Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 avril 2011 5 08 /04 /avril /2011 14:29

Titre : Losers-nés.

Auteur : Elvin Post.

Editeur : Seuil.

Nombre de pages : 304.

 

Voici ma deuxième participation au Jury du Seuil/Babélio.

 

jury10

 

Quatrième de couverture :

 

Sean Wathers est un caïd de la drogue. Roémo est bien placé pour le savoir : il a grandi à ses côtés, jusqu'à devenir un de ses guetteurs. Aujourd'hui, Roméo vent des magazines d'occasion sur un bout de trottoir de la 6e Avenue. Il a trouvé un boulot qui lui plaît et vient de tomber amoureux d'une cliente qui passe chaque jour devant son étal de revues... Enfin, le destin semble lui sourire.

Jusqu'au jour où Sean Withers réapparaît, pour lui proposer de "parler un peu". Le frère de Roméo, à peine sorti de prison, s'est à nouveau empêtré dans les magouilles criminelles de Withers. Roméo, cédant peu à peu à la panique, commet un faux pas irréversible, qui plonge tout ce petit monde dans une impitoyable guerre des gangs.

 

Mon avis :

 

La lecture de ce roman a été une très bonne surprise. Je ne connaissais pas du tout cet auteur, et je dois dire que j'ai pris beaucoup de plaisir à suivre cette intrigue, notamment grâce au style de l'auteur. J'ai aimé cette façon d'utiliser la comédie, pour ne pas dire la farce pour raconter des drames humains. Qu'avons-nous en face de nous ? Sean, un caïd, mégalomane : la vie humaine n'a aucune importance pour lui. Le pire est sans doute la vacuité de ce personnage : il agit au coup par coup, sans anticiper, sans réfléchir, sans prévoir les conséquences autres que celles dont il a l'habitude. L'amitié ne compte pas, et le seul amour qui l'intéresse est physique (si possible avec plusieurs partenaires et beaucoup de stimulant). Bref, il va droit dans le mur et ne s'en rend même pas compte. Il pourrait faire l'admiration des médecins tant il est un adepte de la prévention - même si la seule technique préventive qu'il connaisse soit la mort pure et simple.  

 

Face à lui, nous avons des personnages truculants, comme Vernon, le vieux vendeur de journaux, revenu de tout ou Roméo, l'un des seuls enfants du quartier qui n'est plus sous la coupe de Sean. Lui est un rêveur, un romantique, et son "patron" se charge, gentiment, de lui ramener les pieds sur terre. Sean s'en charge aussi, plus brutalement.

 

Ce qui fait l'efficacité de ce roman est le fait de multiplier les points de vue, rendant la narration particulièrement alerte. Sean, Roméo, Russell (son frère aîné) mais aussi l'inspecteur, nous racontent tour à tour une partie du récit, ce qui permet de connaître davantage leurs différentes caractériques. Il donne à voir l'existence d'un monde de laissés-pour-compte, qui survit comme il peut, à côté de riches new-yorkais qui passent quasiment sans leur prêter attention (Mme Summers et son cappuccino à la cannelle en est l'illustration). C'est un peu comme si nous avions deux mondes qui évoluaient parallèlement, dans la plus parfaite indiffférence et les rares fois où la barrière invisible est transgressé, la catastrophe n'est pas loin (et tant pis pour Roméo, dont le romantisme est ma récompensé).


La trame de l'histoire est un trafic de drogue, certes, mais pas seulement : il est aussi question des moyens que l'on veut bien se donner (ou pas) pour la justice, de la loyauté (ou non) envers la personne qui vous fait vivre, loyauté d'autant plus problématique que cette personne est un dealer et qu'il ne connaît le sens de ce terme que s'il lui est favorable.


J'ai passé un très bon moment en compagnie de cet auteur, et j'ai très envie de découvrir ses deux premiers romans.

 

Repost 0
24 octobre 2010 7 24 /10 /octobre /2010 15:47

 Enquist.jpg

Titre : Les porteurs de glace.

Auteur :Anna Enquist.

Editeur :Babel.

 

Mon résumé :

 

Nico et Lou ont réussi leur vie professionnel. mais Nico et Lou ne se parlent plus. Depuis longtemps. Ils ne parlent surtout plus de Maj, leur fille. Elle a quitté la maison, six mois plus tôt. Ils ne l'ont pas fait recherché, puisqu'elle est majeure. Ils n'en ont parlé à personne. Ce secret ronge leur vie.

 

Circonstances de lecture :

 

J'ai lu ce roman dans le cadre d'une lecture commune avec le forum Partage-Lecture. Comme ce roman est néerlandais, je l'ai intégré au challenge Tour du Monde.

 

Mon avis :

 

Ce bref roman m'attirait, j'avais très envie de découvrir la littérature néerlandaise et la lecture commune a été pour moi l'occasion de le lire.

 

Ce roman est court, sec et froid. Les deux personnages principaux ont réussi leur vie professionnelle, tout va bien pour eux. Ce ne sont que les apparences, comme le jardin, si bien entretenu par Lou : il est constamment envahi par les sables.

 

Ce qui ronge ce couple, ce sont les non-dits. Ils ne datent pas de la fuite de leur fille. S'il fallait retrouver leur origine, il faudrait remonter vingt ans en arrière. Ne rien dire, coûte que coûte. Ne rien se dire, ce qui est bien pire, au point que Nico et Lou semblent tout ignorer l'un de l'autre. Ils vivent l'un à côté de l'autre, presque comme deux étrangers.

 

Cette volonté de préserver leur secret les rend à fleur de peau. ils en viennent à chercher, à chaque fois qu'une personne leur tend la main, des intentions inavouables - alors qu'il n'en est rien. Ce secret ronge leur vie. Ce n'est que seul que Nico et Lou parviennent à se dire - le discours est vraiment intérieur - leur vrai désir. Envie éperdue de se lancer à la recherche de sa fille pour Lou, besoin de se faire pardonner pour Nico. Je ne me suis pas du tout senti proche de Lou, parfaite épouse traditionnelle. Elle a réussi dans sa carrière, elle pourrait être indépendante, ou simplement se lancer à la recherche de sa fille, comme elle en meurt d'envie. Elle ne fait rien, elle estime que son rôle est de soutenir son mari, quelles que soient ses décisions. De quoi ont-ils tant peur pour ne pas oser être eux-même ? Dire son ressenti, est-ce signe de faiblesse ?

 

Cette situation est d'autant plus paradoxale que le métier de Nico est basé sur la parole. Sa réussit professionnelle (il va prendre la direction de l'hôpital et veut bouleverser son mode de fonctionnement) masque son échec privé (comme le dira un de ses collaborateurs, il a échoué, en tant que thérapeute avec sa fille).  est-ce à cause de cet échec personnel qu'il veut réformer l'hôpital et refuser les thérapies mises en place par ses médecins ? Je le crois. Dépassé par sa propre violence, il ne lui reste qu'une solution : la fuite. Il brisera le mur du silence. Trop tard.

 

Trop court aussi. Le roman se termine après qu'un événement important est arrivé, et qu'un autre semble poindre à l'horizon. J'aurai vraiment aimé connaître une suite.

 

En dépit de ce constat pessimiste, j'ai très envie de me plonger à nouveau dans l'univers de cette auteur.

 

logo3          challengeabccritiques1

Repost 0

Présentation

  • : le.blog.de.sharon.over-blog.com
  • le.blog.de.sharon.over-blog.com
  • : J'ai crée ce blog pour partager mes lectures. Mes goûts me portent plutôt vers le roman policier.
  • Contact

Parlons félins.

Nunzi aussi a son blog :

le  blog de Nunzi

485

Recherche

Challenges

Logo Sharon

Le Challenge animaux du monde  a débuté le 24 juillet2011. Pour vous inscrire et déposer vos billet, c'est ici .

Si vous cherchez des idées de lecture, vous en trouverez en cliquant

 

logo

  Le Challenge romans sous influences a débuté le 18 septembre. Pour vous inscrire et déposer vos billets, c'est ici .

N'oubliez pas la bibliographie

Leblanc

 

Arsène.

Pour le Challenge Maurice Leblanc , les inscriptions et le récapitulatif ont lieu ici .

 

moliere-1318954748

 

Le Challenge Molière est à durée illimitée lui aussi .

 

Lecture

Le Challenge Histoire de famille est à durée illimitée lui aussi. Venez déposer vos billets ici ou Là.

Jetez un coup d'oeil sur la bibliographie.

 

challenge Paris(1) Le Challenge Paris je t'aime est illimité dans le temps.

Mon profil Babelio

Mon profil sur Babelio.com

Hellocoton

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Sharon sur Hellocoton