Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 juillet 2012 7 08 /07 /juillet /2012 10:04

train-bebe.jpg

Oskar éditions - 47 pages.

Mon résumé :

 

Anatole est un vieil homme, solitaire, absolument. Il se tient à l'écart de tout ce qui se passe autour de lui. Les trains passent, pour des destinations inconnues. Des wagons plombés, sans fenêtre. Parfois, un objet tombe du train : une brosse à cheveu, une lettre. Anatole n'en a cure, muré qu'il est depuis toujours dans sa solitude, dans sa volonté de ne jamais être dérangé. Un matin, l'herbe bouge, et c'est un bébé qu'Anatole trouve alors qu'il était en train de jardiner. Il est seul lui aussi. Ils ne seront plus seuls.

 

Mon avis :

 

Cet album est destiné aux enfants de 9 à 11 ans. Je conseillerai fortement aux parents d'accompagner la lecture de l'album car s'il est extrêmement bien écrit, rempli de pudeur, il est aussi basé sur des connaissances implicites que les enfants de neuf ans et plus ne possèdent pas forcément.

Avec Virgile (nom qu'Anatole a donné à l'enfant), il redécouvre les choses les plus simples - c'est qu'il en faut des choses pour un enfant, qui apprend à marcher, à parler, et s'émerveille de tout ce qu'il découvre. Ce qui se passe autour d'eux ne les concerne pas, et même l'intrusion des gendarmes dans cet enclos protégé des troubles extérieurs ne changera rien. La solitude bien connue d'Anatole est une protection, même contre les ragots et les dénonciation.

Le monde extérieur, ce sont pour Virgile les étoiles qui brillent dans le ciel, l'étoile qui brille au fond de ses yeux. C'est aussi le jaune qui est l'unique couleur qui est utilisé pour illustrer cet album, c'est aussi les étoiles cousus sur certains vêtements, puis décousus.

Prévoir mouchoir à la fin de l'album (voir même pendant).

Coup de coeur ? Oui, et plus encore.

 

76012749 pChallenge en train de lire par Aux bouquins garnis

challenge-c3b4-vieillesse-ennemie2.jpgChallenge ô vieillesse ennemie par Métaphore.

 


 


Repost 0
7 juillet 2012 6 07 /07 /juillet /2012 10:50

reine-noire.jpg

édition XO - 469 pages.

 

Mon résumé :

 

Il est difficile d'avoir 17 ans, presque 18 et de voir votre tante abdiquer en votre faveur. Il est encore plus difficile de refuser sans la mettre en colère, surtout que Magister est tout prêt à continuer ses manigances.

 

 

challe11

Challenge littérature jeunesse par Mélo

Mon avis :

 

Tara et le magicgang est de retour, et il n'est vraiment pas facile de rédiger cet avis sans trop vous en dire. Disons que :


- Fafnir et son familier s'entendent bien. Très bien même. Un chaton rose démoniaque peut être le compagnon idéal d'une naine guerrière très prompte à se servir de sa hache. Puis, le rose est à la mode cet été, Fafnir ne le sait pas, mais elle est au top des tendances.


- les compagnons de Tara sont toujours prêts à la suivre n'importe où, même si être son compagnon d'arme signifie assister à des destructions, combattre des tyrans, lutter contre des destructions, quand ce n'est pas Tara elle-même qui provoque des destructions et autres catastrophes magiques. Ils ont mûri, tout en gardant leurs qualités et en se rendant compte de leur faille. Tara, d'ailleurs, ne manque pas de jeter à la figure de Robin LA sus-dite faille - et Robin n'a pas fini de se torturer ses méninges de semi-elfe pour tenter de la combler (la faille, pas Tara, parce que pour le coup, il gagnerait du temps en préparant une salade de concombre).

 

Puis, n'oublions pas Magister. Il n'est pas besoin d'avoir l'avis d'un expert à son sujet, ou de caractérisé son degré de folie. Il est cin-glé, et alors qu'on croyait qu'il était au bout de ses capacités, il parvient encore à nous surprendre par sa crauté et son potentiel à répendre le chaos autour de lui.

 

Ce tome 9 est déjà riche en aventures, en émotions, et en retournements de situations. Il annonce un tome 10 (le dernier de la saga) très prometteur. Une question reste en suspend : qui donc se cache sous le masque de Magister ? 

 

logo-challenge-imaginaire

Challenge les mondes imaginaires par Arieste

Repost 0
26 juin 2012 2 26 /06 /juin /2012 09:48

oncle.jpg 

édition Syros - 100 pages.

Quatrième de couverture :

 

Noé Petit vit à la campagne avec ses parents. Il est souvent seul et s'ennuie un peu. Un soir, un coup de téléphone du commissariat lui annonce la mort d'un certain Armand Petit. Noé apprend alors que son père avait un frère ainé qui vivait depuis 15 ans comme un clochard. Épris de liberté et de voyages, Armand était passionné de poésie. En se laissant porter à son tour par les poètes que son oncle aimait, Noé cherche à comprendre qui était cet homme à la dérive.

 

Mon avis :

 

C'était mon oncle est un roman de littérature jeunesse, simple et pudique. il est simple car il nous raconte l'histoire d'une famille comme nous pouvons en rencontrer tous les jours. Les parents travaillent, veillent sur leurs deux fils, Marc et Noé. Les deux garçons ont des cousins, des cousines, une grand-mère aimante, des copains. Ils n'ont pas les tourments obligés d'une littérature jeunesse dite "réaliste" : maladie incurable, chômage, premier amour. Un coup de fil bouleverse ce bel équilibre : Noé découvre l'existence d'un oncle dont il ignorait l'existence en même temps qu'il apprend sa mort. Armand était un SDF, un clochard, comme ils disent. Ce qui l'a amené à vivre dans la rue n'est pas raconté explicitement, cependant le lecteur peut retrouver le faisceau de cause qui ont mené Armand à vivre dans la rue. Sa mort entraîne des réactions tranchées, et crues. Rien n'aurait été pire que l'indifférence. Rien n'aurait été pire aussi que les leçons de morale à rebours, les remèdes miracles ou la résignation. Tous ses écueils sont évités. 

Ce qui relie, à travers les années, Noé et son oncle, un même amour pour la poésie. Ils ont cette sensibilité commune, cette même émotion à la lecture d'un texte et ses extraits de poème apparaissent avec un grand naturel dans le récit. Je ne pense pas me tromper en disant que l'amour de l'auteur pour ces oeuvres transparaît jusque dans la manière dont il les intègre dans son oeuvre.

C'était mon oncle est un roman à découvrir sans tarder.

 

challe11Challenge littérature jeunesse par Mélo

Lecture

Challenge Histoire de famille

  Challenge-Douce-France-bis-copie

Challenge douce France par Evy

Repost 0
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 13:31

Ogre-rouge.jpgédition Flammarion - 236 pages.

 

Quatrième de couverture :

 

Nouvelle mission pour le célèbre Pinkerton Neil Galore : arrêter un membre de la Brigade Pâle, ennemi juré de l'Agence. Une enquête qui le conduit sur les traces de mystérieux Indiens et de macabres papillons qui dévorent l'âme des vivants... Neil échappera-t-il à son funeste destin ?

 

Circonstance de lecture :

 

Emprunté samedi à la bibliothèque, lu dimanche, critique postée lundi.

 

Mon avis :

 

J'ai adoré ce second tome des aventures de Neil Galore, tout aussi passionnant que le premier.

Nous retrouvons Neil en Californie du Nord, à la recherche d'Angus, l'une des quatre recrues de l'agence qui s'est avéré être un traître de la plus belle espèce. Neil a gagné en assurance, lui qui fait désormais partie de la célèbre agence, mais aussi de sa division spéciale, grâce au pouvoir qu'il maîtrise. C'est presque tête baissée qu'il se lance à la poursuite d'Angus, membre des brigades pâles, et s'il n'avait pas retrouvé son vieux complice Weyland, il n'aurait certainement pas pu nous raconter ce récit rétrospectif, ou alors sur un lit d'hôpital.

Nous retrouvons aussi ses deux comparses, Elly et Armando. Eux aussi ont évolué, chacun à leur manière. Armando assume désormais pleinement ses origines, ce qui fait de lui un précieux membre de l'agence. Elly n'a pas encore renoncé à ses ambitions artistiques, et je ne dis pas qu'elle ne sera pas capable d'une nouvelle volte-face dans le tome suivant. Elle est ici l'élément en demi-teinte, son pouvoir (elle en a forcément un) n'étant pas encore révélé aux lecteurs. Quant aux révélations sur son passé, elles viennent confirmer ce que Neil pressentait dans le premier tome.

En effet, la dimension fantastique est toujours bien présente dans ce second tome, et parfaitement admise par les membres de l'agence. S'ils mènent à bien leurs enquêtes, c'est aussi parce qu'ils savent utiliser des forces positives, contrairement à ses soldats "qui retournent à la poussière" que sont les membres des Brigades pâles. Dans cette Amérique qui semble s'être relevée des séquelles de la guerre de Sécession, les ambitions des sudistes sont toujours là, larvées, comme une revanche qui se tiendrait à portée de colt. Sur terre et dans le ciel, les victoires ne sont que provisoires, et les pistes ne cessent de s'ouvrir à la sagacité des agents Pinkerton.

A bientôt pour le troisième volet de leurs aventures. 

 

challe11Challenge littérature jeunesse par Mélo

Repost 0
6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 00:46

Stuart-Little.jpgEdition Puffin - 131 pages.

 

Mon résumé :

 

A New York, Les Little accueillent leur deuxième fils. Stuart se révèle très différent de son frère ainé, George, il a tout d'une souris, si ce n'est qu'il parle, marche, s'habille comme un humain ordinaire (mais plus rapidement tout de même). Et la vie n'est pas toujours facile quand on est une souris dans un monde d'hommes. 

 

Logo-challenge-gilmore-girls-KarineChallenge Gilmore Girl 

 

Anecdote :

 

EB White a eu l'idée de ce livre après avoir rêvé d'un jeune garçon qui se comportait comme une souris.

 

Mon avis :

 

Ne lisez pas le résumé de l'éditeur : il vous raconte toute l'histoire. Regardez le film, oui, éventuellement : il est assez fidèle, mais comporte tout de même de grandes différences, ne serait-ce que dans le dénouement. Le film est loin d'être mauvais, je préfère nettement le livre.


J'ai été étonnée à la vitesse à laquelle je l'ai lu, bien que j'ai choisi la version anglaise. Stuart est immédiatement attachant, par ses différences, certes, mais surtout par sa volonté qu'il a et qu'il partage avec sa famille de mener la vie la plus normale possible.


Le style est agréable, plein d'humour, et légèrement décalé. Les morceaux de bravoure sont nombreux, mon préféré reste le sauvetage de Stuart par Margallo. New York, à hauteur de souris, est une ville plus dangereuse qu'agréable.

 

Ce n'est plus un Stuart enfant que nous suivons (et qui permet de réaliser un 2 et un 3) mais un Stuart adulte que nous trouvons dès le dernier tiers de ce récit, prêt à prendre sa vie en main, même si cela signifie quitter sa famille pour chercher celle qu'il aime.

 

Stuart little est un classique de la littérature jeunesse, à faire découvrir aux plus jeunes.

 

challe11Challenge littérature jeunesse par Mélo

challenge-ny-12Challenge New York 2012 organisé par Emily. 

Défi anglaisDeuxième participation au Défi lire en anglais : I read in english.

Challenge la littérature fait son cinéma par Will

Repost 0
2 juin 2012 6 02 /06 /juin /2012 17:49

Tonnerre.jpg

édition Flammarion - 240 pages.

 

Mon résumé :

 

La célèbre et mystérieuse agence Pinkerton recrute. Célèbre, elle a l'aval du prédisent Ulysse Grant. Mystérieuse, elle ne s'embarasse pas, pour se débarrasser des brigands, d'utiliser les méthodes que les brigands - voire pire encore. Certains faits sont même incompréhensibles, comme la présence de Pinkerton dans le restaurant où les nouveaux agents sont recrutés, alors qu'il est "occupé ailleurs". Les quatre nouveaux agents auront fort à faire avant de résoudre ses questions.

 

 

 

50Ma participation pour l'état de l'Utah au défi 50 Etats, 50 billets de  Sofynet.

  challe11Challenge littérature jeunesse par Mélo

 

 

 

 

 

Mon avis :

 

76012749 pQuel bonheur de retrouver l'écriture de Michel Honaker après Terre noire ! Quel grand écart réalise-t-il aussi, puisque nous ne sommes plus en Russie, mais dans les Etats-Unis, qui peinent à se remettre de la guerre de Sécession. Nous sommes plus précisément à Salt Lake City, capitale de l'Utah. Il ne manque rien dans ce portrait de l'ouest américain : cow boys armés jusqu'aux dents (et au-delà), indiens, conducteur de diligence, affairistes et même danseuse de saloon, sans oublier les joueurs de poker. La ligne de chemin de fer reliant l'Est à l'Ouest a été inauguré mais le mystérieux voleur qui agit à chaque voyage plombe l'atmosphère. Ce n'est rien en comparaison de ce qui se produira à la mort de trois Pinkertons confirmés.

 

Western ? Roman fantastique ? Il semble toujours nécessaire de réinventer des termes pour définir les romans de Michel Honaker. Un véritable souffle épique traverse l'oeuvre. J'envie le talent de cet auteur, qui peut mêler dans une même oeuvre légendes indiennes et tragédie de la communauté chinoise, qui peut également user des codes du western avec une pincée de fantastique. Certaines pages m'ont même rappeler le style de James Lee Burke (Dans les brumes électriques), c'est dire leur puissance. 

 

Des quatre nouveaux agents, Neil Galore est le plus prometteur parce qu'il assume ce qu'il veut et ce qu'il est. Il a grandi dans les saloons, il est devenu un joueur professionnel et surtout, les épreuves qu'il a traversées ont forgé sa détermination et son sens de l'honneur. Il effraie, oui, parce qu'il maîtrise un don tandis que d'autres rejettent les leurs. Admettre l'incroyable est pour lui le meilleur moyen de se préserver de la folie et de réussir sa mission.

 

J'ai hâte de retrouver Neil Galore dans de nouvelles aventures.

Repost 0
26 mai 2012 6 26 /05 /mai /2012 00:09

Heros-perdu.jpg

édition Albin Michel - 561 pages.

 

Quatrième de couverture :

 

Lorsque Jason, Piper et Léo arrivent à la Colonie des Sang-Mêlé, le seul refuge pour les enfants de demi-dieux, ils croient enfin être en sécurité. Pourtant, autour d'eux, le climat est à la guerre. Les demi-dieux s'entraînent au tir à l'arc avec des flèches enflammées et des explosifs. Et la rumeur d'une terrible malédiction court d'un demi-dieu à l'autre. Pire encore : Jason, Piper et Léo sont les élus pour une dangereuse quête qui doit être accomplie avant le solstice d'hiver. Le trio a quatre jours pour délivrer Héra et empêcher la malédiction de se réaliser...

 

Mon avis :

 

Que deviennent les héros quand leur quête est accomplie ? Peu d'auteurs se donnent la peine de répondre à cette question. Je ne puis m'empêcher de penser que Les héritiers d'Enkidiev est une suite catastrophique aux Chevaliers d'émeraude. Je ne puis m'empêcher de penser qu'Emily Rodda a brillamment relevé le gant avec la suite de la Quête de Deltora. Qu'en est-il de Rick Riordan ?

 

Il commence très fort : Percy Jackson a disparu, et nul doute qu'il est le héros perdu. L'auteur aurait pu ainsi organiser sa recherche pendant 571 pages. Oui et non. Oui, car Annabeth ne cesse de penser à lui. Non, car la colonie des Sang-mêlés a la joie de vous annoncer que leurs ennuis ne font que commencer. A côté, le réveil de Cronos paraît presque une promenade de santé, c'est dire si l'heure est grave.

 

C'est dire aussi à quel point nous allons de découverte en découverte dans ce nouveau roman. Privé de l'humour de Percy (je reconnais qu'il m'a manqué), la narration n'en reste pas moins alerte puisque Rick Riordan a fait le choix d'utiliser trois narrateurs différents : Jason, Piper et Léo, les trois nouveaux demi-dieux. Je ne vous dirai pas de qui ils sont les illustres rejetons, je vous dirai simplement qu'ils auront comme allié un dragon mécanique dont le rôle sera très important. Je n'ai pas non plus de préférence pour l'un d'entre eux, j'ai une préférence pour Piper, la seule fille du trio. Contrairement à trop d'héroïnes de littérature jeunesse, elle est capable d'évoluer - et il ne lui faudra pas plusieurs volumes pour parvenir à s'affirmer.

 

Remplis de rebondissements, le héros perdu est un bon roman de littérature jeunesse, qui a réussi à me surprendre après les cinq volumes de Percy Jackson. J'ai hâte de retrouver celui-ci dans Le fils de Neptune.

 

 

 


Repost 0
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 09:38

Strom--tome-1.jpg

édition Nathan - 298 pages.

 

Mon résumé :

 

Raphaël et Raphaëlle sont jumeaux. Leurs parents sont morts quand ils étaient très jeunes. Un beau jour, ils découvrent grâce à leur parrain et tuteur quelle profession exerçait réellement leurs parents. A leur tour, ils vont intégrer la confrérie des chevaliers de l'insolite.

 

Pourquoi ce billet ?

 

Parce qu'il est temps pour moi de rédiger tous mes billets en retard.

 

 

Mon avis :

 

Je n'ai jamais eu l'âge de lire ce livre. Ado, j'aurai passé mon chemin, je ne lisais que des classiques. Adulte, je me désintéresse de ce roman qui n'apporte rien de nouveau au genre. Il est agréable à lire ? Tant mieux, c'est la moindre des choses. Tout est bien qui finit bien ? Tant mieux, nous sommes dans la littérature jeunesse. L'action se situe à Paris. Merveilleux, je peux ainsi l'intégrer au Challenge Paris je t'aime. Deux personnages secondaires sont particulièrement sympathiques. Youpi : j'aurai aimé les voir plus souvent.

 

Je reconnais que mon billet est tout en retenu, parce que beaucoup de clichés m'ont dérangée. Je ne parle même pas de l'absurdité d'avoir choisi des prénoms aussi ressemblants pour les jumeaux, à croire qu'ils ont interchangeables. Je ne parle pas non plus des parents des jumeaux : même morts, ils me sont antipathiques, et ce n'est pas le portrait mélioratif qu'en dresse le tuteur des jumeaux qui me fera changer d'avis, loin de là. Ils m'ont fait penser aux personnages-types de mes cours de catéchisme, un comble pour le roman d'une société secrète qui lorgne un peu vers le Da Vinci Code. Et, en ce qui concerne l'esprit de sacrifice, n'est pas Sévérus Rogue qui veut (pour comprendre l'allustion, lire le dernier tome d'Harry Potter).

 

Si vous aimez les histoires de société secrête et les ados aux pouvoirs merveilleux, lisez plutôt A comme association de Pierre Bottero et Erik L'homme.

 

Challenge-Douce-France-bis-copie Challenge douce France par Evy.

challenge Paris(1)

Challenge Paris je t'aime

logoChallenge Romans sous Influences by Sharon & George

 

 

 

 

J'ai néanmoins eu une idée : inclure ce livre dans le challenge Romans sous influences.

  • La référence au roman/auteur/personnage apporte-t-elle réellement un intérêt au roman ?
  • Je n'ai pas aimé le roman, je suis donc mauvaise juge. Je pense qu'il pourra peut-être faire découvrir le mythe de Faust aux jeunes générations. Lironst-ils l'oeuvre de Goethe ? J'en doute.
  • Comment prend corps la référence au roman/auteur/personnage ?
  •   Le personnage est l'adversaire de l'organisation secrète depuis des siècles. Il est un es personnages essentiels de l'action, si ce n'est que nous ne découvrons son identité qu'à la fin.
  • S’il s’agit d’un personnage d’influence, est-il rendu fidèlement ? L'idée de base est respectée. Maintenant, son identité est découverte trop tard pour que je puisse en juger avec certitude. Il rejoint également le mythe du chevalier au baricel. Ce dernier point me ramène, tout comme le mythe de Fauste finalement, aux influences judéo-chrétiennes qui m'ont gênée tout le long du roman.
Repost 0
9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 10:42

 

Olympien.jpgédition Le livre de poche jeunesse - 426 pages.

 

Pourquoi ce billet ?
J'ai écrit celui des quatre tomes précédents, je ne vais pas craquer maintenant !
Mon résumé :

La journée de Percy avait pourtant bien commencé, jusqu'à ce qu'un pégase (son pégase) vienne le saluer, avec Beckerdorff sur son dos. La prophétie est sur le point de se réaliser.

Mon avis :

Le final de la saga Percy Jackson est brillant. Il apporte son lot de rires et de larmes. Parce que les dieux laissent souvent leurs enfants demi-dieux se débrouiller pour résoudre les problèmes de leurs parents divins. Parce qu'aucun des pensionnaires de la Colonie ne reculera ou presque, et si Clarisse se comportera comme Achille, elle trouvera son Patrocle - preuve que Rick Riordan maîtrise assez bien ses classiques. Parce que Percy ne veut plus jamais ça - et le ça recouvre beaucoup de choses. Parce que je me plaignais du manque de bataille dans le tome précédent et que dans celui-ci, je suis largement et abondamment servie. Parce que New York a failli être détruit. Parce que personne ne sera oublié. Parce qu'après avoir refermé ce livre, j'ai envie de commencer la nouvelle saga de Rick Riordan.

challenge-ny-12 

Repost 0
5 mai 2012 6 05 /05 /mai /2012 09:23

Labyrinthe.jpgédition Le livre de poche jeunesse - 416 pages.

 

Quatrième de couverture :

 

La vie de Percy est menacée. L'armée de Cronos s'apprête à attaquer la Colonie des Sang-Mêlé, en empruntant le Labyrinthe de Dédale. Percy et ses amis doivent trouver Dédale avant Cronos et tout faire pour lui barrer la route. Mais circuler dans l'enfer souterrain n'est pas aisé... surtout quand le chemin est parsemé d'effroyables pièges.
Mon avis :
Après Purge de Sofi Oksanen, je cherchais une lecture facile sans être pour autant navrante. J'ai donc lu le tome 4 des aventures de Percy Jackson, fils de Poséidon. Je serai juste : après quatre volumes, je n'ai guère de surprise. Ah, si, une : Annabeth a enfin une quête, ce qu'elle désirait plus que tout depuis trois volumes. Percy, le narrateur et personnage principal, conserve son humour, en touches légères.Il faut dire qu'après ce qui est arrivé à Bianca, il n'a guère le coeur à plaisanter, et si les coeurs sont hantés chez Erik L'homme, c'est bien l'esprit de Percy qui est hanté de vision.
Même si certains conflits trouvent leur résolution, si des questions trouvent enfin des réponses, j'ai quand même un goût de déjà vu. Si les errances, et les surgissements dans diverses villes américaines peuvent être amusants, en revanche j'ai regretté que la bataille finale fut si brève.
Je retiens cependant mon personnage préféré : Kitty O'Leary. 
Repost 0

Présentation

  • : le.blog.de.sharon.over-blog.com
  • le.blog.de.sharon.over-blog.com
  • : J'ai crée ce blog pour partager mes lectures. Mes goûts me portent plutôt vers le roman policier.
  • Contact

Parlons félins.

Nunzi aussi a son blog :

le  blog de Nunzi

485

Recherche

Challenges

Logo Sharon

Le Challenge animaux du monde  a débuté le 24 juillet2011. Pour vous inscrire et déposer vos billet, c'est ici .

Si vous cherchez des idées de lecture, vous en trouverez en cliquant

 

logo

  Le Challenge romans sous influences a débuté le 18 septembre. Pour vous inscrire et déposer vos billets, c'est ici .

N'oubliez pas la bibliographie

Leblanc

 

Arsène.

Pour le Challenge Maurice Leblanc , les inscriptions et le récapitulatif ont lieu ici .

 

moliere-1318954748

 

Le Challenge Molière est à durée illimitée lui aussi .

 

Lecture

Le Challenge Histoire de famille est à durée illimitée lui aussi. Venez déposer vos billets ici ou Là.

Jetez un coup d'oeil sur la bibliographie.

 

challenge Paris(1) Le Challenge Paris je t'aime est illimité dans le temps.

Mon profil Babelio

Mon profil sur Babelio.com

Hellocoton

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Sharon sur Hellocoton