Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 août 2012 6 18 /08 /août /2012 02:14

 

Plume

Ma deuxième participation aux Plumes de l'été organisées par Asphodèle. Cette semaine, les plumes en V.

 

7 h 45. Il me reste un quart d’heure avant l’ouverture du cabinet. Je prends un dernier café, mon troisième depuis mon réveil. J’ai besoin de rester éveillé, avec leurs histoires à dormir debout.

8 h 00 : psychologie.

mon premier patient. Russell. 2045 ans au bas mot. Il est extrêmement volubile, comme à son habitude.

« Ma mort est horrible. On ne vous prévient pas que votre peau va ressembler à un parchemin avec veinules apparentes, peut-être parce que mon créateur n'a pas vécu assez longtemps. Je me refuse à utiliser les crèmes hydratantes spéciale peau de vampire. Je reste un homme avant tout. Mort, mais un homme. Pire : je dois supporter ma sœur, qui a été transformée en même temps que moi. Le monde a beau être vaste, elle ne veut pas me quitter et s’accroche à ma redingote. Elle est en train de me gâcher ma mort ».

Je lui suggère une thérapie familiale.

9 h 00 : thérapie de couple.

Jamais on n’aurait dû autoriser les unions entre mortels et non mortels (j’adore ce terme politiquement correct). A ma droite, Bill, plus ennuyeux, impossible. A ma gauche, Sookie, dont l’intelligence n’est plus à prouver. Bill a commis une petite erreur sur ce qu’il a vu et …. Ouf, Sookie n’écoute plus ce que je pense. Cette gourdasse pratique voluptueusement le sport en chambre avec Eric, le tout nouveau député des non-mortels (la vacance du poste aura été brève) et Bill a malencontreusement surpris Sookie en train de s’ébattre avec lui. Eric a eu beau tenter de d'hypnotiser Bill, qui était tout de même son co-listier, il lui reste tout de même des bribes de souvenirs.

9 h 55 : la séance vient tout juste de terminer quand des vibrations secouent mon cabinet. Savoir voler, c’est bien. Savoir atterrir sur la piste prévue à cet effet, c’est mieux.

10 h 00 : en fait, c’étaient mes prochains patients qui se disputaient en plein vol et ont donc chu. Les vicissitudes du métier. Je reçois donc un certain Angel (à voir son gabarit, je comprends le choc) et un dénommé Spike. Vu l’état de sa figure, pas la peine de leur demander qui est victorieux.

10 h 15 : nous avons dû attacher Spike après qu’il eut envoyé valser à peu près tous les meubles de la pièce. Allergie au tout nouveau sang de synthèse goût  verveine qui vient d’être commercialisé.  

10 h 25 : j’aimerai bien que le traitement fasse effet.

10 h 35 : dire que je ne peux utiliser les chaines en argent, avec la réaction allergique qu’il se paie. Mon véloce collègue, le docteur Silas Chépukoi est venu me prêter main forte.

10 h 45 : le traitement commence à faire effet. Silas a finalement assommé Spike avec l’énorme vasque qui ornait l’entrée terrienne du cabinet. Il a fait ainsi une pierre deux coups : nous débarrasser de cette horreur et neutraliser Spike.

11 h 00 : véto.

Jacob, je comprends que c’est embarrassant. Cet antipuce vous fera néanmoins le plus grand bien.

12 h 00 : après avoir vérifié que Spike récupérait, et qu’Angel avait de quoi se restaurer – il s’était institué son garde-malade, je pris  ma pause déjeuner avec Silas Chépukoi. Salade sans vinaigrette pour lui, pizza pour moi. La verdure dans mon assiette, très peu pour moi.

«- Les Trolls qui construisaient le viaduc de Tépasséou se sont mis en grève à cause de leur condition de travail.

-          Je les approuve totalement. Le code du travail des créatures fantastiques doit être respecté. 

-          Ils ne sont même pas autorisés à utiliser leur langue vernaculaire. Le conflit n’est pas prêt de se terminer. Je connais bien les Trolls de l’est : tant qu’ils n’auront pas la victoire, ils ne lâcheront rien.»

Vous l’aurez compris, mon collègue et compagnon de couette est docteur en Trollogie appliquée.

13 h 00 : thérapie conjuguale.

Drac, tu as déjà réussi à maintenir l’harmonie entre tes trois premières épouses. Elles ont même passé l’éponge et la serpillère sur Jonathan Harker. Mais là, vouloir faire votre coming-out et vous installer avec Lestat, je ne suis pas sûr qu’elles acceptent.

14 h 00 : dermatologie.

Je sais, Edward, avoir la peau qui scintille, ce n’est pas pratique. Le fond de teint, non plus. Je trouve que vous exagérez cependant un peu. Ce n’est pas pour cette raison que les autres vampires se moquent de vous. Vous êtes sûrs que vous n’avez pas une petite idée ?

15 h 00 : Spike est définitivement remis. Je lui conseille tout de même d’attendre avant de voler à nouveau tout seul. Angel le raccompagne chez lui : il ne faudrait pas qu’il rate Vampire Diaries, sa série préférée. 

15 h 10 : dentiste.

Jean-Claude, il faut vous ménager, vos capacités de régénération  sont au plus bas. Jamais vu autant de dégâts sur une mâchoire. Sincèrement, Jean-Claude, vous ne trouvez pas que fréquenter une tueuse de vampires est pousser le vice un peu loin ?

16 h 00 : cours collectif de préparation à la césarienne. Grâce des procédés dont je vous fais… grâce, les vampirettes peuvent désormais avoir des bébés vampires qui deviendront des enfants, des ados, et des adultes vampires. Elles viennent partager leur expérience et surtout, surmonter le traumatisme causé par un certain film. Non, une césarienne, ce n’est pas aussi dramatique. Puis, vous ne pouvez pas mourir ainsi : vous êtes déjà morte ! Elles apprécient modérément mon sens de l'humour.

17 h 00 : pause lecture avec Le vagabond des étoiles de Jack London.

17 h 30 : Sophrologie.

Carmilla, quand je vous ai dit de visualiser un but positif, je ne vous demandais pas de me le raconter. Même, je ne pense pas que les mannequins de Victoria’s secret acceptent de venir à une fémorale partie.

18 h 30 : Silas m’attend pour diner et aller sous la couette. Manque de bol, Russell est revenu en traînant sa sœur par-les-cheveux. C’est parti pour une longue séance de thérapie familiale.

20 h 30 : après avoir convaincu Russel de ne pas fracasser le crâne de sa sœur – la guérison lui ferait très mal, et elle aurait peut-être envie de piétiner la nouvelle copine de son frangin en riposte, je rejoins enfin Silas sous la couette avec un plateau repas.

Je me souviens seulement maintenant que je ne me suis pas présenté : docteur Gael de Nanterry, vampirologue et lycanthropologue. 

Repost 0
16 août 2012 4 16 /08 /août /2012 12:22

J'ai eu envie de vous faire partager une de mes découvertes lors de ma visite du musée du quai Branly : le théâtre d'ombre du Hebei.

 

Le Hebei est une province de l'est de la Chine. Elle est un centre important du théâtre d'ombres. Le principe ? Projeter sur un écran des ombres produites par des silhouettes, faites en parchemin rigide. Le cuir utilisé est de la peau d'âne. 

 

P160812_12.16-copie-1.jpgexemple de silhouettes


La plupart des personnages sont actionnés au moyen de trois baguettes : une pour le corps et deux pour les bras, actionnées par un seul montreur.


Un petit orchestre accompagne le mouvement, donne le rythme avec les instruments à percussion, et suit le chant avec les instruments à vent ou à corde.


Quatre types de personnages principaux se distinguent :

- les rôles d'hommes, sheng.

- les rôles de femmes, dan.

- les visages peints : jing.

- les clowns : chou.

 

 

Dragon2012feu

Le challenge Dragon 2012 organisé par Catherine

 

Repost 0
4 août 2012 6 04 /08 /août /2012 00:00

Plume

Pour ma première participation aux plumes, j’ai failli céder à la demande d’Annunziata, c’est-à-dire vous raconter en long, en large et en travers son hystérectomie (en d’autres termes, ablation de l’utérus) qui a eu lieu il y a onze mois. J’aurai pu aussi vous raconter mon travers en train, de Gisors à Paris en passant par Us et Chars, avec des vues imprenables sur la campagne picarde mais aussi le milieu urbain local avec des usines, des immeubles et des tags. Non : je vais tenter de rédiger une critique pour un de mes challenges.

 

Mon résumé :

 

Jim Qwilleran a hérité d’une immense fortune et vit depuis dans le comté de Moose avec ses deux siamois Ko-Ko et Yom-Yom, dans une immense grange restaurée et décorée (entre autre) par la charmante Fran Brodie. Justement, c’est elle qui a eu l’idée de faire venir toute la troupe de théâtre pour fêter la dernière représentation d’Henry VIII de Shakespeare. Alors que tous sont partis (à trois heures du matin), Ko-Ko a un comportement étrange : Qwilleran trouve le principal mort dans sa voiture devant sa grange.

 

Circonstance de relecture :

 

J’ai choisi ce livre non parce qu’il est le premier des aventures de cet enquêteur unique qu’est Jim Qwilleran, mais parce qu’il est le premier que j’ai lu, après avoir trouvé ce livre il y a près de vingt ans, dans la petite librairie locale.

 

Notre avis (oui, Nunzi a plus d’expérience que moi en la matière) :

 

Nunzi : autant vous dire immédiatement mon admiration pour Jim Qwilleran, cet homme richissime qui, je l’espère, laisserai l’usufruit de sa célèbre grange à ses siamois. Voilà un homme qui voue sa vie à prendre soin de ses chats. Un maître pareil ne peut pas apparaître dans un roman policier. Utopie ? Uchronie ? Je suis hésitante. Comme je l’admire, surtout moi qui suis obligée de manger des beurks, alors que Jim Qwilleran cuisine, sans autre ustensile qu’un ouvre-boite, des mets délicats pour ses siamois. Blanc de poulet, crabe, lapin… Je crois que je vais en rêver cette nuit. Donc, Sharon,  je te pose un ultimatum : soit j’ai à nouveau des croquettes truite/saumon, soit je forme un duo avec Chablis. Je retourne sur mon blog. Sinon, on va croire que j’ai le don d’ubiquité.

Sharon : merci Nunzi pour ton intervention.

Nunzi : ravie d’avoir pu être utile.

Sharon : Pour revenir au Chat qui connaissait un cardinal, l’intérêt n’est pas l’enquête policière, même si le coupable sera démasqué à la fin, et mis hors d’état de nuire grâce à l’ingéniosité de Koko dont la réputation n’est pas usurpée et la force de Qwilleran – même si l’instrument qu’il utilise n’est pas usuel mais fait aussi mal qu’un uppercut. L’intérêt est de montrer la petite vie dans un comté américain, vie qui n’a rien d’utopique. Si le club de théâtre semble être très uni, un examen rapide des différentes personnalités montre que chacun avait des raisons plus ou moins profondes d’en vouloir à la victime. La vengeance est un mobile universel, l’appât du gain aussi. Ici comme ailleurs, des unions se distendent, des histoires d’amour se nouent, des vies se terminent. Pour une fois, nous voyons une enquête pendant laquelle la vie ne s’arrête pas, pendant laquelle l’enquêteur n’est pas un alcoolique invétéré (précédé usé) qu’il est urgent de désintoxiquer, et dont le mariage ne bat pas de l’aile – puisque Jim n’est pas marié.

Bref, le rédacteur des plumes de Qwill me permet de signer ma première participation aux plumes de l'été.

 

PICT0158 - Copie

Repost 0
25 juillet 2012 3 25 /07 /juillet /2012 21:50

Nous connaissons tous le panda géant, symbole du WWF, nous savons qu'il est une espèce protégée, mais connaissons-nous aussi bien le panda roux ?

 

34052_panda.jpgUn panda roux à la ménagerie du Jardin des plantes

 

Le panda roux ou Ailurus Fulgens, son nom scientifique, vit dans les montagnes hautes du sud-est de l'Himalaya (Tibet, Népal, Bhoutan), l'est de la BIrmanie et les provinces chinoises du Sichuan et du Yunnan. Comme le panda géant, il est une espèce protégée. Pandas roux et pandas géants peuvent co-exister sur le même territoire. 

 

Le panda roux est plus actif la nuit que le jour. Souvent perché dans les arbres, il passe la plus grande partie de la journée à dormir. Il mesure 60 cm et pèse entre 3 et 4 kg 500. Il se nourrit essentiellement de bambou, mais aussi de feuilles, de fruits et de racines. 


Les pandas roux peuvent se reproduire dès l'âge de dix-huit mois. La gestation dure entre 112 à 158 jours, la femelle panda roux met au monde des portées de un à quatre petits (en général, deux). Jusqu'à l'âge de quatre mois, les petits se nourrissent uniquement du lait de leur mère, puis commencent à manger des pousses de bambou. Nés le plus souvent entre mi-mai et juillet, ils sont sevrés au début de l'hiver.

 

Source : http://www.pandas.fr/

http://www.zoo-parc-beauval.images-en-france.fr/panda-roux.html

 

Dragon2012feu

Le challenge Dragon 2012 organisé par Catherine

Repost 0
25 juin 2012 1 25 /06 /juin /2012 20:29

Je suis allée samedi au salon du Saint-Maur-des-fossés, et je suis tout à fait conciente que j'ai mis à peu près trois jour avant de rédiger cet avis. Ce n'est pas que les salons du livre et moi, cela fasse deux, loin de là, c'est juste que la rédaction des billets est un tout petit peu plus problématique.

 

Après le train, le RER (et c'est là que je me suis dit : "flûte ! Je ne sais même plus la station où je dois descendre), je me suis retrouvée au salon de Saint-Maur-des-fossés.

 

Ma première dédicace ? Mons Kallentoft ! Il est absolument charmant, et ne s'est pas formalisé de mon anglais "approximatif". (Je lis l'anglais mais dès qu'il s'agit de le parler, je bloque). Puis, j'ai retrouvé Yves Grevet, que j'avais rencontré deux ans plus tôt lors de la remise des prix des Dévoreurs de livre. Il est toujours aussi sympathique. Ensuite, j'ai rencontré Cécile Ouhmani. Je dois dire que je ne connaissais pas cette auteure, mais que j'avais été attirée par la maison d'édition qui la publie (les éditions Elyzad), dont j'ai eu l'occasion d'apprécier le travail.

 

Peu après, George accompagné de son fils Elliott, arrivait au salon. Nous fûmes bientôt rejoints par Miss Bouquinaix, puis Lili Galipette. Les allées ont commencé à se remplir, et je dois dire que certains auteurs avaient une file d'attente assez considérable ma foi. Je veux parler de l'invité d'exception du salon, à savoir Guillaume Musso. Les fans se reconnaîtront. Pour ma part, j'ai poursuivi les rencontres, les dédicaces : Fabrice Colin, Jean Des Cars, Tobie Nathan, Paul Cleave, Cassandra O'Donnel, avec laquelle j'ai eu une discussion intéressante sur la lecture et les adolescents et Valentin Musso, petit frère de qui-vous-savez et auteur de romans policiers.

 

Etant égale à moi-même (ben... j'ai sauté le déjeuner), je dois dire que la pause café fut la bienvenue ! 

 

Avant de repartir, une petite photo souvenir a été faite par George : Saint-Maur.jpg

A gauche, Lili Galipette, à droite, Miss Bouquinaix, au milieu, Eliott, très en forme et juste derrière, moi.

Voici mes achats :

P240612 20.16 [01]

Repost 0
4 juin 2012 1 04 /06 /juin /2012 17:11

001.jpg

 

 

Je n'ai pas mis sur le blog des photos de famille depuis longtemps. En voici une nouvelle, scannée dimanche.


Elle date de 1930.


A gauche, Georgette, ma grand-mère, vingt ans, tient sur ses genoux sa fille aînée, Lucienne, un an. Sept autres enfants suivront. A droite, Geneviève, mon arrière-grand-mère. Elle a 42 ans sur la photo et tient sur ses genoux son petit-fils Gérard. Entre les deux, Pierre, qui (mais je peux me tromper) n'est pas follement ravi d'être là et a très envie de s'en aller.


Pierre et Gérard sont les enfants de Suzanne, seconde fille de Geneviève, âgée de 19 ans à l'époque. Est-ce elle qui prend la photo ? Mystère.

Repost 0
22 avril 2012 7 22 /04 /avril /2012 11:07

Voici le dernier portrait sur les frères de François Joseph.

 

Karl-Ludwig.jpg

 

Il reste, dans mon souvenir, le cavalier malheureux de Sissi dans le film éponyme.

 

Il est né en 1833, il a trois ans d'écart avec François-Joseph, un an avec Maximilien.

 

Il se marie en 1856 avec sa cousine Marguerite de Saxe (fille d'Amélie de Bavière, soeur cadette de Sophie d'Autriche). Elle mourut deux ans plus tard, elle n'avait que dix-huit ans.

 

Marguerite-de-Saxe.jpg

 

Il se remarie quatre ans plus tard avec Maria Annunziata des deux Siciles. Ils eurent quatre enfants, trois garçons et une fille, qu'il prénomma Marguerite, comme sa première femme. L'aîné, François-Ferdinand mourut assassiné en 1914, à Sarajevo. La suite est connue.

 

Devenu veuf à nouveau en 1871, il épousa Marie-Thérèse de Bragance, et donna à leur première fille le prénom de sa précédente épouse, Maria Annunziata. Celle-ci, un temps fiancée, devint religieuse franciscaine. Voici son portrait :

 

Annunziata-d-Autriche.jpgAnnunziata d'Autriche

 

Sa jeune soeur Elisabeth (1878-1960) avait Sissi pour marraine. Elle épousa le prince héritier de Liechtenstein et en eut huit enfants : les souverains actuels sont ses descendants.

 

Et Karl Ludwig ? Il mourut en 1896.

Repost 0
16 avril 2012 1 16 /04 /avril /2012 10:41

Franz Joseph Austria with Brothers

 

Je poursuis ma série d'article avec un autre frère de François-Joseph 1er d'Autriche : Ludwig Viktor. Il est très difficile de trouver des photos de lui. J'ai donc choisi une photo sur laquelle les quatre frères sont réunis. Elle aurait été prise entre 1860 et 1863. 


Nous avons donc, de gauche à droite Karl Ludwig (si vous regardez le film Sissi, vous entendrez abondamment parler de lui), Franz Josef, Maximilian et Ludwig Viktor.

 

De lui, nous savons fort peu de choses et sa biographie est souvent résumée en une ligne. Je ne vous cache pas que je me livrerai donc à quelques interprétations.

 

Ludwig Viktor naît en 1842, douze ans après son frère aîné. Il est le quatrième garçon. Deux ans plus tôt, Sophie avait perdu à l'âge de cinq ans sa fille unique Marie Anne Caroline Pia. Je pense qu'elle souhaitait ardemment une fille, et non un garçon.

 

Un projet d'union eut lieu entre Ludwig et sa cousine Sophie de Bavière - elle refusa. C'était avant ses fiançailles officielles avec un autre Ludwig. Les raisons de son refus me sont inconnus, mais le fait est que personne n'a insisté pour que ce mariage ait lieu.

 

Puis vient le seul événement dont on nous rebat les oreilles au sujet de Ludwig Viktor : à la suite d'un scandale, l'archiduc fut exilé par son frère de la cour de Vienne, où il ne remit jamais les pieds.

 

Quel était ce scandale ? Il semblerait que Ludwig, qui ne se maria jamais, préférait les hommes, et qu'il s'était montré un peu trop entreprenant avec un homme qui, lui, aimait les femmes. Des photos de Ludwig travesti auraient même circulé dans Vienne. J'utilise le conditionnel, je n'y étais pas, et les historiens semblent peu passionner par ce jeune frère de l'empereur. 

 

Il mourut en 1919.

 

Je rajoute cette photo car elle montre les membres de la famille impériale vers 1860.

 

Franz_Josep.jpg

Repost 0
14 avril 2012 6 14 /04 /avril /2012 15:56

Je n'ai pas rédigé de "portraits royaux" depuis quelques semaines. Comme le mois Mitteuleuropa se prolonge, je profite des circonstances pour vous parler du frère de François-Joseph Ier, Maximilien.

 

Maximilien.jpgIl est né le 6 juillet 1832, il avait donc deux ans de moins que son frère. Il était le fils préféré de sa mère, l'archiduchesse Sophie. La rumeur voulait qu'il soit en réalité le fils du duc de Reichstad -  l'Aiglon. Ceci expliquerait que Napoléon III lui ait apporté d'abord son soutien lors de ce qui deviendra la tragédie mexicaine. 

 

Il épouse Charlotte de Belgique, fille du roi Léopold Ier et de Louise-Marie d'Orléans en 1857. Elle est très ambitieuse. La même année, il est nommé vice-roi du royaume de Lombardie-Vénitie. Il fait construire le château de Miramar, près de Trieste. Il semblerait que les deux époux ne s'entendent pas. Il est difficile d'en savoir plus sur les causes de cette discension.

 

Mais l'aventure mexicaine dont je parlais plus haut commence. La France a participé en 1862 à l'expédition contre le Mexique avec les anglais, les espagnols et les belges. Maximilien, qui croit avoir le soutien du peuple, accepte la couronne du Mexique. Mais la situation se dégrada très vite, au point que Maximilien envoya son épouse en Europe afin qu'elle obtienne le soutien des souverains régnants. Il est aussi possible (mais ce n'est que mon point de vue) qu'il ait cherché à la protéger. Napoléon III, qui l'avait soutenu lors de l'accession au trône,  refusa son aide. Il n'aurait pas été le seul. Charlotte trouve refuge au Vatican. Son frère l'empereur d'Autriche tenta de le protéger, en vain aussi. Maximilien fut fusillé sur ordre de Juarez (il deviendra président du Mexique) le 19 juin 1867, "pour l'exemple". François-Joseph fit rapatrier le corps de son frère et le fit enterrer dans la nécropole familiale.

 

Et Charlotte ? Elle sombra peu à peu dans la folie et finit sa vie en Belgique, au château de Tervueren semble-t-il, en 1927.

 

Pourquoi n'ont-ils pas eu d'enfants ? Le mystère est entier. Une thèse soutient que Maximilien aurait été homosexuel. La plupart des biographes de la famille impériale n'en font pas état. Comme on ne prête qu'aux riches, Charlotte aurait eu, à son retour en Europe, un enfant illégitime (comme Mathilde de Bavière et Sissi avant elle).

 

chateau-baviere

le blog de Schlabaya


Repost 0
27 mars 2012 2 27 /03 /mars /2012 20:34

Je croyais en avoir fini avec les portaits. Et bien non. A la demande générale d'une lectrice (en espérant que cela plaise à d'autres), je reviens sur ce qui marque la tragédie du règne de François-Joseph : la mort de son fils unique Rodolphe.

 

J'essaierai dans ce billet d'énoncer les faits de manière la plus stricte possible.

D'abord, qu'est-ce que Mayerling ? Un relais de chasse qui appartenait à Rodolphe. Le jour de sa mort, il s'y est rendu pour chasser avec ses deux amis.

Que s'est-il passé dans la nuit du 29 au 30 janvier 1889 ? Il est très difficile de le savoir avec précision. La seule certitude est qu'au matin, Rodolphe était mort avec la jeune Marie Vetsera, sa maîtresse. Son valet de chambre les a trouvés aux alentours de six heures du matin, puis il a fait prévenir le comte Hoyos, un des amis chasseurs du prince.

 

Mayerling 1889

Pourquoi le prince héritier s'est-il donné la mort ? Aujourd'hui encore, personne ne le sait. Son mariage était un échec, il savait qu'il n'aurait pas d'autres enfants (sa femme était stérile, soit à la suite de la naissance difficile Erzsi, soit à la suite d'une maladie vénérienne, transmise par Rodolphe), Mary Vetsera aurait été enceinte, elle aurait été la demi-soeur (par l'empereur) de Rodolphe, il était en conflit avec son père. Quelle raison l'a emporté ?

 

Soyons juste : deux thèses s'affrontent. Le suicide, ou l'assassinat. Cette dernière thèse est défendue par Jean des Cars dans Elisabeth d'Autriche ou la fatalité. Rodolphe aurait été mêlé à un complot contre son père puis, ayant renoncé, il aurait été éliminé car devenu gênant. Celle du suicide est défendue par presque tous les autres auteurs.

 

Si assassinat il y a, les comploteurs furent très doués. En effet, Rodolphe avait demandé précédemment à une de ses maîtresses Mizzi Caspar de mourir avec lui durant l'été 1888. Celle-ci s'était empressée de prévenir la police, qui n'avait pas pris la chose au sérieux. Pourtant, Rodolphe mourut six mois plus tard, en ayant pris des dispositions testamentaires en faveur de sa fille unique. "Seule la mort peut laver mon honneur et je l'envisage avec sérénité" écrit-il dans la lettre d'adieu à sa fille, qui lui ressembla beaucoup et lui voua une passion infinie. 

 

Revenons aux certitudes. L'impératrice fut prévenue en premier. Bouleversée, elle prit soin de prendre sur elle avant d'avertir l'empereur (source : mémoire de sa dame de compagnie et journal de sa fille Marie-Valérie). Pour les ménager tous deux, on leur dit que leur fils avait été empoisonné, ce n'est que le lendemain qu'ils apprirent son décès d'une balle dans la tête. Afin de pouvoir l'enterrer religieusement, l'empereur plaida la folie temporaire auprès du pape, qui autorisa l'inhumation. François-Joseph racheta Mayerling, en fit un couvent de carmelites. Elisabeth prit le deuil et ne le quitta jamais.

 

maria_vetsera15.jpgEt Marie Vetsera ? On aurait presque tendance à l'oublier. Elle a recontré Rodolphe l'été 1888 (toujours ce fameux été) et c'est grâce à la comtesse Marie-LouiseLarish qu'elle aurait réussi à lui être présentée. Cette mystérieuse comtesse n'est autre que la fille unique du frère aîné de Sissi. Née le 19 mars 1871, la fille du baron Albin Vetsera et de la baronne Hélène n'avait que 17 ans quand elle fut retrouvée sans vie auprès de l'archiduc Rodolphe. Sa présence, morte, embarrassait. La suite de l'histoire ne réhausse pas l'image de la monarchie austro-hongroise. On l'habilla à la sauvette, on dépêcha ses oncles qui voyagèrent assis de part et d'autres du cadavre dans une voiture et enterrèrent Marie dans le cimetière de Heilingenkreuz. L'empereur exigea le départ de sa mère loin de Vienne et refusa toujours son retour en grâce. Il exigea également que lui soit remise la lettre d'adieu écrite par la jeune fille à sa famille. Quant à la comtesse Larish, elle fut disgraciée. Pour se refaire une fortune - à défaut d'une réputation - elle écrivit ses mémoires remplies de révélation plus ou moins crédibles.

 

Je terminerai sur une note macabre : au couvent de Mayerling était une statue de la Vierge. Celle-ci avait les traits de Sissi. Elle avait un poignard planté dans le coeur, et ce, bien avant la mort de Sissi.

Repost 0

Présentation

  • : le.blog.de.sharon.over-blog.com
  • le.blog.de.sharon.over-blog.com
  • : J'ai crée ce blog pour partager mes lectures. Mes goûts me portent plutôt vers le roman policier.
  • Contact

Parlons félins.

Nunzi aussi a son blog :

le  blog de Nunzi

485

Recherche

Challenges

Logo Sharon

Le Challenge animaux du monde  a débuté le 24 juillet2011. Pour vous inscrire et déposer vos billet, c'est ici .

Si vous cherchez des idées de lecture, vous en trouverez en cliquant

 

logo

  Le Challenge romans sous influences a débuté le 18 septembre. Pour vous inscrire et déposer vos billets, c'est ici .

N'oubliez pas la bibliographie

Leblanc

 

Arsène.

Pour le Challenge Maurice Leblanc , les inscriptions et le récapitulatif ont lieu ici .

 

moliere-1318954748

 

Le Challenge Molière est à durée illimitée lui aussi .

 

Lecture

Le Challenge Histoire de famille est à durée illimitée lui aussi. Venez déposer vos billets ici ou Là.

Jetez un coup d'oeil sur la bibliographie.

 

challenge Paris(1) Le Challenge Paris je t'aime est illimité dans le temps.

Mon profil Babelio

Mon profil sur Babelio.com

Hellocoton

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Sharon sur Hellocoton