Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 octobre 2010 4 28 /10 /octobre /2010 15:47

un-amour-vintage.jpgTitre : Un amour vintage. 

Auteur : Isabel Wolff

Editeur : France Loisirs, collection Piment.

Nombre de pages : 526.

   

Quatrième de couverture :

   

Phoebe Swift vient d’ouvrir une boutique de vêtements d’occasion à Blacknheath. Pour surmonter sa tristesse due à la mort de sa meilleure amie, elle se réfugie dans son métier : rendre à ces merveilleuses pièces vintage leur splendeur passée et leur offrir une nouvelle vie. Un jour, elle rencontre Thérèse, une vieille dame française qui souhaite lui vendre quelques tailleurs et costumes élégants. Parmi sa garde-robe, Phoebe découvre un manteau d’enfant bleu ciel, datant des années 1940, loin de se douter que celui-ci a un lien profond et intime avec sa propre vie…

 

 

Mon avis :

 

 

Je ne suis pas une fan de chick-litt, j’en lis très peu. Pourtant, ma dernière expérience en la matière (Soirée Sushi d'Agnès Abecassis ) a été plutôt réussi.

 

 

Pour moi, l’archétype de la chick-litt, c’est Confession d’une accro au shopping : une jeune femme qui achète des vêtements, jusqu’à ce que son compte en banque soit dans le rouge, remplit son compte en banque à nouveau, puis redépense tout et plus. Les nombreuses suites n’étaient pas très différentes. J’avais donc l’impression que quand on en avait lu un, on les avait tous lus.

 

 

Un amour vintage d’Isabel Wolff sort pourtant du lot. Oui, Phoebe achète des vêtements, et n’hésite pas à dépenser des sommes extravagantes. Mais elle n’achète pas n’importe quel vêtement. Elle est passionnée par les habits vintage, parce qu’ils sont originaux, résistants, et parce qu’ils ont une histoire, celles des personnes qui les ont portées. Elle est une archéologue du vêtement comme le dit sa mère. Elle les retape, les restaure, mais pas pour elle, elle les vend dans la petite boutique qu’elle vient d’ouvrir. Son but est de rendre les gens heureux.

 

 

Son projet a l’air naïf et futile, Phoebe ne l’est pas. Les femmes qui rentrent dans sa boutique cherchent une robe qui va les rendre plus belle, ou qui va leur permettre d’oublier la grisaille de leur existence. Rien n’est rose dans ce roman, sauf la couleur des robes. Phoebe est rongée par la culpabilité. Bien sûr qu’elle n’est pas responsable de la mort de sa meilleure amie, mais la culpabilité et le remords ne sont pas des sentiments rationnels. Bien sûr, un nouvel homme entre dans sa vie, son passé et son présent sont suffisamment lourds pour l’empêcher de se projeter dans une histoire d’amour.

 

 

Mais c’est dans un passé plus lointain encore, dans les heures sombres de la guerre que Phoebe devra se plonger pour exorciser son passé - et celui d’une de ses clientes, devenue son amie. La déportation, le sort des enfants juifs cachés pendant la guerre sont des sujets rarement traités dans la chick-litt. Cette gravité s’inscrit bien dans la tonalité du roman.

 

 

J’ajouterai que les passionnés de couture apprécieront les nombreuses références, aussi bien aux travaux de ravodage qu’aux grands noms disparus, dont les modèles défilent dans la boutique.

 

Objectif

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Cécile 16/11/2010 11:57


Je l'ai dans ma PAL, je suis tentée de ne pas le laisser croupir !


Sharon 17/11/2010 20:53



Je ne pense pas que tu seras déçue.


Bonne lecture.



Cyndy 29/10/2010 10:46


La couverture du livre est trop belle,j'ai déjà vu ce mot chick-lit,mais c'est quoi au juste(oups je ne sais pas ce que c'est hihi)
bisoux


Sharon 29/10/2010 19:53



Je l'avoue, c'est la couverture qui m'a attiré, la quatrième de couverture a confirmé mon choix. La chick-lit (littéralement ; littérature de poulette) sont des livres "réservées aux filles",
dans lesquels on parle des problèmes de fille comme "quelle nouvelle robe acheter ?" "je suis une acheteuse compulsive", "j'ai encore pris du poids", etc, etc. Ce sont le plus souvent des livres
légers et faciles à lire. Les auteurs phares du genre sont Sophie Kinsella, Helen Fielding (le journal de Bridget Jones), Lauren Weisberger (Le Diable s'habille en Prada) ou Plum Sykes (Blonde
attitude).


Bises.



Syl. 29/10/2010 09:17


Salut,
Je ne connais pas l'univers des mordues du shopping. Mais j'adore la customisation, les tissus, les dentelles, les galons... je rentre en transe. Ton livre peut me plaire.


Sharon 29/10/2010 10:39



Merci Syl.


Dans ce livre, les acheteuses cherchent vraiment des pièces coup de coeur (à une exception près), elles n'achètent pas juste pour acheter, c'est ce qui est vraiment intéressant dans ce
roman. 



antigone 28/10/2010 20:52


Ouh je l'avais noté. Ton avis me confirme ma première idée.


Sharon 28/10/2010 22:34



Tant mieux  (sauf si ta propre PAL doit en souffrir).



Présentation

  • : le.blog.de.sharon.over-blog.com
  • le.blog.de.sharon.over-blog.com
  • : J'ai crée ce blog pour partager mes lectures. Mes goûts me portent plutôt vers le roman policier.
  • Contact

Parlons félins.

Nunzi aussi a son blog :

le  blog de Nunzi

485

Recherche

Challenges

Logo Sharon

Le Challenge animaux du monde  a débuté le 24 juillet2011. Pour vous inscrire et déposer vos billet, c'est ici .

Si vous cherchez des idées de lecture, vous en trouverez en cliquant

 

logo

  Le Challenge romans sous influences a débuté le 18 septembre. Pour vous inscrire et déposer vos billets, c'est ici .

N'oubliez pas la bibliographie

Leblanc

 

Arsène.

Pour le Challenge Maurice Leblanc , les inscriptions et le récapitulatif ont lieu ici .

 

moliere-1318954748

 

Le Challenge Molière est à durée illimitée lui aussi .

 

Lecture

Le Challenge Histoire de famille est à durée illimitée lui aussi. Venez déposer vos billets ici ou Là.

Jetez un coup d'oeil sur la bibliographie.

 

challenge Paris(1) Le Challenge Paris je t'aime est illimité dans le temps.

Mon profil Babelio

Mon profil sur Babelio.com

Hellocoton

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Sharon sur Hellocoton