Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mai 2010 5 21 /05 /mai /2010 15:38

images garçonTitre : Le garçon qui voulait courir vite.
Auteur : Pierre Bottero
.
Editeur : Castor Poche Flammarion.
Nombre de pages : 172.

Quatrième de couverture :

Debout derrière la grille de l’école, Agathe regarde son frère. Jules ne dit rien, il semble perdu et Agathe en est malade. Depuis l’accident de voiture de leur père cet été, Jules ne parle presque plus et court de moins en moins bien… comme s’il avait perdu l’usage de ses jambes.
Qui rendra à Jules sa joie de vivre ?

Mon avis :

Quand j’ai emprunté ce livre à la bibliothèque municipale, je ne pensais pas que j’éprouverai un véritable coup de cœur pour ce roman. Certes, j’adore les œuvres de Pierre Bottero
, mais je ne croyais pas aimer autant celui-ci.

Ce roman traite d’un sujet sensible sans aucune sensiblerie : les conséquences de la mort accidentel d‘un père aimant, celui d‘Agathe et de Jules sur leur vie quotidienne. L’intrigue ne débute pas juste après sa mort, mais quelques mois plus tard, quand les personnes commencent à surmonter leur chagrin et à reprendre le cours de leur vie. Marie, la maman, souffre de la mort de son mari, mais n’en délaisse pas pour autant ses enfants. Elle fait face aux problèmes qui se posent (des problèmes financiers notamment) en cherchant toujours les meilleurs solutions pour ses enfants. Agathe, la grande sœur, est la narratrice. Elle tient quasiment un journal de bord : les jours heureux, les jours où la vie normale reprend son cours, et les jours où les incidents viennent perturber leur nouvelle vie. Si nous entendons bien la voix d’une adolescente, en revanche le style est toujours correct mais sans affectation.

Tout n’est pas rose, loin de là, car Jules, le petit frère, ne se remet pas. Il parle de moins en moins, et se montre incapable de courir. Pour ces deux raisons, lui et sa sœur consultent un pédopsychiatre une fois par semaine. Agathe juge sévèrement ce professionnel de la santé, avec une légère ironie et une distance certaine que lui ont donné les épreuves qu’elle a traversées. Fort heureusement, il va être remplacé par une nouvelle praticienne, aux méthodes et aux capacités d’écoute radicalement différentes.

Si Agathe surmonte mieux la mort de son père que Jules, c’est aussi parce que son frère était présent lors de l’accident. Il a été éjecté de la voiture, il a survécu, pas son père, et si le terme de « culpabilité » n’est évoqué qu’à l’extrême fin du roman, c’est aussi parce que c’est seulement à ce moment-là qu’Agathe comprend ce qui empêche son petit frère de courir comme avant.

Ce sujet sensible se double d’un autre : Agathe, Jules et Thomas, son nouvel ami (et même un peu plus au fil du roman) sont confrontés à la violence gratuite de jeunes du collège et de leur cité. Au fur et à mesure que le roman se déroule, Agathe ne va pas se laisser déborder par les événements, dont la violence va crescendo (menaces verbales, puis menaces physiques, pour en venir à la violence physique pure). Elle va chercher à surmonter l’obstacle, en analysant, avec l’aide de Thomas pourquoi Julien et ses amis agissent ainsi, et plus elle aura d’éléments, plus elle va ajuster son comportement envers eux. Pierre Bottero 
montre qu‘il ne faut pas se laisser déborder par la violence, qu‘il faut oser faire appel à plus fort que soi (c’est-à-dire, dans ce cas, la loi, la justice), sans sacrifier toutefois la solution «télévisée » comme il l’appelle lui-même, presque comique, en tout cas fort réjouissante.

L’épilogue du roman est particulièrement cocasse, puisqu’après avoir suivi le point de vue d’Agathe pendant tout le roman, elle donne la parole à tous les protagonistes, y compris à Ben Johnson (un personnage déterminant pour la guérison de Jules).

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Sofia 12/03/2014 15:57

Comment décrire Jules physiquement en 10 lignes

sarah 21/05/2011 08:02


le garcon qui vouleit courir vite il est biensurtout quand il change de psi


Sharon 22/05/2011 21:27



Oui, mais s'il n'avait pas eu le premier psy, le contraste aurait été moins visible.



Pauline 23/09/2010 21:59


AH, il va me le falloir celui là !


Sharon 24/09/2010 20:04



Tu as raison : c'est vraiment un excellent roman. Bonne lecture Pauline.



Présentation

  • : le.blog.de.sharon.over-blog.com
  • le.blog.de.sharon.over-blog.com
  • : J'ai crée ce blog pour partager mes lectures. Mes goûts me portent plutôt vers le roman policier.
  • Contact

Parlons félins.

Nunzi aussi a son blog :

le  blog de Nunzi

485

Recherche

Challenges

Logo Sharon

Le Challenge animaux du monde  a débuté le 24 juillet2011. Pour vous inscrire et déposer vos billet, c'est ici .

Si vous cherchez des idées de lecture, vous en trouverez en cliquant

 

logo

  Le Challenge romans sous influences a débuté le 18 septembre. Pour vous inscrire et déposer vos billets, c'est ici .

N'oubliez pas la bibliographie

Leblanc

 

Arsène.

Pour le Challenge Maurice Leblanc , les inscriptions et le récapitulatif ont lieu ici .

 

moliere-1318954748

 

Le Challenge Molière est à durée illimitée lui aussi .

 

Lecture

Le Challenge Histoire de famille est à durée illimitée lui aussi. Venez déposer vos billets ici ou Là.

Jetez un coup d'oeil sur la bibliographie.

 

challenge Paris(1) Le Challenge Paris je t'aime est illimité dans le temps.

Mon profil Babelio

Mon profil sur Babelio.com

Hellocoton

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Sharon sur Hellocoton