Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 juillet 2012 5 20 /07 /juillet /2012 00:12

Fruit.jpg

édition Delcourt - 200 pages

 

Mon résumé :

 

Tohru est lycéenne - et orpheline. Depuis le décès de sa mère, elle vit chez son grand-père - officiellement. Comme il ne peut plus l'héberger, elle vit dans une tente, dans la forêt, et dissimule la vérité au lycée. Un jour, elle se rend chez les Soma, qui ont une grande maison non loin de l'endroit où elle a planté sa tente. Elle découvre alors la malédiction qui frappe les douze membres de cette famille.

 

mangasg

Mon avis :

 

Après une lecture riche en émotion (je veux parler de Notre-Dame-du-Nil de Scholastique Mukasonga ),rien ne vaut une lecture plus distrayante, comme ce sympathique manga.


Tohru a tout de l'héroïne de shojo traditionnelle, avec ses grands yeux naïfs, sa gentillesse inaltérable et aussi son empathie, n'étaient les épreuves qu'elle a traversées et qu'elle surmonte du mieux qu'elle peut. Je pense au décès brutal de sa mère, mais aussi à l'indifférence poli du reste de sa famille - et encore, les tomes suivants montreront que ce sentiment n'est pas loin de se transformer en hostilité. Elle fait face, sans rien attendre de personne si ce n'est d'elle-même - quitte à aller au-delà de ses forces. Sous des dehors de comédie, la tragédie n'est pas loin. C'est cependant le fantastique qui l'emporte, avec la malédiction qui touche la famille Soma. La série est si connue que je ne pense pas dévoiler un énorme mystère en dévoilant que ceux-ci se transforment en animaux du zodiaque chinois en certaines circonstances. Dire que c'est parfois un peu génant tient de l'euphémisme. C'est en tout cas parfois franchement rigolo - et très embarassant pour Tohru.


Le graphisme est tendre, enjoué, et relativement riche si je le compare à d'autres shojos, moins réussis, que je n'ai d'ailleurs pas chroniqués.Fruits baskets est un charmant manga, que je continuerai à lire au gré de ses disponibilités à la bibliothèque (la série est souvent empruntée).

 

Banniere-Juillet

Repost 0
19 juillet 2012 4 19 /07 /juillet /2012 11:22

Cut-taifu.jpg

Avertissement :

 

Ce manga peut choquer les âmes sensibles. Ceux qui me lisent sachent que je n'en fais pas partie. 

 

Mon résumé :

 

Chiaki et Eiji sont deux lycéens. Rien de très étonnant pour un manga, donc. La grande différence est la nature de leur secret. Tous les deux ont subi des traumatismes durant leur enfance, et les comportements auto-destructeurs qu'ils adoptent - auto-mutilation pour l'un, sado-masochisme pour l'autre - sont l'expression de leur mal-être. Ils vont se rapprocher, s'aimer peut-être.

 

Mon avis :

 

Ce livre s'est retrouvé dans mes mains presque par hasard, il était vendu avec Cafe latte, manga yaoi de la même auteur. Je voulais l'un, j'ai pris les deux. Je tiens tout de suite à préciser que Cafe latte est nettement plus accessible, plus "mignon" si j'ose dire.  

 

 

Ce manga a été publié au Japon en 2003, année où j'avais des élèves (ils ne se reconnaîtront certainement pas) aux tendances sado-masochistes parfaitement assumées, absolument pas cachées sans que cela dérange qui que ce soit (du moins, chez leurs proches et leurs camarades de classe). Pour leur rendre justice, ils allaient nettement (mais alors nettement) moins loin que les deux personnages principaux de ce yaoi.


Certaines situations peuvent choquer et montrent jusqu'où les deux personnages peuvent aller pour se faire mal mais aussi faire mal aux autres. Même si son passé est abominablement tragique, Eiji a bien plus de chance que son camarade : même si ceux qui l'ont recueilli sont bien souvent démunis face à sa souffrance, au moins ils lui offrent leur affection sincère, une protection sans arrière-pensée, et c'est déjà beaucoup. Chiaki n'a pas la même chance, et même s'il ne manque pas de camarades pour condamner sa conduite, j'ai tout de même très envie de rappeler une évidence simple : en cas d'inceste, ce n'est pas l'enfant, même s'il est adolescent, le coupable.

 

Je ne vous cache pas non plus que certains dessins sont relativement crus, tout comme les dialogues. De toute façon, je ne connais pas de manière mignonne de parler d'auto-mutilation.

 

Cut est un manga dont j'avais vraiment envie de parler, même si je me doute bien que je ne provoquerai pas des envies subites de le lire.


Banniere-Juillet.jpg

Repost 0
19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 22:37

Kwari.jpg

édition Kwari - 177 pages.

 

Mon résumé :

 

Sherlock et Watson héros de manwha ? Pourquoi pas ? Ils sont chargés d'enquêter sur la disparition d'une riche aristocrate. La jeune femme, d'origine américaine, a disparu juste après la cérémonie. A-t-elle eu peur de ses nouvelles responsabilités ? A-t-elle été enlevée ?

 

Dragon2012feu

Le challenge Dragon 2012 organisé par Catherine

Mon avis :

 

J'étais dans le rayon manga de ma librairie préférée, en train de me tordre le cou pour lire les titres des séries, quand mon regard a été attiré par ce livre. Ne regardant ps à une PAL démesurée, je l'ai achetée.

Bien que ce livre soit rangé dans le rayon manga, ce n'en est pas un, c'est un manwha, c'est à dire une bande dessinée coréenne. Avantage (et surprise pour moi) : le sens de lecture est le même qu'en France. Inconvénient : aucun, si ce n'est que j'ai trouvé le graphisme très classique, même pour une "bande dessinée". Les cases sont très rectilignes, rien ne déborde. Certaines sont uniquement centrées sur un personnage, quand ce n'est pas une planche entière qui est consacrée à une succession de personnage, sans décor ni arrière-plan. Cela doit sans doute procéder du code graphique de ce genre, mais je n'ai pas retrouvé la créativité des mangas (Monster, Pluto, Bride stories), et moins encore la richesse psychologique des personnages.

Hommage ? Oui, l'auteur s'en explique dans sa postface, elle raconte également ses difficultés à déterminer la taille des personnages, ou leur âge d'après les indications de Conan Doyle. Elle dit aussi que dessiner les intérieurs victoriens ne fut pas une partie de plaisir, tout en clamant son admiration pour le héros de la rue de Baker Street. Certes. Je pense cependant que la manière dont elle se ré-approprie les deux personnages pourraient ne pas plaire à tout le monde, moi la première. Le thème principal est l'amitié entre Sherlock et Watson, amitié mise à mal par le mariage prochain de Watson. L'un fait se qu'il peut pour divertir son ami, l'autre fait ce qu'il peut pour lui dire que tout va bien, tout en restant éminemment sarcastique - tant pis si Watson ou cette buse de Lestrade ne comprennent pas les développements de l'enquête. Les anachronismes sont assumés mais n'apportent rien à l'intrigue, pas plus que les plaintes de Watson-narrateur, non dessiné donc négligé pendant plusieurs pages ou ses commentaires sur les transgressions dans la manière de dessiner les passages purement narratifs - encore faut-il maîtriser les codes du genre pour repérer les transgressions, ce n'est pas mon cas.

The Sherlock Holmes Story est à lire par curiosité, bien qu'il ne me laissera pas un souvenir impérissable, ni ne me donnera envie de lire la suite.

 

logo-challenge-victorien

Challenge Victorien par Aymeline

Repost 0
10 juin 2012 7 10 /06 /juin /2012 01:57

enigma-2-kaze.jpgEnigma, tome 2 d'Endo Tatsuya - shonen.

 

Quatrième de couverture :

 

Sumio et les autres trouvent Jirô Matsurigi enfermé dans un incinérateur et sont confrontés â un dilemme : récupérer le mot  de passe ou sauver leur compagnon. Le temps presse d'autant plus que Jirô est aux prises avec "l'ombre" qui tente de le consummer. Mais alors que tout semble perdu, sa faculté se manifeste subitement ! Les lycéens réussiront-ils â déjouer la prédiction de Sumio en résolvant l'énigme sans sacrifier leur camarade ?

 

M comme manga

Mon avis :

 

Dire que je devrai attendre jusqu'au 18 juillet pour connaître la suite ! Enigma est un manga très addictif, comme tous les bons mangas.


Certes, je fais les mêmes reproches que pour le premier tome : claustrophobes s'abstenir. Le symbole d'Enigma, toujours aussi horrible, est moins présent. Le poids psychologique et moral, par contre, s'intensifie au fur et à mesure que l'esprit tortueux d'Enigma invente de nouvelles épreuves et de nouvelles contraintes pour les sept lycéens emprisonnés. Seuls les portraits en tête de chapitre permettent de souffler un peu dans ce récit très intense.


Quelques énigmes sont levées, oui, et de manière fort étonnante. Pourtant, plus la lumière semble se faire sur cette ombre qui envahit les batiments, plus le mystère augmente. La révélation du pouvoir et des aspirations d'un des lycéens diversifie encore les enjeux de ce huis-clos oppressant. Cette citation l'illustre bien : Si tu n'abandonnes pas, l'adversité se changera un jour en bénédiction.


Ma seule crainte est que le dénouement ne soit pas à la hauteur des attentes.

Repost 0
9 juin 2012 6 09 /06 /juin /2012 20:04

M-comme-manga.jpgChocola et Vanille, tome 1.

Mon résumé :

 

Chocola et Vanilla sont deux jeunes sorcières, envoyées sur terre car elles sont toutes les deux prétendantes au trône du royaume magique.

Laquelle des deux sera la plus populaire ? Laquelle des deux saura obtenir le plus de coeur des humains ? En effet, contrairement aux sorcières, les humains peuvent donner plusieurs fois leur coeur. Les sorcières ne peuvent l'échanger avec l'être aimé qu'une seule fois.


M comme manga ?

 

Je lis beaucoup de mangas en ce moment. J'avais arrêté pendant le STAR, je reprends désormais la lecture d'un genre littéraire qui m'apporte beaucoup de plaisir, et je ne vois pas pourquoi je devrai bouder mon plaisir. Seuls impératifs : si je n'ai pas aimé un manga, je ne le chronique pas et je ne me fixe pas de rendez-vous régulier ainsi que contraignant.

 

Mon avis :

 

Je débute... alors je crois que c'est un shojo. J'ai beaucoup aimé en tout cas ce volume très drôle et très enlevé. Nos deux petites apprenties sorcières ont des caractères opposés, et pourtant, elles sont amies et tiennent à le rester en dépit de l'épreuve qui les oppose. Elle paraît presque légère d'un premier abord, car Vanilla ne souhaite pas vraiment devenir reine. Elle manque de confiance en elle, elle est trop douce, trop gentille, trop polie pour le monde de sorcière auquel elle appartient, au contraire de Chocola qui est parfaitement à l'aise dans son rôle de peste cruelle.

Il faut dire que la vie de sorcières n'a pas été tendre avec elles. Vanilla est la fille de la reine, elle peut donc difficilement se permettre d'échouer, et tant pis si sa timidité en fait une inadaptée : elle peut provoquer l'affection des humains. Chocola a perdu sa mère, qui a échoué aux épreuves pour devenir reine. Elle lui manque, tout simplement. Si son caractère bien à part la met d'abord à l'écart, il lui permet aussi de déjouer les douteuses plaisanteries de ses camarades. Ce n'est pas tous les jours qu'une pré-adolescente se soucie de la déshydratation des crapauds !

Elles ont comme tuteur/mentor un bourreau des coeurs humains Rock'n Lovin. Il s'aime passionnément, et ce n'est pas peu dire. Il est présent, sans être pesant, et toujours fort drôle. Elles se sont liées aussi avec certains de leur camarade,et l'évolution de leurs relations les effraient un peu. Le châtiment réservée aux sorcières qui donnent leur coeur à un humain est en effet sans appel.

Le graphisme est charmant, très frais et très sucré - les deux petites sorcières n'adorent-elles pas les sucreries ? J'espère que le tome 2 sera bientôt disponible à la bibliothèque.

 

Vanilla.jpg

Repost 0
8 juin 2012 5 08 /06 /juin /2012 20:58

New-York.jpg

édition Marvel Panini France - 180 pages.

Mon résumé :

 

Kain Walker est un excellent policier new yorkais, apprécié de ses collègues. Il leur cache pourtant son secret : il est gay. Il s'interdit toute relation suivie, jusqu'au jour où il rencontre Mel, un jeune serveur.

 

Mon avis :

 

J'ai adoré !


J'ai lu les quatre tomes à la suite, de cette formidable histoire d'amour, narrée avec émotion et pudeur. J'ai aimé la force de cette histoire, l'intelligence avec laquelle Marimo Ragawa la raconte. Elle ne tombe dans aucun piège, et ne se montre pas non plus angélique. Homophobie, racisme, SIDA, honte de soi, rien n'est esquivé. La tolérance n'est pas toujours là où l'on pense, l'intolérance encore moi.

 

Le dénouement de ces quatre tomes est magistralement émouvant.

 

New York New York est mon coup de coeur du mois de juin, l'alchimie parfaite entre récit, dessin et narration.

Repost 0
4 avril 2012 3 04 /04 /avril /2012 19:59
tous les livres sur Babelio.com

 

 

Kazé édition - 190 pages

 

Quatrième de couverture :

 

Sumio est un lycéen ordinaire, à l'exception près qu'il cache un secret : le pouvoir de lire l'avenir dans son "Dream Diary"… Un jour, alors que sa mère vient de disparaître dans des circonstances obscures, il se retrouve enfermé dans l'enceinte de son école, avec six autres élèves. Une entité mystérieuse du nom de Enigma leur annonce qu'ils vont devoir réussir un test étrange : parvenir en 72 heures à s'échapper de leur prison, malgré les "ombres" qui rôdent et les énigmes qui jonchent leur parcours. Leur seule chance de réussir : faire chacun appel à leur faculté spéciale….

 

Un très grand merci à Babelio et à Kazé édition pour l'envoi de ce manga.

 

Mon avis :

 

Je découvre le premier tome de cette série de manga (le second paraît en mai) qui ne ressemble pas à ceux que j'ai l'habitude de lire (formule un peu pompeuse concernant une lectrice qui a lu son premier manga il y a quelques mois, grâce à une précédente opération Masse critique de Babélio).

Pourtant, ce shônen présente des caractéristiques communes avec des séries de manga bien connues. L'action se déroule dans un lycée, les héros sont donc... des lycéens. L'univers est très réaliste, néanmoins. La mère de Sumio élève seule son fils depuis trois ans, et pour survivre, elle exerce un métier peu reluisant. Hi'ina a beau être riche, elle dénonce l'hypocrisie de son milieu, dans lequel elle se sent mal à l'aise. Matsurigi, lui, est le prototype de l'élève modèle, à cheval sur le règlement, mais entièrement dévoué aux autres. Amour, amitié, rivalité, mais aussi mise à l'écart, jalousie, hypocrisie rythment le quotidien des personnages, au même titre que leurs horaires de cours. C'est dans ce monde presque banal que le fantastique fait irruption, d'abord par les prémonitions de Sumio, puis par son enfermement avec six camarades dans l'enceinte si familière du lycée. Enigma en est la cause.

Il porte bien son nom. Qui est-il ? Pourquoi a-t-il choisi ses sept personnes ? Quel but cache-t-il réellement derrière ses énigmes ? Comment connaît-il les pouvoirs surnaturels de chacun et leurs voeux les plus chers ? Nous ne le saurons pas, bien sûr, de même que nous ne connaîtrons pas tous les pouvoirs de chaque élève. Je ne vous cacherai pas que l'un d'entre eux m'a mis mal à l'aise - à croire que je suis une petite nature - et que le symbole d'Enigma pourrait presque m'angoisser, tout comme certaines péripéties m'ont semblée vraiment stressante, au point que je déconseillerai ce manga aux personnes souffrants de claustrophobie.

L'alchimie d'Enigma est là, je pense. D'un côté, nous avons une construction en épisode, avec des rappels en tête de chapitres, un graphisme assez simple, et des fiches signalétiques à chaque fois qu'un pouvoir est révélé - voici pour l'aspect rassurant. De l'autre, nous avons des rebondissements angoissants, et l'idée sous-jacente qu'une fin heureuse n'est peut-être pas à prévoir.

La part d'ombre grignote le soleil est une phrase que j'affectionne et applique souvent à un livre. Elle est particulièrement appropriée à Enigma. 

 

 

Dragon2012feu

Le challenge Dragon 2012 organisé par Catherine


Repost 0
29 mars 2012 4 29 /03 /mars /2012 20:29

Nana1.jpg

édition Delcourt -180 pages.

 

Mon résumé :

 

Ce manga raconte les histoires d'amour de deux jeunes femmes prénommées Nana. Ce manga devait rester unique, mais vu son succès, une série a vu le jour.

 

10-jours-japonais

 

Mon avis :

 

Je commence très souvent mes avis sur les mangas de cette manière : j'ai eu du mal à le commencer. Vrai, là aussi, tant les vignettes (je ne connais pas l'équivalent en manga) se succèdent de manière dense sur une page. Le graphisme des personnages est parfois très outré (je ne puis comparer qu'avec les expressions des personnages de cartoon pour les mimiques) et donc moins raffiné que ceux de Pluto, de Monster ou de Bride stories. Même les décors sont très urbains, ce qui colle avec le ton de la série. Avec ce manga, j'ai l'impression d'expérimenter une nouvelle catégorie de mangas, celle qui s'adresse plutôt à des jeunes femmes, qui peuvent se reconnaître dans ces personnages qui se cherchent et qui ne se trouvent pas forcément.

La première Nana est un coeur d'artichaut. Elle tombe amoureuse, très fréquemment, de garçon plus âgé qu'elle. Quitter le lycée et trouver sa voie va la forcer à s'interroger sur ce qu'elle attend d'une relation amoureuse mais aussi sur ce qu'elle croit savoir des hommes. Immature ? Oui, un peu, pour ne pas dire beaucoup, et c'est sans doute pour cette raison qu'elle s'égare dans des relations qui ne peuvent rien lui apporter.

La seconde Nana a morflé, si je puis m'exprimer ainsi - et je le fais. Elle vit sa relation amoureuse avec la force de celle qui sait qu'elle ne peut se permettre de gâcher une seule journée. Pas de demi-mesure avec elle, c'est tout ou rien. Vous l'aurez compris, elle m'a bien plus intéressée que la première. Elles ont pour points communs leur attrait pour l'art (le dessin pour l'une, la musique pour l'autre) ainsi que leur volonté de quitter la province pour tenter leur chance à Tokyo.

Je ne poursuivrai pas cette série : je préfère rester sur cette note d'espoir pour toutes les deux.

 

 

Dragon2012feu

Le challenge Dragon 2012 organisé par Catherine

Repost 0
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 20:05

Alice-19th.jpgédition Glénat - 181 pages.

 

Mon résumé : 

Voici les aventures d'Alice, et même si elle a suivi un lapin blanc, ses aventures ne se déroulent pas au pays des merveilles.

 

10-jours-japonais

 

Mon avis :

 

Bien sûr, il y a le baby challenge Manga, mais je ne lirai pas uniquement les mangas inclus dans cette liste - pas plus que je le lirai tous. Pourtant, si j'ai choisi celui-ci, c'est pour deux raisons :

- j'ai eu beaucoup de mal à le trouver.

- j'aime beaucoup l'histoire d'Alice au pays des merveilles.

- et, au final, j'aime beaucoup ce manga, et j'ai envie de connaître la suite.

 

Ce que j'ai moins aimé sont les digressions de l'auteur pour expliquer ses choix. Mais après tout, libre aux lecteurs de ne pas y prêter attention (elles ne gènent pas la lecture) ou de les lire après coup.


Alice est une lycéenne, deuxième née de la famille, qui a toujours privilégié l'aînée. Alice a toujours l'impression d'être invisible, et elle-même fait tout pour ne pas être remarquée, quitte à farie ou dire le contraire de ce qu'elle a envie. Mais un jour, alors qu'elle sauve la vie d'un lapin blanc, sa vie change, de manière bien différente de celle d'Alice. Grâce à ce "lapin" - qui n'en est pas vraiment un - elle expérimente le pouvoir des mots et le courage de parler. Les conséquences seront inattendues. Oui, je sais, je vous laisse sur votre faim - volontairement.

 

Le graphisme est très différent des mangas que j'ai lu jusqu'à présent. Le dessin reste simple mais toujours prêt à jaillir hors du cadre. Les "cases" verticales dominent, à l'opposé du graphisme européen où les bandes horizontales sont fréquentes. L'irruption du fantastique est le bienvenu.

 

Alice 19th est une série que je suivrai cette année.

 

Dragon2012feu

 


Repost 0
15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 00:24

Chi-7.jpgédition Glénat - 143 pages.

 

Mon résumé :

 

La vie d'un chaton n'est pas toujours facile.

 

Mon avis :

 

Chi est mignonne, j'en conviens, mais j'ai tout de même du mal à me passionner pour ses aventures. C'est mignon, c'est vite lu mais ce qu'elle vit n'est pas grave. Je sens vraiment que ses courtes aventures sont vraiment destinées à un public enfantin, qui peu s'émerveiller en même temps que Chi de ses découvertes. 


Je risque de heurter les fans, je me doute bien, mais je ne peux pas, en l'état actuel de mes félins, plaindre la douce Chi parce qu'elle prend un bain, a passé la nuit dehors ou tombe malade.Je sais qu'une perfusion pour cause de deshydratation n'est pas facile (j'en ai vu, et ce n'est pas top), mais je peux vous dire aussi que j'ai en tête d'autres choses qui le sont moins encore. Je laisse la parole à Nunzi, avant de devenir trop plombante. Tout le monde n'a pas la chance d'avoir une féline qui est devenue la norme de ce qui peut arriver de plus catastrophique.

 

Nunzi : ce qui lui manque, à Chi, c'est une maman. Heureusement, elle a Noiraud, qui est ce qui se rapproche le plus d'une mère-chatte. D'ailleurs, il sait transporter un chaton convenablement, ce qui n'est pas si fréquent.

Chi vit plein de choses que je ne vivrai jamais. S'émerveilller par ce qu'elle voit à la télévision. Vouloir attraper un poisson rouge qui nage. Se battre avec les autres chatons (j'ai toujours le dessus). Avaler de la nourriture avariée (parce que je suis méfiante, et je préfère ne rien manger plutôt que d'avaler quelque chose dont je ne sois pas sûre). Celle qui est vraiment à plaindre, c'est Minou. Jamais facile de se voir préférer un autre chaton.

Je vous laisse j'ai interrompu une super partie de baballe à grelot avec Koala pour rédiger ce billet et je compte bien la reprendre.

 

 

Dragon2012feu

Le challenge Dragon 2012 organisé par Catherine

 

 

 

Repost 0

Présentation

  • : le.blog.de.sharon.over-blog.com
  • le.blog.de.sharon.over-blog.com
  • : J'ai crée ce blog pour partager mes lectures. Mes goûts me portent plutôt vers le roman policier.
  • Contact

Parlons félins.

Nunzi aussi a son blog :

le  blog de Nunzi

485

Recherche

Challenges

Logo Sharon

Le Challenge animaux du monde  a débuté le 24 juillet2011. Pour vous inscrire et déposer vos billet, c'est ici .

Si vous cherchez des idées de lecture, vous en trouverez en cliquant

 

logo

  Le Challenge romans sous influences a débuté le 18 septembre. Pour vous inscrire et déposer vos billets, c'est ici .

N'oubliez pas la bibliographie

Leblanc

 

Arsène.

Pour le Challenge Maurice Leblanc , les inscriptions et le récapitulatif ont lieu ici .

 

moliere-1318954748

 

Le Challenge Molière est à durée illimitée lui aussi .

 

Lecture

Le Challenge Histoire de famille est à durée illimitée lui aussi. Venez déposer vos billets ici ou Là.

Jetez un coup d'oeil sur la bibliographie.

 

challenge Paris(1) Le Challenge Paris je t'aime est illimité dans le temps.

Mon profil Babelio

Mon profil sur Babelio.com

Hellocoton

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Sharon sur Hellocoton