherchez des idées de lecture, vous en trouverez en cliquant

 

logo

  Le Challenge romans sous influences a débuté le 18 septembre. Pour vous inscrire et déposer vos billets, c'est ici .

N'oubliez pas la bibliographie

Leblanc

 

Arsène.

Pour le Challenge Maurice Leblanc , les inscriptions et le récapitulatif ont lieu ici .

 

moliere-1318954748

 

Le Challenge Molière est à durée illimitée lui aussi .

 

Lecture

Le Challenge Histoire de famille est à durée illimitée lui aussi. Venez déposer vos billets ici ou Là.

Jetez un coup d'oeil sur la bibliographie.

 

challenge Paris(1) Le Challenge Paris je t'aime est illimité dans le temps.

Mon profil Babelio

Mon profil sur Babelio.com

Hellocoton

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Sharon sur Hellocoton