Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 septembre 2011 4 01 /09 /septembre /2011 07:40

cheval-soleil.jpgédition 10/18 - 187 pages.

 

Quatrième de couverture :

 

Elle porte le nom d'une fleur, mais Lilla n'a jamais eu le temps d'éclore. Elle a grandi dans l'indifférence de ses parents, trop occupés à soigner les enfants des autres. Lorsque son grand amour réapparaît des années plus tard à Reykjavik, Li décide de commencer à vivre. De remuer la terre souillée de ses souvenirs, depuis les nuits passées avec son frère dans le grenier, ses conversations avec une amie imaginaire, à son mariage raté, pour faire enfin pousser le bonheur. Mais les fljords glacés ne murmurent-ils pas que les chagrins d'amour se transmettent de génération en génération ?

 

Un-mot-des-titres

  Ce billet marque ma deuxième participation au challenge ludique de Calypso

Mon avis :

 

 Ma lecture de ce roman aurait été très différente si je n'avais pas lu (et pas du tout apprécié) Le voleur de vie. L'écriture est plus apaisée, plus sereine, véritablement sensible et douce. L'héroïne, Lilla, n'a rien de la flamboyance et de l'égocentrisme d'Alda.Elle retrouve parfois les accents poétiques qui éclairaient le dénouement du voleur de vie, sans les excès dus, encore une fois, à la personnalité égocentrique d'Alda.

 Lilla n'a jamais été regardée, aimée, protégée, au contraire, elle était négligée, niée. En Islande comme ailleurs, il n'y a pas d'assistante sociale pour les gens aisés, et personne ne se rend compte du délaissement dans lequel LIlla et son frère ont grandi. Qui aurait pu croire que le docteur ne prenait pas soin de ses enfants, elle qui avait un diagnostique si sûr, elle qui a sauvé la vie de tant d'enfants ? Impasse donc. Lilla a grandi dans la dissimulation et, en l'absence d'amie, a dû s'en inventer une. Elle est à la fois extraordinairement active, dans les activités ménagères d'abord, dans son travail ensuite, alors que dans sa vie personnelle, elle est extrêmement passive, cherchant à se fondre dans la masse, à être invisible, quasiment.

L'une des questions majeures de ce roman est celle de la transmission. Que donne-t-on, volontairement ou non, à ses enfants ? Lilla, comme sa mère, travaille dans le milieu médical mais au lieu d'être une brillante doctoresse, elle est une humble infirmière qui accompagne les mourants. Lilla a eu deux filles qui se rapprochent de leur père, comme Lilla s'est rapprochée du sien, mais trop tard pour notre héroîne. Comme sa mère, Lilla n'a pas pu vivre son histoire d'amour avec le jeune homme qu'elle aimait, et, les raisons de la rupture n'étant pas claires, je me suis demandé si Lilla ne s'était pas interdit d'être heureuse et d'être enfin elle-même puisque sa mère n'avait vécu que dans le regret de cet amour, rejetant ainsi ses deux enfants. Le quatrième de couverture l'annonce : le bonheur ne sera pas au rendez-vous. Aurait-il pu l'être en dehors des rêves de Lilla ? Je ne le crois pas.

Le cheval-soleil est un roman en demi-teinte, tendre et sensible. Sa lecture me conforte dans mon goût pour la littérature islandaise.

 

LA PLU~1

dc3a9fi-scandinavie-blanche

Huitème participation au défi Scandinavie blanche de Prune.  

Dixième participation au défi La plume au féminin organisé par  Opaline. .

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Lystig 11/09/2011 18:15


je ne l'ai pas encore acheté !


Sharon 13/09/2011 21:01



Je l'ai eu après le salon du livre de Paris.



lasardine 01/09/2011 21:38


la couv' ne m'attire pas des masses et puis, le temps que j'apprenne à écrire le nom de l'auteur... je préfère rester sur Indridason pour le moment, c'est plus simple ;);)


Sharon 01/09/2011 22:10



J'ai trouvé des noms d'auteurs islandais bien plus difficile à écrire (le mal que j'ai eu avec Olafur Haukur Simonarson...). Le style est très différent d'Indridason, également. Steinunn
Sigurdardottir était poétesse avant d'être romancière, et cela se ressent dans son écriture. J'ajoute qu'elle parle parfaitement le français.



prune 01/09/2011 19:59


Je ne suis pas sûre que je vais aimer... Enfin, je tenterai !


Sharon 01/09/2011 20:40



Le style de Steinunn Sigurdardottir est très particulier, vraiment reconnaissable d'un roman à l'autre.


Je crois que mon faible pour la littérature islandaise se confirme.



Anne 01/09/2011 18:48


J'avais beaucoup aimé ce livre, joli billet !


Sharon 01/09/2011 20:40



Merci Anne !



Hélène 01/09/2011 17:34


:)
Nous avons lu le même livre pour le challenge de Calypso !
Je partage tout à fait tes sentiments face à ce livre, bravo pour ton billet.


Sharon 01/09/2011 20:44



Merci beaucoup Hélène.



Présentation

  • : le.blog.de.sharon.over-blog.com
  • le.blog.de.sharon.over-blog.com
  • : J'ai crée ce blog pour partager mes lectures. Mes goûts me portent plutôt vers le roman policier.
  • Contact

Parlons félins.

Nunzi aussi a son blog :

le  blog de Nunzi

485

Recherche

Challenges

Logo Sharon

Le Challenge animaux du monde  a débuté le 24 juillet2011. Pour vous inscrire et déposer vos billet, c'est ici .

Si vous cherchez des idées de lecture, vous en trouverez en cliquant

 

logo

  Le Challenge romans sous influences a débuté le 18 septembre. Pour vous inscrire et déposer vos billets, c'est ici .

N'oubliez pas la bibliographie

Leblanc

 

Arsène.

Pour le Challenge Maurice Leblanc , les inscriptions et le récapitulatif ont lieu ici .

 

moliere-1318954748

 

Le Challenge Molière est à durée illimitée lui aussi .

 

Lecture

Le Challenge Histoire de famille est à durée illimitée lui aussi. Venez déposer vos billets ici ou Là.

Jetez un coup d'oeil sur la bibliographie.

 

challenge Paris(1) Le Challenge Paris je t'aime est illimité dans le temps.

Mon profil Babelio

Mon profil sur Babelio.com

Hellocoton

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Sharon sur Hellocoton