Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 août 2011 2 23 /08 /août /2011 18:30

le-pacte-des-vierges-vanessa-schneider.jpgTitre : Le pacte des vierges.

Auteur :Vanessa Schneider.

Editeur : Stock

Nombre de pages : 191.

 

Quatrième de couverture :

 

« A la fin de l’année scolaire, le lycée de Gloucester (Massachussets) comptait 17 jeunes filles enceinte […] La moitié d’entre elles – toutes ont moins de seize ans è ont avoué avoir fait un pacte pour avoir leurs bébés et les élever ensemble »

Times Magazine, 18 juillet 2008.

Circonstances de lecture :

 

Je participe à nouveau cette année au challenge 1 %, organisé par Hérisson. M'étant rendu (comme toutes les semaines) chez le bouquiniste, j'ai eu la surprise d'y trouver ce roman sorti le 17 août. Je l'ai immédiatement acheté. Il m'a paru également pouvoir rentrer dans le cadre du défi La plume au féminin organisé par Opaline.

 

LA PLU~1

 

Mon avis :

 

L'article de Times parle de grossesses non désirées. Pour travailler depuis onze ans avec des adolescentes, je peux vous dire que j'ai vu, effectivement, des grossesses non désirées mais aussi des grossesses désirées, des adolescentes qui ne recherchaient "qu'un mec pour leur faire un gamin" et ce, dès l'âge de 14/15 ans. Les statistiques des avortements de mineurs en France n'intéressent pas mes élèves, par contre elles sont fortement intéressées pour savoir combien de mineurs mènent leur grossesse à terme. Certaines ont déjà choisi les prénoms, d'autres reviennent au collège pour montrer le symbole de leur réussite - à savoir leur bébé.

Le livre est étiqueté "roman", pourtant tout est fait pour que nous ayons l'impression de lire un document, un témoignage. Quatre des jeunes filles prendront tour à tour la parole, interviewé par une romancière française, mère de trois enfants, dont le nom ne sera jamais révélé.

 

Ces quatre jeunes filles ont des caractères et une histoires personnelles très différentes, pourtant elles n'ont pas vraiment un ton ou un style très différent - faut-il y voir une uniformisation voulue par la forme témoignage ? A moins qu'il ne faille y voir une solidarisation par l'emploi d'un même discours.

 

Les trois filles font corps autour de leur leader, Lana. Au début, elles sont toutes décidées à ne rien révéler du tout, et surtout pas l'existence d'un pacte entre elles. Puis, petit à petit, les failles apparaissent, parce que leur situation devient difficile, parce que la grossesse, ce n'est pas du tout aussi joyeux que ce qu'elles pouvaient imaginer (les nausées, les envies pressentes, la prise de poids importante) et parce qu'elles comprennent que le bébé ne sera bientôt plus un fantasme, mais une réalité.

 

J'ai été frappé par l'indigence dont ces jeunes filles sont victimes. Indigences de soin, d'abord : l'une d'elles ne verra le médecin qu'une seule fois au cours de sa grossesse, parce qu'elle n'a pas d'assurance. Sa mère, qui cumule déjà trois emplois, fera des heures supplémentaires pour offrir à sa fille... une échographie. Il est aussi ahurissant de découvrir qu'elles n'ont pas accès à la contraception, et que leurs partenaires n'utilisent pas de préservatifs (trop chers ... et trop la honte d'aller en acheter). Indigence affective aussi. Même si ce n'est pas exprimé aussi crument, il est évident qu'elles ont cherché à se reconstruite une famille puisqu'elles-mêmes n'en avaient plus. Lana et Cyndie (les deux inséparables) veulent se prouver qu'elles peuvent être des bonnes mères en dépit du fait que les leurs sont absentes, réellement et virtuellement. Pour Kylie - comme Kylie Minogue, toute la famille est fan - la cause de son choix tient plutôt en la reproduction du schéma maternel (elle est très proche de sa mère) : elle n'a que dix-sept ans d'écart avec la sienne.  Mis à part Cyndie, qui a la volonté de construire un avenir pour son fils, aucune d'entre elles n'a de père pour son enfant, juste un géniteur (qui risque gros, puisqu'elles sont mineures). Comment croire à l'importance du père quand le sien n'a rien trouvé de mieux que de partir le plus vite possible, ou de gâcher complètement votre vie ? Seule Sue semble faire exception, comme si cette grossesse était son ultime acte de rébellion contre une famille très catholique - pour ne pas dire extrémiste. Elle sera une des premières à rentrer dans le rang et acceptera sans doute la solution que lui proposent ses parents.

 

L'auteur elle-même reste dans l'ombre. A aucun moment, elle ne prend la parole dans le récit, nous pouvons juste deviner ses questions (ou ses réactions) d'après les propos des filles. Je pourrai dire qu'elle leur apporte une reconnaissance, là où d'autres ne cherchaient qu'à leur donner de la notoriété, ou à les transformer en symbole pour leur cause. Je dirai surtout qu'elle leur offre deux choses qui leur ont manqué : elle ne vient pas à elles avec un avis préconçu à leur sujet et elle les écoute, réellement.

 

Le pacte des vierges, plus qu'un témoignage sur l'Amérique profonde, montre le passage du statut d'enfants à celui de mère.

 

Rentree-litteraire.jpg

Challenge rentrée littéraire chez Hérisson

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jeneen 29/10/2011 22:37


c'est vrai ? c'est tellement triste..à cet âge, de vouloir à ce point être aimée...Mais les pères ??? Tu as du les rencontrer aussi parfois. Tu enseignes sans doute dans des milieux plus difficiles
que moi...Biz


Sharon 29/10/2011 22:44



Oui, c'est vraiment ce qui ressort "je veux un môme car il sera forcé de m'aimer, il n'aura que moi". Je n'irai pas jusqu'à utiliser le mot de "père", je dirai "géniteur", voir, dans un cas
"généreux donateur" - le bébé sera élevé par la mère et sa compagne. 


Bises.



jeneen 29/10/2011 22:00


coucou, très bon billet,( j'ai lu quand même bien que je sois en train de lire le roman), j'espère aimer comme toi....tu en parles bien, j'avais été attérée par ce sujet lorsqu'on en avait parlé
entre deux lignes à la tv...Hâte de voir quelles peuvent être les milieux et éducations de ces jeunes filles, si cela a jooué...


Sharon 29/10/2011 22:30



Merci beaucoup !


Je me sens proche du sujet car c'est une réalité pour moi depuis que j'enseigne. Il n'y a pas un cas qui ressemble à un autre mais le point commun est trop souvent le manque d'amour ou
d'attention dans l'enfance. Toutes celles que j'ai connues (à l'exception, peut-être, de celles à qui les parents ont interdit l'avortement) ont eu un enfant parce qu'elles voulaient que
quelqu'un les aime, fut-ce leur bébé.



patrick 11/09/2011 11:04


et je pense que pour mon prochain embarquement,je vais prendre ce bouquin que tu as présenté avec beaucoup de talent.J'en ai entendu parlé sur une chaine de télé anglaise(étant en peche souvent en
mer d'irlande,on s'adapte....)et je pensais deja essayer de le trouver.Là tu valides ma premiere impression....Bon dimanche et merci encore.
patrick.


patrick 11/09/2011 10:55


sympa un blog sur les bouquins!Etant marin,je devore pendant mes temps de repos,des ouvragessurtout historiques,biographiques.Le dernier en date est un "pavé assez bizarre,mais super interessant,et
surtout très derangeant:"Histoire secrète du patronnat français"de 1945 à nos jours.sous la direction de 2 journalistes:benoit Collombat et david Servenay.C'est a decouvrir....;-)
patrick.


Mélo 10/09/2011 11:12


Ton article est très intéressant. Nodrey l'a lu également et avait aimé aussi. Moi je voulais me contenter de voir le téléfilm.
Ouch, des heures sup pour payer une échographie !
J'ai une amie de collège qui est tombée enceinte à 17 ans. C'était voulu. Depuis les bancs de la 5ème, elle me disait toujours qu'elle voulait un enfant très tôt. Elle l'a finalement eu. 15 ans
après, elle est toujours avec le papa et est heureuse comme tout. C'était, à l'époque, son moteur de vie... Ca lui a finalement très bien réussi. Mais je conçois très bien que cela ne soit pas
toujours le cas. Mais son histoire est similaire à celles de ces jeunes filles. Un enfant... pour se sauver soi-même. (ce qui n'aboutit pas toujours à un dénouement heureux).


Sharon 11/09/2011 16:28



Oui, c'est un des détails qui m'a sidéré - comme le fait qu'une des adolescentes ne s'inquiète pas plus que cela alors que son bébé ne bouge plus. Personne ne songe à la nécessité de faire
consulter ces jeunes filles, non, juste (pour un des futurs grand-pères) à faire faire un test ADN pour être sûr des origines ethniques du bébé.


Chaque désir d'enfants est vraiment personnel. Et je dis bien "désir d'enfants", et non désir de bébé, car parfois, quand le bébé n'en est plus un, le désintérêt s'installe (et pas seulement chez
les mères adolescentes). Maintenant, ton amie de collège n'était pas seule, la preuve, le papa est toujours à ses côtés. Dans le livre, le père (à une exception près) n'est qu'un géniteur, et
cela change beaucoup de choses.



Présentation

  • : le.blog.de.sharon.over-blog.com
  • le.blog.de.sharon.over-blog.com
  • : J'ai crée ce blog pour partager mes lectures. Mes goûts me portent plutôt vers le roman policier.
  • Contact

Parlons félins.

Nunzi aussi a son blog :

le  blog de Nunzi

485

Recherche

Challenges

Logo Sharon

Le Challenge animaux du monde  a débuté le 24 juillet2011. Pour vous inscrire et déposer vos billet, c'est ici .

Si vous cherchez des idées de lecture, vous en trouverez en cliquant

 

logo

  Le Challenge romans sous influences a débuté le 18 septembre. Pour vous inscrire et déposer vos billets, c'est ici .

N'oubliez pas la bibliographie

Leblanc

 

Arsène.

Pour le Challenge Maurice Leblanc , les inscriptions et le récapitulatif ont lieu ici .

 

moliere-1318954748

 

Le Challenge Molière est à durée illimitée lui aussi .

 

Lecture

Le Challenge Histoire de famille est à durée illimitée lui aussi. Venez déposer vos billets ici ou Là.

Jetez un coup d'oeil sur la bibliographie.

 

challenge Paris(1) Le Challenge Paris je t'aime est illimité dans le temps.

Mon profil Babelio

Mon profil sur Babelio.com

Hellocoton

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Sharon sur Hellocoton