Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 septembre 2012 2 04 /09 /septembre /2012 09:43

41-gVPY3xKL._SL500_AA300_.jpg

éditions Sabine Wiespieser - 162 pages.

 

Mon résumé :

 

Pays basque espagnol. 1936. Aïta rentre chez lui, pour l'anniversaire de son fils. Il trouve la maison vide : sa femme, ses fils, ses beaux-parents ont dû fuir car les oncles (les frères de sa femme) sont des activistes anti-franquistes. Grâce à sa voisine, il apprend où ils sont partis, et les rejoint à Hendaye. Les années d'exil commencent.

 

Mon avis :

 

J'ai attendu, j'ai même relu le texte avant de rédiger mon avis. Si ce texte a de grandes qualités, il a aussi des défauts, inhérents à ces qualités.

 

J'ai été charmé par la langue, absolument magnifique, avec laquelle ce récit est écrit : elle est d'une poésie et d'une musicalité inouie. Elle tient à distance le pathos, tout en nous montrant les sentiments des personnages face à cette douleur commune : l'exil. Pas de plainte, jamais, pas d'épanchements excessifs : chaque membre de la famille vit l'exil à sa manière.


Aïta et Ama ont tout quitté pour fuir le franquisme et la seule chose qui leur reste est de pouvoir être ensemble. L'important est que "nous restions en vie, unis. Toujours libres". La narration est ainsi divisée en deux. D'un côté, nous avons le carnet d'Anna, qui ponctue les grandes étapes de leur exil (les déménagements successifs, l'envoi des oncles dans un camp de réfugiés) et livre ses sentiments, toujours avec pudeur et retenue, bien qu'il s'agisse d'un carnet intime. De l'autre, nous avons une narration à la troisième personne, qui nous permet de découvrir Aïta, plus renfermé, mais aussi les trois fils de la maison, chacun ayant un ressenti différent face à cette nouvelle vie, en France.


Pourtant, les épreuves qu'ils ont traversées sont nombreuses, et c'est là que cette retenue m'a dérangé, car elle se rapproche dangeureusement de l'indifférence. Les camps de prisonniers, puis la seconde guerre mondiale, la résistance, les camps de concentration (la déportation est évoquée) sont si rapidement évoquées que j'ai eu l'impression qu'aucun fait historique ne les touchait, en dehors de ce fait qui bouleversait leur vie : la dictature franquiste. Nous touchons ici à ces rêves oubliés, qui donnent leur titre au livre :

 

"Nous sommes ici depuis de si nombreux mois et je réalise seulement au soir de cette triste journée que nous avons vécu uniquement dans l’espoir du retour. Ce rêve a lentement embrumé nos esprits, et maintenant la réalité nous frappe de plein fouet, fermant brutalement les frontières. Tant que le dictateur sera au pouvoir, nous ne pourrons pas revenir, nous le savons. "

 

Ce livre a été lu dans le cadre du prix Océans :

 


prix

 

Ce récit est servi par une langue magnifique, d'une musicalité et d'une poésie inouie.

 

Ce

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Anne 05/09/2012 11:26

Je l'ai acheté à Paris et je ne l'ai toujours pas lu (un de plus...)

Sharon 06/09/2012 13:08



Je ne dis rien : je fais pareil.



flipperine 04/09/2012 18:13

il y a de bons livres qui laissent des traces

Sharon 04/09/2012 21:55



Exactement !



Syl. 04/09/2012 15:55

L'indifférence que tu soulignes est peut-être due à la renonciation et le sentiment de se protéger.

Sharon 04/09/2012 16:07



J'y ai pensé, je l'avoue.



Philisine Cave 04/09/2012 13:10

Parfois la prose suffit mais ici, les faits historiques semblent catalogués, non ?

Sharon 04/09/2012 13:16



Je sais que beaucoup ont adoré ce livre. Pour moi, il est deux faits, très précis, qui ne sont pas passés. La déportation : on ne sait ce que deviennent les cousins (et pourtant, j'ai lu le livre
deux fois) et l'agression d'Ama par un soldat-ange.



Asphodèle 04/09/2012 12:06

Je ne sais pas si mon comm est passé, quand je l'ai envoyé il m'a notifié "error 09" !!! Je disais donc que sans plus pour le moment sauf peut-être pour le style et la musicalité dont tu parles !
Je demandais aussi s'il était traduit de l'espagnol ?

Sharon 04/09/2012 13:17



Oui, il est passé. La prose est très belle, effectivement, mais elle n'est pas traduite de l'espagnol. Je lirai peut-être le premier roman de l'auteur.



Présentation

  • : le.blog.de.sharon.over-blog.com
  • le.blog.de.sharon.over-blog.com
  • : J'ai crée ce blog pour partager mes lectures. Mes goûts me portent plutôt vers le roman policier.
  • Contact

Parlons félins.

Nunzi aussi a son blog :

le  blog de Nunzi

485

Recherche

Challenges

Logo Sharon

Le Challenge animaux du monde  a débuté le 24 juillet2011. Pour vous inscrire et déposer vos billet, c'est ici .

Si vous cherchez des idées de lecture, vous en trouverez en cliquant

 

logo

  Le Challenge romans sous influences a débuté le 18 septembre. Pour vous inscrire et déposer vos billets, c'est ici .

N'oubliez pas la bibliographie

Leblanc

 

Arsène.

Pour le Challenge Maurice Leblanc , les inscriptions et le récapitulatif ont lieu ici .

 

moliere-1318954748

 

Le Challenge Molière est à durée illimitée lui aussi .

 

Lecture

Le Challenge Histoire de famille est à durée illimitée lui aussi. Venez déposer vos billets ici ou Là.

Jetez un coup d'oeil sur la bibliographie.

 

challenge Paris(1) Le Challenge Paris je t'aime est illimité dans le temps.

Mon profil Babelio

Mon profil sur Babelio.com

Hellocoton

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Sharon sur Hellocoton