Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 22:22

sans-un-mot2.jpg

 

Titre : Sans un mot.

Auteur : Harlan Coben.

Editeur : Belfond.

Nombre de pages : 410.   

 

Quatrième de couverture :    

 

Jusqu’à quel point connait-on vraiment son enfant ? Mike et Tia ne cessent de se poser la question : leur fils Adam, seize ans, a changé. Réfugié dans sa chambre, il ne quitte plus son ordinateur.

Malgré leurs réticences, Mike et Tia se décident à installer un logiciel de contrôle.

Un jour, un e-mail inquiétant.

Et Adam disparaît.

Sans un mot…

C’est alors que tout bascule.

Sur un rythme d’enfer, Harlan Coben nous entraîne dans un thriller plus électrisant que jamais. Piégés du web, délinquance virtuelle, tueur psychopathe, le maitre de nos nuits blanches se joue de nos angoisses avec une délectation machiavélique.  

 

Mon avis :    

 

J’ai beaucoup aimé ce livre. Je vous le conseille vivement.

C’est un peu court. Je suis d’accord avec vous.

Je l’ai lu en deux cessions, en une seule journée (argument numéro 2).

J’entends quelqu’un murmurer que, de toute façon, je ne lis quasiment que des romans policiers.

Certes.

Que je suis une fan d’Harlan Coben. Que ce roman comporte des points communs avec la série des Myron Bolitar, à laquelle il est même fait allusion.

Oui.   

 

Voici donc ma critique étoffée.

 

Le roman prend racine dans un milieu huppé, sans histoire. Un peu plus, je me croirai dans un épisode de Desperates housewifes. Mike est chirurgien, Tia est avocate, ils ont deux beaux enfants. Leurs voisins, leurs amis, ne sont pas très différents : belle carrière, superbe famille.

 

La belle façade se fissure rapidement. Le suicide d’un fils, et le lent désagrégement d’un couple. Un père divorcé qui tente de soigner les blessures de sa fille et les siennes. Des drames intimes trop longtemps tus. Des maris et des femmes qui se sont écartés l‘un de l‘autre, sans s’en rendre compte. Pour tous, surtout depuis le suicide du jeune Spencer, la peur de tout perdre.

 

La mort qui plane et le désir de protéger son enfant, coûte que coûte entraîne l’obsession de tout contrôler, afin d’être des parents parfaits. Harlan Coben nous interroge ainsi, indirectement. Est-il bon que les parents sachent tout sur leurs enfants ? Est-il bon que les parents cachent des évenements à leurs enfants ? Le but est toujours de les protéger mais comment les enfants peuvent-ils grandir si les parents ne leur accordent aucune confiance ? 

 

Les nouvelles technologies jouent un rôle prépondérant dans l‘intrigue. Sans elles, le roman et ses multiples rebondissements n’auraient pas été possible. Sans elles, le roman n’aurait même pas existé.

 

A chaque problème, sa solution. Le paradoxe de ce roman est que la solution envisagée par le criminel et celle choisie par les victimes en devenir ne sont pas différentes : se faire justice soi-même. Seule la manière change, elle est très rarement exempte de violence, même latente. La police est là pourtant, efficace, mais avec des failles - comme chacun des personnages du récit.

 

Le dénouement laisse derrière lui l'impression d'un immense gâchis, semé par le tueur et par des personnes animées d'intentions moins funestes. L'intrigue n'en reste pas moins extrêmement efficace.

 

 challengeabccritiques1                                Objectif-copie-1 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Syl. 14/05/2012 13:23

Tu te souviens que tu me l'avais offert ? J'ai aimé et je te remercie. Je l'ai lu pour le Star. Je te rejoins sur la série des desperate.

Sharon 14/05/2012 18:16



Oui, je m'en souviens. Je suis ravie que tu l'aies aimé - les suivants sont moins bons.



Mia 10/07/2011 22:06


Je l'ai lu il y a peu de temps et je l'ai trouvé très très bien !
C'était mon premier Harlan Coben, là j'en ai 4 qui attendent sagement alignés dans ma bibliothèque !


Sharon 10/07/2011 22:36



J'ai dû lire une douzaine de romans d'Harlan Coben (voir plus, j'avoue que je n'ai pas compté). Du coup, je n'en ai plus qu'un à lire (Dans les bois, mais en anglais).



Cécile 02/02/2011 14:13


Je crois que celui là mon père me l'a filé... faut que je vérifie si c'est bien celui là


Sharon 02/02/2011 14:30



Je ne les ai pas tous, il me manque encore quelques romans d'Harlan Coben. Mon préféré reste Ne le dis à personne.



Céline72 01/02/2011 12:43


J'ai beaucoup aimé ce Coben. Pas un seul moment je me suis ennuyée.


Sharon 01/02/2011 22:55



Le lire m'a fait du bien. Ne serait-ce que me prouver, après cinq jours sans pouvoir lire une ligne, que j'étais encore capable de lire un livre en une journée et de rédiger un avis "correct".



lasardine 30/01/2011 21:52


il faut que je découvre un peu plus Coben car jusqu'à présent il ne m'a pas vraiment convaincue... peut être avec celui ci donc ^^


Sharon 31/01/2011 16:05



Je n'irai pas jusqu'à dire que je ne suis pas très obejctive... Néanmoins, certains titres sont meilleurs que d'autres. Les derniers romans de la série Myron Bolitar (je les ai lus en anglais)
sont moins bons.



Présentation

  • : le.blog.de.sharon.over-blog.com
  • le.blog.de.sharon.over-blog.com
  • : J'ai crée ce blog pour partager mes lectures. Mes goûts me portent plutôt vers le roman policier.
  • Contact

Parlons félins.

Nunzi aussi a son blog :

le  blog de Nunzi

485

Recherche

Challenges

Logo Sharon

Le Challenge animaux du monde  a débuté le 24 juillet2011. Pour vous inscrire et déposer vos billet, c'est ici .

Si vous cherchez des idées de lecture, vous en trouverez en cliquant

 

logo

  Le Challenge romans sous influences a débuté le 18 septembre. Pour vous inscrire et déposer vos billets, c'est ici .

N'oubliez pas la bibliographie

Leblanc

 

Arsène.

Pour le Challenge Maurice Leblanc , les inscriptions et le récapitulatif ont lieu ici .

 

moliere-1318954748

 

Le Challenge Molière est à durée illimitée lui aussi .

 

Lecture

Le Challenge Histoire de famille est à durée illimitée lui aussi. Venez déposer vos billets ici ou Là.

Jetez un coup d'oeil sur la bibliographie.

 

challenge Paris(1) Le Challenge Paris je t'aime est illimité dans le temps.

Mon profil Babelio

Mon profil sur Babelio.com

Hellocoton

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Sharon sur Hellocoton