Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 avril 2012 3 11 /04 /avril /2012 12:51

Gravure.jpgédition Milady - 120 pages.

 

Quatrième de couverture :

 

Quand les soeurs d'Artigo vivaient en Outremonde, Menolly n'était pas une vampire, Camille était déjà un agent très spécial mais n'avait pas encore rencontré celui qui allait changer le cours de sa vie.
Voici l'histoire de son premier amour.

 

 

Mon avis :

 

J'ai eu ce livre en cadeau pour l'achat de deux autres livres. Je l'ai lu hier, au rythme joyeux de : cinq copies, un chapitre, cinq copies, un chapitre, etc, etc...Que dire ? Le bleu de la couverture est éblouissant ?Je pense que vous vous en serez déjà aperçu. Quant à l'héroïne, elle ne sera pas une inconnue pour vous si vous avez lu la saga Les soeurs de la lune. Je ne l'ai pas lu, et je pense que ce n'est pas avec ce pré-quel que j'aurai envie de poursuivre l'aventure.

Camille est l'héroïne de cette opus. Elle n'a qu'une obsession : s'unir charnellement avec un individu masculin, un Fae de préférence. Le verbe qu'elle utilise trois fois par chapitre, pour ne pas dire trois fois par page, est bien plus éloquent. Je vous rassure, ou vous effraie : elle parvient à ses fins.

L'intérêt de ce livre est que je peux l'inscrire au challenge des mondes imaginaires, que j'avais un peu laissé de côté. En effet, l'action se situe en Outremonde, un lieu rempli de Fae, de nains et autres créatures extraordinaires, qui passent donc parfaitement inaperçues. Les villes attirent, fugueuses et orphelines préfèrent y voler ou se prostituer plutôt que de vivre de cueillette à la campagne - vie plutôt désuette, je vous l'accorde. Il faut dire que la ville principale, avec ses bâtiments en marbre, est saisissante de beauté d'après Camille, bien que le moyen de déplacement le plus fréquent soit encore les chariots. Camille, en temps que soeur de la lune, se trouve aussi catapulté sur le plan Astral pendant les chasses mensuelles - ou inopinément, comme c'est le cas dans ce texte. Ce lieu n'est pas tellement exploité ici, si ce n'est qu'on y rencontre de charmantes créatures qui ressemblent trait pour trait à des putois.

J'ajouterai néanmoins que j'ai une tendresse particulière pour Delilah d'Artigo, qui se trouve malencontreusement être une chatte-garou, ce qui ne facilite pas ses relations avec cet élément nommé l'eau. Il est dommage qu'elle n'apparaisse pas davantage dans ce volume, cela aurait été drôle.

logo-challenge-imaginaire

Challenge les mondes imaginaires par Arieste

Repost 0
31 mars 2012 6 31 /03 /mars /2012 10:32

couv47028928.jpgédition Michel Laffon - 352 pages.

 

Merci aux éditions Michel Laffon et au forum Livraddict pour ce premier partenariat.

 

Présentation de l'éditeur :

 

Dans les interminables plaines du Montana s'étend le Lykos Ranch. Alentour, les voisins sont loin de se douter que ses occupants sont les membres de l'un des clans de loups-garous les plus puissants d'Amérique du Nord. Parmi eux, un seul humain a sa place : Indiana Teller.
Alors qu'Indiana se remet à peine de l'enlèvement de sa mère, le père de sa petite amie Katerina est sauvagement agressé, laissé à moitié mort. Une seule certitude : cette attaque n'est pas d'origine humaine. Le jeune homme est prêt à tout pour découvrir l'auteur de cet ignoble crime. À moins qu'il ne s'agisse d'un complot visant à l'éloigner des siens... et à détruire ce qui l'unit à celle qu'il aime ?
Entre une nouvelle menace vampire et les haines qui déchirent les clans, Indiana a plus que jamais besoin de ses dons de rebrousse-temps pour élucider ces mystères. Saura-t-il maîtriser ce pouvoir capricieux? Et comment protéger Katerina de ces sombres machinations ? Car la nuit, tous les loups sont gris, et un traître pourrait bien se cacher parmi eux...

 

 

 

challe11.jpg challenge littérature jeunesse par Mélo

 

Mon avis :

 

Revoilà Indiana ! Nous le retrouvons moins d'un mois après les événements mouvementés qu'il a subi qui ont vu le clan de son grand-père mis en danger. Indiana est immédiatement confronté à un événement sanglant dont il se serait bien passé, puisqu'il implique le père de Katerina, sa dulcinée. Surtout, s'il se doute de l'identité des charmants personnages qui ont manigancé cette agression, et bien, il ne s'agit que de doutes, et si Indiana a appris des choses depuis le premier volet de ses aventures, c'est : 

- avoir des preuves solides est toujours utile.

- se méfier des apparences, aussi.

- se méfier de tout le monde, également.

 

Néanmoins, il peut compter sur ses grands-parents, même s'ils sont ressortis affaiblis de la lutte (je trouve d'ailleurs que le résumé en tête du second volume est bien utile, j'espère simplement qu'il ne dissuadera pas certains lecteurs de se contenter du tome 2). Il est aussi très entouré. Par Chuck, qui est officiellement son meilleur tortionnaire, pardon, son meilleur ami. Par Nanny, sa nourrice avec laquelle il a de nombreux points communs : être entièrement dévoué(e) aux personnes aimées et être différent. Par Axel, le semi loup garou, qui se retrouvera confronté à une situation.... qu'il n'avait pas du tout prévu.

 

Mais, franchement, qui pouvait s'attendre à ce qui se passe dans ce second volume ? Bien sûr, je me doutais que Brandkel n'allait pas faire acte de contrition et rentrer dans le rang. Je ne me doutais pas que son esprit tortueux allait encore concevoir des machinations aussi alambiquées. Je ne vous parle même pas de son fils Tyler, toujours au poste, toujours le souffre-douleur attitré de son père, toujours amoureux de Katerina. Tous ces "toujours" provoqueront "encore" des soucis à Indiana.

 

Ah, Indiana, narrateur de cette histoire pleine de rebondissements : en le lisant, j'ai irrésistiblement pensé à Jasper de A comme association. Lui aussi cultive le goût des blagues foireuses dans les situations délicates. Cependant, Indiana n'a pas la chance d'avoir des pouvoirs magiques. Humain dans un monde de loup, il a appris à survivre grâce à l'amour des siens, et à se sortir des pires situations grâce à ses seules qualités humaines, et à un tout petit pouvoir surnaturel qui, pour l'instant, lui cause plus de soucis que de profit.

 

Ce second tome voit l'arrivée de nouveaux personnages : les vampires. J'ai l'impression que Sophie Audouin-Mamikonian s'est particulièrement amusée en les créant. Non seulement elle maîtrise parfaitement les codes vampiriques, mais elle s'en joue (y compris les plus récents) pour créer ses propres vampires. Le résultat est très réussi, et promet quelques moments particulièrement réjouissant - sauf peut-être pour notre héros, qui se retrouve avec une nouvelle catégorie de créatures surnaturelles sur les bras, sans trop savoir quelle masse d'ennui (ou d'aide ? qui sait ?) qu'elles vont lui apporter.

 

Ce second tome des aventures d'Indiana Teller est hautement recommandable. Certes, je suis impatiente de lire la suite, mais je souhaite aussi que l'auteur prenne tout le temps qu'il faut que le troisième tome soit aussi réussi que celui-ci.

 

challengeQuatreSaisons

Challenge quatre saisons

Repost 0
25 février 2012 6 25 /02 /février /2012 22:41

Fievre-rouge.jpgédition J'ai lu - 446 pages.

 

Mon résumé :

 

Mac est une siddle sheer, elle est capable de voir les faës. Elle est toujours décidée à venger la mort de sa soeur Alina. Mais la douce et rose Mac a bien changé, pour laisser la place à Primitive Mac.

 

Mon avis :

 

Faisons un peu de mathématiques pour commencer. Sois le temps que j'ai mis à enchaîner les deux premiers tomes (six mois) et la vitesse à laquelle j'ai lu ce second tome (deux jours - vivent les vacances et l'insomnie). Si vous vous posez la question si j'ai aimé, la réponse est donc oui, j'ai même commencé le tome 3.

J'aime bien les personnages qui évoluent, et contrairement à certaines héroïnes qui restent toujours aussi stupides (j'ai un nom sur le bout des lèvres), MacKayla se métamorphose. Elle est loin, la poupée barbie dont la seule préoccupation était ses vêtements roses et mauves. Mac a beaucoup d'événements à gérer : venger la mort de sa soeur, accuser le coup sur la vérité de ses origines, protéger les siens, répondre aux questions embarrassantes de la garda, sauver sa peau avec une régularité confondante, et dans des situations toujours plus complexes. Mac est toujours dans l'action, et essaie de tirer les leçons de ses erreurs passées pour s'adapter aux nouveaux obstacles qu'elle affronte. C'est loin d'être facile, car les créatures des ténèbres sont toujours plus nombreuses.

Mon billet sur le tome 3 ?

Bientôt. 

LA PLU~1 Défi la plume au féminin

 

Comment ? J'entends des protestations ? Je n'ai pas parlé de Jéricho Barrons ? Que voulez-vous que je dise sur lui que tant d'autres n'ont dit avant moi ? Toujours aussi mystérieux et ambigu, il est l'adversaire allié préféré de MacKayla. Il est aussi son sauveur attitré, là où ses soi-disants semblables se défilent assez lamentablement. Il est sans doute le personnage le plus charismatique de cette série, et il est loin d'avoir révélé tout son potentiel.

Repost 0
23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 11:22

 

Harris.jpgLecture commune avec Syl
Quatrième de couverture (extrait) :


Avec son habitude de toujours être dans les mauvais plans, Sookie est témoin d'une attaque à la bombe du Merlotte, le bar où elle travaille. Maintenant que Sam Merlotte est maintenant connu comme métamorphe, les soupçons se tournent immédiatement vers les "anti" locaux.
Mais Sookie suspecte quelque chose d'autre, elle et Sam travaillent ensemble pour découvrir qui est le coupable et les motivations de cette attaque.

 

Mon avis :

Oyez, oyez ! Sookee est de retour ! Le tome 10 m’avait déçu, le tome 11 tient ses promesses : apocalyptique. Ne craignez pas le pire, il est là. Le roman est très drôle, et ce n’est pas volontaire (il aurait dû s'appeler Mort de rire, c'était mon état en le lisant).

 

J’ai eu sérieusement envie de secouer Sookee, rarement capable de prendre sa vie en main. Si elle n’a pas la chance que les autres (soit une masse importante de personnages) décident pour elle, notre brave serveuse flotte dans l’indécision, quand ce n’est pas dans un bain de sang. Elle ne relève même pas les allusions à des faits qu’elle ignore que la plupart des autres personnages font devant elle, et laisse passer presque toutes les occasions d’obtenir des explications. D’un côté, cette attitude prouve que Sookee est la digne sœur de Jason, de l’autre, j’ai eu l’impression désagréable que Charlaine Harris en gardait en réserve pour l’écriture du douzième tome – voir plus si affinités. Les garous et autres métamorphes sont quasiment écartés de l’intrigue, au profit des fées, qui grignotent de plus en plus le récit. Quant aux vampires, ils n’ont pas posé leur RTT dans le domaine de la lutte. Par contre, leurs plans d’action sont à mourir de rire. Je n’ai garde d’oublier une autre lutte : Eric contre Bill. L’un est sur le départ, l’autre sur le retour. Qui l’emportera, surtout qu’Alcide (ex-Len) est de la partie lui aussi. Pour un peu, je me croirai dans les feux de l’amour, ou autre soap opéra.

 

Le tome 12 ? Bien sûr que je le lirai. Je ne vais pas craquer si près du but. N'est-ce pas déjà ce que je disais pour ce tome-ci ?

Bit-lit-2012--logo1-

Ma première participation au challenge Bit-lit 2012

Repost 0
1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 17:51

les-heritiers-d-enkidiev---tome-2---nouveau-monde-254598-25.jpgédition Michel Lafon - 338 pages.

 

Mon résumé :

 

Les héritiers des chevaliers ne découvrent pas seulement des nouveaux mondes, ils découvrent aussi de nouveaux dieux et de nouvelles menaces. Feront-ils face ?

 

Rentree-litteraire.jpg

Challenge rentrée littéraire chez Hérisson

 

Mon avis :

 

Je me lasse, je me lasse. Oui, nous sommes plongés en pleine aventure avec ce second tome, mais les aventures cesent assez rapidement, et le train train quotidien reprend ses droits - jusqu'à la prochaine bataille. Là, j'ai eu envie de dire : "stop". Je veux bien aimer les rebondissements, à condition qu'ils ne soient pas simplistes, répétitifs et prévisibles - celui du chapitre 11 est gros comme le palais d'emeraude.

 

Je n'aime pas non plus l'évolution prise par les personnages. Que Wellan n'est pas changé est normal - vous avez vu Wellan changer en douze tomes ? Non ? Moi non plus. Que Kira préfère la vie de famille à la guerre, je le conçois. Que des divinités ou des amoureux transis fassent le coup de Jupiter à Amphytrion à quatre reprises, ce n'est plus un hommage rendu à la littérature classique, ce n'est qu'une péripétie grotesque. Je vous épargne les très nombreux voyages (-dans le temps et dans l'espace), sans oublier les très nombreux repos, ablutions, le tout nappé avec l'éternel sauce à la guimauve qui, contrairement à l'usage qu'on en attend, me monte au nez plus vite que la moutarde. 

 

Je ne vous cacherai pas qu'avec la survenue de nouveaux et multiples personnages, et de deux nouveaux Panthéons divins aux noms et aux attributs variés, je me suis perdue dans le méandre de ses personnalités diverses mais manichéennes. J'ai par contre apprécié le duo Hadrien/Onyx (le seul couple durable de ce récit, non ?) et les petites touches comiques qu'ils apportent à cette saga (du bon usage des chandeliers).

 

Certes, Anne Robillard sait créer des mondes nouveaux mais là aussi, je m'y perds, en dépit des cartes détaillées placées dans le livre. Enkidiev étant supposé bien connu des lectures (entre les différents royaumes, je me suis égarée souvent), Enlilkisar est le nouveau "continent" à découvrir, lui et ses peuples. Plus qu'un territoire, ce sont des peuples, des croyances et des rivalités qu'il nous faut connaître.

 

Je sais que c'est moche de laisser tomber si prêt du but (il ne reste que deux autres tomes parus à ce jour au Québec) mais là, trop c'est trop.

 

logo-challenge-imaginaire.pngChallenge les mondes imaginaires par Arieste

Repost 0
27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 22:03

fablehaven,-tome-3---le-fleau-de-l-ombre-100801édition Nathan - 473 pages.

 

Quatrième de couverture :

 

Un nouveau péril menace le sanctuaire secret de Fabelhaven, le refuge des créatures fantastiques dont les grands-parents de Kendra et Seth sont les gardiens. Un terrible fléau se répand à travers le domaine, transformant ses habitants en êtres maléfiques. Mais qui est à l'origine de ce mal ? Et qui pourrait sauver la réserve ?

 

Seth et Kendra doivent agir vite avant que le Fléau de l'Ombre n'ait définitivement plongé le sanctuaire dans le chaos. Mais des traîtres au service de la Société de l'Etoile du Soir sont parmi eux.

 

Mon avis :

 

Se méfier de tous. Tel est le mot d'ordre depuis la fin du tome 2, depuis qu'une alliée de poids s'est révélée une traîtresse, et que la suspicion s'étend jusqu'au plus haut sommet. Ton bien solennel, me direz-vous, pour commencer un billet sur un livre de littérature jeunesse fantasy. Certes, mais cette série a une qualité qui ne s'est jamais démenti depuis le premier tome, et celui-ci ne fait pas exception à la règle.

 

Peu de temps s'est écoulé depuis la fin du second tome, et les grands-parents Sorenson ont de plus en plus de mal à trouver des prétextes pour garder Kendra et Seth, leurs petits-enfants, auprès d'eux. La rentrée des classes approche, et leurs parents, ce qui est légitime, ont hâte de revoir leur progéniture. Une nouvelle attaque est menée contre le domaine, et elle est encore plus retorse que les premières. Toutes les ressources connues seront mises en oeuvre, toutes les alliances possibles, et toutes les créatures magiques devront montrer un front uni - y compris des créatures que le lecture découvre dans ce troisième tome. Nous découvrons aussi un autre sanctuaire secret, et des créatures qui ne déplairaient pas aux amateurs de littérature plus saignante.

 

Ce monde magique est parfaitement organisé, les fils de l'intrigue se tissent, se croisent et s'entrecroisent pour former un récit parfaitement logique et dense. L'intérêt, pour moi, est dans nos deux personnages principaux, Seth et Kendra, personnages qui évoluent avec les tomes, sans manichéisme. Kendra est presque une privilégiée : elle découvre l'étendu des pouvoirs qu'elle a reçus grâce aux fées. Qui dit grands pouvoirs dit aussi grandes convoitises de la part de leur ennemi. Kendra devient chevalier de l'Aube, une société secrète  qui lutte contre la Société de l'Etoile du Soir - sans être épargnée par elle, quelques chevaliers sont peut-être des espions. Si sa première mission exploite ses pouvoirs, elle la mène aussi au-devant de très grands dangers - et loin de Fablehaven. Seth est un personnage beaucoup moins manichéen. Il a tiré les leçons de ses précédentes aventures. Il n'est pourtant pas devenu un garçon obéïssant, non - ce ne serait plus Seth ! D'ailleurs, il a pu se rendre compte que certains risques étaient bons à prendre, il a juste compris qu'il se devait de peser le pour et le contre avant de satisfaire sa curiosité ou de partir à l'aventure. Il n'est pas livré à lui-même (Kendra non plus : leurs grands-parents veillent toujours sur eux, ou les confient à une personne de confiance comme Warren) et lui aussi a reçu un don qui lui est bien utile dans cette aventure.

 

Pour sauver Fablehaven, il est nécessaire de se plonger dans le passé, et son passé viendra à la rescousse du présent. Message énigmatique de ma part, qui prendre tout son sens si vous lisez ce livre. challenge-abc2012

 

PS : l'illustration de couverture montre le nouveau meilleur ami de Seth (je plaisante à peine) mais surtout, un personnage essentiel dans la lutte contre le Fléau.

Repost 0
25 octobre 2011 2 25 /10 /octobre /2011 17:23

Les-heritiers-d-Enkidiev-tome-1-renaissance1édition Albin Michel - 338 pages.

 

Mon résumé :

 

Vous vous êtes toujours demandés ce que devenaient les héros une fois leur quête achevée ? Cette nouvelle saga est la réponse.

 

Mon avis (bref) : si vous aimez les chevaliers d'Emeraude, mon avis ne vous servira à rien, vous avez d'ors et déjà lu cette suite. Si vous ne les aimez pas, vous aurez passé votre chemin.

 

Mon avis (plus développé) :

 

J'ai acheté ce livre il y a quelques mois, j'ai même acquis le tome 2 : il était temps que je le lise, non ? J'ai profité du STAR, de mes vacances, et d'un long moment avec mes chats pour le lire. Un conseil : ne lisez surtout pas le quatrième de couverture, il vous raconte tout, ou presque.

 

chateau16Si cette lecture était agréable, reposante, je dois tout de même avouer que j'ai eu du mal à rentrer dans le livre, qui débute par de très longues énumérations des noms des chevaliers (classés par ordre alphabétique) et ce qu'ils étaient devenus. Puis, chaque chapitre s'attache plus particulièrement à un chevalier, ou à un couple de chevaliers (si ceux-ci se sont unis). La paix est revenue, les chevaliers sont privés de leurs anciens pouvoirs magiques (qui ne sont plus nécessaires) et ils vont pouvoir mener la vie dont ils ont toujours rêvé pendant ces longues années de guerre. Bref, mariage, naissance(s), tourisme dans les royaumes voisins (histoire aussi de trouver un endroit où s'établir et travailler) et même, pour un couple, naissance de petits-enfants. J'ajouterai même qu'une union, attendue depuis au moins six tomes de la saga des Chevaliers d'émeraude, a lieu.

 

Certains ont des destins moins ordinaires, comme Mann (chevalier que j'avais pour  ma part complètement oublié), Dérek (et ses soucis de paternité - ce n'est pas gentil, mais j'ai bien ri) et Hawke. La jeune génération n'est pas en reste et ce sont souvent les enfants des chevaliers qui vivent les aventures les plus exaltantes, à commencer par Katil et Natrach. "Exaltantes" est peut-être un bien grand mot car toutes ses aventures sentent tout de même la guimauve à plein nez (parfait pour se reposer, vous dis-je).

 

Les meilleurs sont gardés pour la fin, à savoir Kira, son mari, et son fils aîné Wellan. N'oublions pas le roi d'Emeraude, Onyx, dont le poison qui coule dans les veines n'a pas amélioré le caractère et Hadrian, son ami-sincère-à toute-épreuve, le seul qui peut lui parler sans risquer de déclencher une colère noire (ou pire si absence totale d'affinité). Mais, c'est bien gentil tout ce bonheur tarte à la crème, il était temps que l'action commence, qu'une nouvelle quête débute, que la nouvelle génération de chevaliers se lève. C'est le cas !!!!! Page 320. Plus que 18 et c'est la fin du livre. Flûte.

 

Heureusement, j'ai le tome 2 : je le commence ce soir.

 

Ma septième particpation au Challenge  Vie de château organisé par Cécile, Pimpi et mademoiselle Pointillés

Repost 0
15 octobre 2011 6 15 /10 /octobre /2011 19:49

a-comme-association--tome-6---ce-qui-dort-dans-la-nuit-2258.jpgEditeur : Gallimard Jeunesse / Rageot Editeur - Nombre de pages : 206

 

Quatrième de couverture :

 

Prénom : Jasper.

Age : 15 ans

Description : grand, maigre, peau blafarde et yeux charbon.

Profession : agent stagiaire à l’Association et lycéen ( à ses heures perdues).

Signes particuliers : pratique la magie et joue de la cornemuse dans un groupe de rock médiéval.

Aime : les mauvais jeux de mots, Donjons et Dragons, l’Agent stagiaire Ombe.

 

Rentree-litteraire.jpg

Challenge rentrée littéraire chez Hérisson

 

Mon avis :

 

Il est des priorités dans la vie de lecteur. Honorer ses challenges. Me précipiter sur le sixième tome de la saga A comme association, sorti aujourd’hui et le lire dans la foulée. Réunir les deux par le plus grand des hasards est sans doute le mieux.

 

Comme toutes les séries pour lesquelles j’ai une tendresse particulière, je passe certaines faiblesses. De nouveaux éléments sont apparus, certes, et quels éléments ! Nous découvrons la véritable nature de mademoiselle Rose et un nouveau visage pour Walter. Nous retrouvons Fafnir, sortilège fidèle et sympathique, toujours prêt à accomplir ce que lui demande son sorcier bien-aimé. Des personnages que nous avons déjà rencontrés (notamment un certain vampire un peu cramé) réapparaissent. Nous faisons connaissance avec des adversaires aussi redoutables que mystérieusement méconnus. Deux nouveaux agents stagiaires s’imposent.  J’ai un peu des doutes sur Jules (espion rime parfois avec poltron). Quant à Nina, elle ne manque pas de courage, elle a déjà séduit ses collègues, dont un joueur de cornemuse débordé par les missions qu’il s’est imposé à lui-même. La narration évolue, grâce à de curieuses réminiscences que Jasper ne parvient pas à interpréter – et que le lecteur craint de faire.

 

Les points faibles maintenant. Je crains que ceux qui sont déjà lassés par la série ne la poursuivent pas. Toutes les pistes lancées dans le cinquième tome ne trouvent pas d’aboutissement dans celui-ci. L’énergie dont Jasper était animé s’atténue et on (pas besoin de révéler l’identité de ce « on ») a raison de dire qu’il doit rester sur ses gardes. Certaines négligences coupables, certaines péripéties sont soit trop faciles, soit invraisemblables, comme si ce tome avait été écrit trop vite et c’est la construction même de l’intrigue qui en pâtie.

 

Le tome 7 paraîtra en février 2012 : il est évident que je le lirai.

 

 

Un-mot-des-titres

 

Repost 0
10 octobre 2011 1 10 /10 /octobre /2011 14:45

Voici la troisième aventure d'Anita Blake que je lis, et le moins que je puisse dire est que je ne suis pas très assidue à lire cette série.

 

anitablaketome3.jpg


Comme convenu, je cède la parole à maître Pelletier-Vérel, avocat fantôme de son état.

 

- J'ai tout le temps de lire, je suis mort. Je vous épargne certains détails, comme la difficulté de tourner les pages, mais peu importe. Je découvre une littérature dont j'ignorais l'existence. Que voulez-vous, j'ai surtout lu le code pénal.

Cette Anita Blake... elle tue des vampires. Je puis vous assurer que je n'en ai jamais rencontré, et pourtant, j'ai bien cherché, personne n'a pu me renseigner. Cette Anita relève aussi des zombies : je puis vous dire aussi je n'en ai jamais vu. Pour le Challenge Halloween, je tiens cependant à préciser qu'effectivement, dans ce roman, nous trouvons un authentique zombie, relevé dans un authentique cimetière non par Anita, mais par Larry, qui vient tout juste d'être engagé, avec une formation réduite au strict minimum. Heureusement qu'Anita était là, sinon, la situation aurait dérapé encore plus qu'elle n'a dérapé : les vampires sont bien plus à craindre que les zombies. Après cette plaidoirie réduite au strict minimum, je cède à nouveau la parole à Sharon.

 

- Merci. Je n'ai pas grand chose à ajouter. Je n'irai pas jusqu'à dire aussitôt lu, aussitôt oublié, mais presque : je ne suis pas fan de cette série. L'intrigue a mis trop de temps à se mettre en place. J'ai eu aussi l'impression parfois d'assister à des "remplissages", histoire de gagner du temps entre deux péripéties essentielles. J'ai interrompu ma lecture plusieurs fois, tant je n'accrochais pas à ce roman alors qu'en dépit de ses défauts, je reste fidèle à La communauté du Sud.

Je crois que cette fois-ci, c'est définitif : je ne lirai pas le tome 4.

 

HIlde

 

Repost 0
4 août 2011 4 04 /08 /août /2011 20:34

Fievre-noire-copie-1.jpgédition J'ai lu - 407 pages.

 

Mon résumé :

 

Mac mène une vie très tranquille en Georgie. Elle étudie - vaguement, bronze - souvent. Sa vie bascule le jour où elle reçoit un coup de téléphone de Dublin. Sa soeur aînée, Alina, a été sauvagement assassinée à Dublin où elle poursuivait ses études. Les jours passent, l'enquête piétine. Pas question pour Mac de se résigner, de "faire son deuil", comme on lui répète de le faire. Elle part pour Dublin, bien décidé à découvrir qui a tué sa soeur.

 

Mon avis :

 

Je ne suis pas du tout ennuyée à l'idée de rédiger cet article - sauf qu'il faut bien se rendre à l'évidence : les fans de la série ont déjà lu le livre avant moi ainsi que la suite, ceux qui ne sont pas intéressés par l'Urban fantasy (précision écrite sur le quatrième de couverture, je ne connaissais même pas l'existence de ce genre littéraire) passeront leur chemin et n'auront que faire de mon avis. Alors comment écrire un article un tantinet original ???? En écrivant strictement comme d'habitude.

 

L'héroïne est très attachiante (non, ce n'est pas une faute de frappe), et ce n'est pas Jéricho Barrons qui me dira le contraire. Il est vrai que pour une américaine moyenne, habillée comme une poupée Barbie ou un arc-en-ciel ambulant (même affligée par la mort de sa soeur, Mac continue à avoir une préférence marquée pour le rose bonbon, le parme ou le pêche), se retrouver brusquement projetée dans un monde cauchemardesque, peuplé d'Unseelies monstrueusement monstrueux est une expérience destabilisante. Je ne vous raconterai pas non plus à quel point rencontrer Jericho Barrons peut aussi être une expérience hors-norme. Ses méthodes sont un peu cavalières - mais avouez qu'essayer de protéger Mac, qui n'en fait quasiment qu'à sa tête et est bien assez grande pour se protéger toute seule (en oubliant les règles les plus élémentaires de sécurité. A croire que son ange gardien est surentraîné. A moins qu'il ne s'appelle Barrons tout simplement) n'est pas non plus une partie de plaisir. Pour Jéricho - je le plaindrai presque, déjà qu'il n'a pas un physique facile le pauvre (et oui, ce n'est pas aisé d'être beau, viril et élégant), se coltiner ce cauchemar rose bonbon est parfois éprouvant. 

 

Spontanément, je n'ai pu m'empêcher de comparer Mac à Sookee, une autre héroïne blonde, du Sud, serveuse de son état, dont un membre de la famille a été sauvagement assassiné. Toutes les deux sont irrésistiblement attirées par des créatures pas vraiment de notre monde. Sauf que Sookie se jette volontairement dans les bras de vampires et autres bestioles plus ou moins poilues, alors que Mac est victime de leur charme, et fait tout pour lutter contre celui-ci (sinon, elle serait devenue une pri-ya, et ses carottes étaient cuites). Surtout, la différence essentielle est la manière dont la mort d'Alina est vécue, au sens plein du terme, par Mac. Il ne lui suffit pas d'une journée et d'une bonne tarte à la rhubarbe pour se consoler. Rien n'y parvient en fait, et retrouver l'assassin de sa soeur est littéralement ce qui fait avancer Mac - et ce qui la protège aussi. 

 

Je tiens à rassurer tout le monde : je ne suis pas devenue accro à la série. Je commence le tome 2 ce soir.  

 

Repost 0

Présentation

  • : le.blog.de.sharon.over-blog.com
  • le.blog.de.sharon.over-blog.com
  • : J'ai crée ce blog pour partager mes lectures. Mes goûts me portent plutôt vers le roman policier.
  • Contact

Parlons félins.

Nunzi aussi a son blog :

le  blog de Nunzi

485

Recherche

Challenges

Logo Sharon

Le Challenge animaux du monde  a débuté le 24 juillet2011. Pour vous inscrire et déposer vos billet, c'est ici .

Si vous cherchez des idées de lecture, vous en trouverez en cliquant

 

logo

  Le Challenge romans sous influences a débuté le 18 septembre. Pour vous inscrire et déposer vos billets, c'est ici .

N'oubliez pas la bibliographie

Leblanc

 

Arsène.

Pour le Challenge Maurice Leblanc , les inscriptions et le récapitulatif ont lieu ici .

 

moliere-1318954748

 

Le Challenge Molière est à durée illimitée lui aussi .

 

Lecture

Le Challenge Histoire de famille est à durée illimitée lui aussi. Venez déposer vos billets ici ou Là.

Jetez un coup d'oeil sur la bibliographie.

 

challenge Paris(1) Le Challenge Paris je t'aime est illimité dans le temps.

Mon profil Babelio

Mon profil sur Babelio.com

Hellocoton

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Sharon sur Hellocoton