Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 mai 2010 3 12 /05 /mai /2010 21:26

Fablehaven_tome_2_haute_def.jpg


Titre : Fablehaven. Livre II. La menace de l’étoile du soir.
Auteur : Brandon Mull.
Editeur : Nathan.
Nombre de pages : 442
ISBN : 978-2-09-252564-7

Quatrième de couverture :


Dès la fin de l’année scolaire, Kendra et Seth sont de retour à Fablehaven, incroyable refuge pour créatures fantastiques, dont leurs grands-parents sont les gardiens. Grand-père Sorenson y a invité trois experts : un maître en potions, un collectionneur d’objets magiques et une chasseuse de créatures étranges. Ils ont pour mission de protéger Fablehaven de la maléfique Société de l’Etoile du Soir, déterminée à mettre la main sur un artéfact d’une grande puissance dissimulé au cœur du sanctuaire.
Le temps est compté. Si l’Etoile du Soir parvient à ses fins, ce sera un désastre pour tous les sanctuaires du monde… et peut-être pour la Terre entière.

«L’une des meilleures séries que j’ai lues » Christopher Paolini, auteur d’ERAGON©
Bestseller du New York Times.

Mon avis :

Pour des raisons purement pratique, j’ai attendu quelques temps – ou plutôt, quelques jours - avant de lire le livre II de Fablehaven. Le premier avait été un coup de cœur, le second aussi.

Il est indispensable d’avoir lu le livre I pour savourer pleinement le II, ce qui n’a rien d’étonnant. Contrairement à ce qui se passe parfois pour les suites, l’auteur nous plonge immédiatement dans l’action, et ne s’encombre pas de redites inutiles. Les personnages ont évolué : Seth a tiré les leçons de ses erreurs passées, se montre beaucoup plus réfléchi et essaie de réparer ses erreurs - ce qui ne l'empêche pas de provoquer des catastrophes, à son corps défendant. Le lecteur en apprend également un peu plus sur certains personnages (Dale et Warren), tout en découvrant de nouveaux alliés et de nouveaux adversaires (l'étoile du soir se révèle particulièrement redoutable).

J'avais comparé le premier tome à un conte, et ce terme reste valable pour ce second volume. Néanmoins, l'attention du lecteur est constamment en éveil. En effet, il n'y a pas de "bons" ou de "méchants", les personnages peuvent évoluer, changer de camps, être manipulés. Les protecteurs de jadis peuvent n'être plus qu'indifférence, et les ennemis deviennent parfois de précieux soutiens.

Bref, l'intrigue ne laisse aucun répit, et enchaîne rebondissements et retournements de situation à un rythme effreiné. Le tome III doit paraître en octobre, je suis impatience de le lire.

Repost 0
12 mai 2010 3 12 /05 /mai /2010 21:02

images30

Titre : Opération Phénix, l’enfer s’occupe du reste. Saison 2. 

Auteur : Franck Krebs.

Editeur : Gallimard Jeunesse.

Nombre de pages : 296.

 

Quatrième de couverture :

 

            La formation des quatre jeunes espions au service du SPS 666 est terminée. A présent, Anna, Miguel, Alan et David vont devoir faire leurs preuves. Leur première mission : dérober les crânes de cristal détenus par Ma Voie, une redoutable société criminelle chinoise qui a enlevé la sœur d’Anna…

            Survivrez-vous à l’opération Phénix ?

 

Mon avis :

 

            Après ne pas avoir apprécié du tout le tome 1, je suis moi-même étonnée de découvrir des qualités à ce second volet : le lecteur n’a aucun répit, les actions s’enchaînent et plusieurs intrigues s’entrecroisent.


Roman pour adolescents ? Certains procédés permettent au lecteur de ne pas être dérouté, comme les chapitres, très courts, ou le fait que le personnage dont le point de vue est adopté est nommé et dessiné en tête de chapitre. Le mystère reste entier, Tous les personnages ont quelque chose ou quelqu’un à cacher, et ce n’est sans doute pas un hasard s’ils sont déracinés (pas ou plus de parents) ou si un de leurs proches est porté disparu.


Les meurtres (mis à part celui d’un personnage secondaire important) sont moins nombreux, mais la violence, la torture (morale et physique) sont omniprésentes, banalisés, et ne semblent pas déranger beau coup de personnages (mis à part peut-être Anna, parce que sa sœur et elles en sont victimes). Certes, c’est au lecteur de s’offusquer, d’être dérangé par ces manipulations, mais je me demande si tous les jeunes lecteurs en sont capables.

Repost 0
12 mai 2010 3 12 /05 /mai /2010 20:47

Phenix 1

Titre : Opération Phenix
Auteur : Franck Krebs.
Editeur : Gallimard Jeunesse.
316 pages.

Présentation de l'éditeur :

Les services secrets de la planète sont en alerte maximum : à Pékin, un attentat meurtrier a dévasté un centre commercial. Plus de trois cents morts et aucune arme connue... Au même moment, dans différentes capitales, un mystérieux organisme occulte, le SPS 666, enlève quatre jeunes gens. Dans quel but ? Quel lien existe entre eux ? Quand nos héros le découvrent, il est trop tard : les voilà engagés malgré eux dans un combat sans merci contre le pire ennemi que la science ait jamais imaginé. Opération Phénix a commencé.

Mon avis :

L’œuvre s’ouvre sur une hécatombe inexpliquée dans un centre commercial chinois – j’ai eu envie de dire : ça commence mal. Puis, nous suivons quatre personnages, des adolescents, dont la vie va être bouleversée parce qu’ils vont être kidnappés pour devenir des agents secrets. Dans ce but, les recruteurs ne reculent devant rien, et n’hésitent pas à tuer/massacrer/supprimer/kidnapper les proches de leurs futurs espions – et là, cela devient sanglant.


Le thème de l’ado espion a déjà été traité par Anthony Horowitz et bien que j’aie lu Stormbreaker et Pointe blanche (les deux premiers tomes des aventures d’Alx Rider) il y a près de quatre ans, je me souviens tout de même que les livres étaient mieux écrits et que les intrigues n’étaient pas aussi nauséeuses. En effet, personne, dans le roman, ne s’élève contre ses scènes barbares, elles sont au contraire ressenties comme étant parfaitement normales, obligées, voyons, il n’y a rien d’abominables à torturer puis tuer une jeune femme qui vient d’accoucher – et là je me suis demandée qui avait un problème, moi ou le narrateur.


Bien sûr, j’ai lu des romans policiers sanglants – ce qui ne veut pas dire qu’aucun personnage ne ressentait un minimum de compassion ou d’empathie pour les victimes. Je n’ai jamais lu un roman dit «de littérature de jeunesse» aussi atroce. L’auteur a beau surfer sur les modes actuelles – le découpage en saison et en épisode, pour faire comme les feuilletons télévisés, l’énigme du crâne de cristal, qui n’est pas sans rappeler le dernier Indiana Jones – je ne trouve pas que ce premier tome soit encore de la littérature de jeunesse.
 

Repost 0
12 mai 2010 3 12 /05 /mai /2010 20:32

Wilcox.jpg  

Titre :  Les étranges sœurs Wilcox. 1 Les vampires de Londres.
Auteur : Fabrice Colin.
Editeur : Gallimard Jeunesse.
Nombre de pages : 284
ISBN : 978-2-07-062593-2

Quatrième de couverture :

Qui sont ces deux orphelines qui s’aventurent la nuit dans les rues mal famées ? Ignorent-elles qu’on peut y rencontrer Jack l’Eventreur ? Que des créatures plus terrifiantes encore, goules et vampires, s’y livrent une lutte sans merci ?
Mais Amber et Luna Wilcox ne sont pas des jeunes filles comme les autres. Sous leur frêle apparence se cache un terrible secret. C’est pour cela qu’elles ont été choisies. Par qui ? Impossible d’e dire plus. Sinon que la survie de l’Empire britannique repose désormais sur les très étranges sœurs Wilcox…

Et si rien n’était plus fort que les liens du sang ?

Mon avis :

Les étranges sœurs Wilcox est un roman qui, s’il avait été écrit vingt ans plus tôt, m’auraient réconcilié avec la littérature de jeunesse que j’abhorrai quand j’étais adolescente.

 

On pourra faire le reproche à l’auteur d’écrire sur un thème à la mode (les vampires). Sauf que ce livre est très original. Des thèmes fantastiques connus (vampires, magiciens, créatures surnaturelles) sont mélangés à une intrigue policière presque classique, des grands personnages littéraires (rien moins que Sherlock Holmes, Watson, Dracula et même son créateur) sont convoqués, le Londres victorien, avec son cortège de misère et d’insécurité (l’ombre de Jack l’Eventreur plane) est soigneusement décrit, et l’alchimie prend !

 

Il faut dire que dès les premières pages, l’intrigue est menée tambour battant. Nos deux héroïnes Amber et Luna (et moi avec elles) sont confrontées à des événements hors normes, inquiétants, qui les poussent à s’interroger sur ce qu’elles sont devenues, et comment elles le sont devenues. Les péripéties, des plus tragiques au plus drôles, ne vont pas cesser de s’enchaîner jusqu’au dénouement. Je dois dire que je n’avais vraiment pas envie de lâcher ce livre. La suite devrait paraître ce mois-ci, j'ai hâte de la lire.  

Repost 0
9 mai 2010 7 09 /05 /mai /2010 14:03

communaute-sud-tome-8-pire-mort-charlaine-har-L-1.jpegTitre : Pire que la mort.

Auteur : Charlaine Harris.

Editeur : J'ai lu.

 

Lecture dédiée à Léïa.


Quatrième de couverture française:


"Les ennuis ne sont pas terminés! Voilà qu'un attentat terroriste détruit l'organisation vampire de la région! Or moi, Sookie, j'avais d'autres choses en tête, des trucs... personnels. Et je n'ai pas vu tout de suite le rôle que j'allais devoir jouer. Je suis télépathe, moi, pas voyante. Allez, j'avoue: je pensais à mon petit copain, qui brillait par son absence. Une absence prolongée..."

Dans une région dévastée après le passage de l'ouragan Katrina, Sookie a fort à faire pour aider les communautés humaine et vampire à se reconstruire. Si la jeune serveuse est saine et sauve, elle n'en est pas moins préoccupée: les temps changent pour les vampires et les lycanthropes, de nouveaux dangers s'annoncent... et Quinn, son petit ami -le sublime tigre-garou-, a disparu !

 

Mon avis :

 

Un constat, pour commencer : je viens de lire le huitième tome des aventures de Sookie Stackhouse, et pourtant je ne suis pas lassée, je prends toujours autant de plaisir à les lire (bien plus rapidement que je ne devrai, difficile de lâcher le volume et de passer à autre chose), et je n’ai qu’une envie, lire les prochains tomes.

L’intrigue est toujours aussi accrocheuses, les rebondissements sont très nombreux, et les retournements de situation aussi. Alors que je croyais que tout le volume allait être dévolu à la guerre entre les clans de lycanthropes (dans laquelle Sookie va être obligée de s’impliquer), il n’en est rien, et les événements vont rebondir de manière inattendue. L'auteur réserve tout de même quelques parties plus sereines, comme le double mariage des Bellefleur, et même des rencontres émouvantes (le dénouement, que je ne révèlerai pas, pour ne pas vous gâcher la lecture).

Quant à la vie privée de Sookie, elle reste très compliquée. Des amis, des proches la trahissent (parfois des personnes très proches). Si elle peut compter sur des soutiens indéfectibles – Sam, Eric, qui voudrait bien plus que la soutenir - elle va rencontrer de nouveaux membres de sa famille, aux pouvoirs parfois étonnants, et dont je me demande bien quels seront leurs rôles dans les tomes suivants. Quant à sa vie sentimentale…. Je me demande si elle aura un jour un peu de stabilité, entre le retour de Bill le vampire, et la disparition de Quinn. Amélia, sa colocataire, n’est pas en reste, puisqu’elle doit subir les infidélités de Bob (toujours transformé en chat, je tiens à le préciser). Sookie est décidée à prendre sa vie en main, même s’il lui arrive de douter d’elle-même ou de s’interroger sur le bien-fondé de certaines de ses décisions.

Ce que j’aime aussi beaucoup dans cette série, c’est que les personnages ne se contentent pas de faire une apparition dans un tome puis d’être jetés aux oubliettes par l’auteur. Les disparus, par exemple, ont une grande place dans l’intrigue. Vous allez me dire que c’est normal, puisque les héros sont des vampires, et donc qu’ils sont par définition des disparus. Je pense à des disparitions plus humaines (quoiqu’elles aient très brutales, en leur temps). Granny, la grand-mère de Sookie, est toujours évoquée avec émotion. Quant à Kendra, même morte, elle continue d’empoisonner l’existence de Sookie depuis le tome 4.

Bref, j'ai passé un très bon et trop court moment de lecture.
Je remercie chaleureusement Thot, le forum Partage-Lecture et les éditions J'ai Lu pour m'avoir permis de poursuivre la lecture de cette série.

Repost 0
le.blog.de.sharon.over-blog.com - dans Fantasy
commenter cet article
9 mai 2010 7 09 /05 /mai /2010 13:59

age-blesse.jpg

Titre : L'âge blessé.

Auteur : Nina Bouraoui.

Editeur: J'ai lu

Nombre de pages : 92.

 

Mon ressenti :

Cette oeuvre a bousculé mes repères de lecture. Nous n'entendons que la seule voix de la narratrice, tantôt âgée (j'ai cent ans, dit-elle), tantôt enfant. Pas de personnages décrits avec précision, pas de chronologie, fusse-t-elle difficile à suivre, pas d'intrigue. Seuls les chapitres dans lesquelles la narratrice affirme être enfant permettent de se raccrocher à des éléments connus.

J'ai eu l'impression d'être entrée dans la conscience de la narratrice, qui nous raconte avec une précision rare ses souvenirs, parle des sensations qu'elle a éprouvées, des émotions qu'elle a ressenties. Ce qui est dérangeant est que ce ne sont pas des sensations ou des émotions agréables. La peur, la violence (suggérée plutôt que montrée), sa peur de la violence et sa solitude sont omniprésentes, et m'ont mises plusieurs fois mal à l'aise.

J'ai été très sensible au travail de la langue, si bien que j'ai eu l'impression de lire un poème en prose plutôt qu'un roman. Je me surprenais à compter les syllabes, à noter les gradations et les énumérations, à suivre les progressions thématiques et les jeux sur les sonorités, ou encore à revenir en arrière pour relire un chapitre afin de le comparer à un autre.

Je tiens à remercier les éditions J'ai lu et Partage-lecture pour m'avoir choisi pour ce partenariat.  Je ne pense  pas que ce premier contact avec l'oeuvre de Nina Bouraoui ne sera pas le dernier.
Repost 0
le.blog.de.sharon.over-blog.com - dans Littérature française
commenter cet article
9 mai 2010 7 09 /05 /mai /2010 13:52


cieldesang.jpg
Titre : Ciel de sang.
Auteur : Steve Hamilton.
Éditeur : Points.
Nombre de pages : 349.

Quatrième de couverture :

Alex McKnight, un ancien flic de Détroit, se dépêche de rebâtir son chalet près de la frontière canadienne avant l'arrivée de l'hiver. Heureusement, son ami indien Vinnie LeBlanc, di t "Ciel-Rouge" lui donne un coup de main. Lorsque le frère de Vinnie disparaît, Alex part avec son ami à sa recherche. Mais au pavillon de chasse où Tom devait se trouver, ils découvrent un terrible secret. Et comprennent vite que quelqu'un ne veut pas qu'il s'ébruite.

Note : la quatrième de couverture est remarquablement rédigée. Elle est fidèle à l'intrigue tout en gardant le mystère.

Mon avis :

En ce moment, j'ai un grand besoin de me détendre. Je reviens donc à mes fondamentaux, c'est à dire les romans policiers. Lors de ma dernière visite à la bibliothèque municipale, j'ai emprunté ce livre parce que je ne connaissais pas du tout cet auteur et que je trouvais le titre intriguant.


Je n'ai pas du tout été déçue par ce livre. Le narrateur est un ancien flic, qui est devenu détective privé après la mort de son co-équipier. Pourtant, ce n'est pas dans le cadre de son métier qu'il va être plongé dans une enquête criminelle. C'est par amitié qu'il va aider Vincent Leblanc à retrouve r son frère, porté disparu avec le groupe de chasseurs qu'il guidait. Alex et Vincent vont tirer le meilleur partie de cette amitié, pour survivre dans la forêt canadienne : leurs recherches déplaisent, dérangent, et tous les moyens vont être bons, y compris faire pression sur les seules personnes qui les soutiennent, pour mettre fin de manière définitive à leur quête. La nature, sauvage et magnifique, n’est qu’un des dangers qui guette les deux héros. Leurs adversaires sont leurs versants négatifs, car leur amitié les a menés au pire.

L’auteur nous interroge sur les notions de justice et de vengeance. Il ne dresse pas un réquisitoire contre la loi du talion, son récit entier montre à quel point il est facile, pour des êtres ordinaires, de commettre la plus atroce vengeance, au nom de leur douleur, bien réelle, et de leur haine. Dans un telle contexte, feindre de ne pas comprendre ce qui va se passer est aussi une complicité. L'auteur prouve aussi quelle sagesse et quelle lucidité sont nécessaires non pour pardonner (cette notion n'est pas du tout évoquée) mais pour ne pas répondre à la vengeance sanglante par une autre vengeance, toute aussi sordide.
Un très beau roman policier.

Repost 0
le.blog.de.sharon.over-blog.com - dans Romans policiers américains
commenter cet article
9 mai 2010 7 09 /05 /mai /2010 13:44

chevaliers-d-emeraude-9.jpg

Quatrième de couverture :

Après des siècles de paix, les armées de l'Empereur Noir Amecareth envahissent les royaumes du continent d'Enkidiev. Les Chevaliers d'Émeraude doivent alors protéger Kira, la princesse magique liée à la prophétie et qui peut sauver le monde.
Assailli par les armées impériales, Wellan doit envoyer ses hommes sur plusieurs fronts. Le nouveau Roi d'Émeraude lui propose une des armes interdites que le dieu Danalieth a léguées aux humains pour se protéger. C'est un cadeau difficile à refuser...
Tandis qu'ils défendent le Royaume des Elfes, les Chevaliers capturent une curieuse créature bleue, ignorant ses véritables desseins. Désireux de venir en aide à son père, Dylan apprend une nouvelle façon de capter les mouvements d'énergie. Mais lorsqu'il s'en sert pour la première fois, il se heurte à la résistance d'une jeune fille qui changera à jamais le cours de son destin...
Et contre toute attente, la prédiction d'Élund au sujet du retour d'un héros se réalise. Mais ce grand guerrier n'arrive-t-il pas trop tard ?

Mon avis :

J’attendais avec hâte la sortie de ce tome. En dépit de leurs défauts, les aventures des  chevaliers d'Emeraude me tiennent en haleine et je n’imagine même pas ne pas les suivre jusqu’à la fin.


L’avantage est que dans ce tome, nous sommes plongés dans l’action au bout de trois pages, les batailles se succèdent les unes aux autres sans répit, et sans trop de monotonie. Des coups de théâtre surviennent au moment où je m’y attendais le moins, tant je pensais que l’auteur avait inversé la structure des tomes précédents (des combats sans répit puis, à la fin, le repos et les réjouissances des chevaliers, de retour au château d'Emeraude) et je me demande comment ces nouvelles pistes vont être développées dans le tome suivant.


Quelques bémols, tout de même : les chevaliers sont devenus trop nombreux pour que je puisse facilement les reconnaître, mis à part les chevaliers de la première génération. Quant à ceux-ci, leurs caractères sont fixés une fois pour toute et ils n’évoluent guère : ils restent très manichéens. Enfin, l’auteur cède toujours à la tentation de marier les quelques chevaliers célibataires à tour de bras, et de leur donner une turbulente progéniture.

Repost 0
le.blog.de.sharon.over-blog.com - dans Fantasy
commenter cet article
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 23:58


amour médecin

Titre : L'amour médecin.

Auteur : Molière.

Nombre de pages : 160.

Editeur : GF- Flammarion. Collection : Etonnants Classiques.

Ce livre comporte des questionnaires de lecture, deux groupements de textes, et des notices qui expliquent bien aux élèves ce qu'était une comédie-ballet.

 

Quatrième de couverture :

 

"Il n'y a point de pires sourdes que ceux qui ne veulent point entendre !" Sganarelle, dans l'Amour médecin, nie l'évidence : si sa fille Lucinde est malade c'est parce qu'elle désire se marier et qu'il s'y oppose obstinément. Aucun médecin au monde ne pourrait guérir la jeune femme. Sauf un... Heureusement que Lisette, l'habile servante, a plus d'un tour dans son sac !


Cirscontance de lecture :


J'ai relu cette pièce car je l'ai fait étudier à mes élèves. J'ai assité à une représentation de ces oeuvres à la Comédie-Française, en 2005, dans une mise en scène de Jean-Marie VIllegier et Jonathan Duverger.
 

Mon avis :

 

Cette courte pièce de Molière a longtemps été délaissée par les éditeurs. Ce n'est plus le cas aujourd'hui, car elle est désormais au programme de 6e.  

            L'amour Médecin reprend le canevas classique d’une comédie : l’amour contrarié de deux jeunes gens. Comme dans Le médecin malgré lui, Lucinde feint d’être malade parce que son père ne veut pas qu’elle épouse l’homme qu’elle aime. Comme dans Le médecin malgré lui, les médecins ne se rendent pas compte que la malade simule, parce qu’ils sont trop occupés à se quereller, quand ils ne comparent pas leur monture et leur clientèle. Molière, pour créer ses personnages, se serait inspiré des médecins de la famille royale.

            S’il est un personnage que je retiens particulièrement dans cette comédie, c’est celui de Sganarelle. Homme lucide, prête à tout pour satisfaire les caprices de sa fille ou la soigner, il n’en est pas moins un père tyrannique, qui veut garder sa fille et son bien pour lui seul.

            L’amour médecin est une pièce à lire pour connaître l’étendue de la satire de la médecine dans l’œuvre de Molière, mais aussi une pièce à écouter, car ses intermèdes musicaux sont magnifiques.

Repost 0
le.blog.de.sharon.over-blog.com - dans Théâtre
commenter cet article
5 mai 2010 3 05 /05 /mai /2010 16:45

couv soeurs chocolat

 

Titre : Soeurs Chocolat.

Auteur : Catherine Velle.

Editeur : Le livre de poche.

Nombre de pages : 311.

 

Quatrième de couverture :

 

Elles ne sont pas soeurs, elles sont Soeurs. Leur petite communauté, au coeur de la France, subsiste - difficilement è grâce au délicieux chocolat qu'elles produisent. Mais si elles manquent le rendez-vous au fin fond de la Colombie, la part de fèves de cacao qui leur est réservée sera immédiatement attribuée à d'autres. Quittant leurs habits monastiques, elles se retrouvent dans la forêt amazonienne, face à des bandits qui convoitent leur trésor de fèves. Prêtes à tout pour sauver leur communauté, elles vont changer d'identité, jouer du revolver, chanter et danser dans un cabaret infesté de malfrats... Une aventure haletante et pleine de fantaisie, dans la plus pure tradition romanesque

 

Mon avis :

 

Je souhaiterai faire découvrir ce roman à tout le monde. Quelle fraîcheur ! Quelle légèreté ! Que de rebondissements ! 

Il est impossible de s'ennuyer en le lisant.

 

Les religieuses sont décrites avec sensibilité. Ces Sœurs ne sont pas des illuminés, ni des fanatiques, leur vocation n’a pas été contrainte (voir La Religieuse de Denis Diderot) et même si elles sont fait vœu d’obéissance, elles ont toutes trouvé au sein de cette communauté leur juste place, grâce au grand respect que leur mère supérieure leur accorde. Elles n’ont jamais été plus libres que dans la clôture de leur couvent, car même si elles ont prononcé leurs vœux, elles sont libres de choisir une autre manière de vivre leur foi (sœur Clothilde) ou rompre leur vœu. D’ailleurs, au cours de leur périple, elles vont rencontrer des personnes qui sont bien plus prisonnières de leur passé qu’elles ne le sont des murs de leurs couvents.


Un très bon moment de lecture.

Repost 0
le.blog.de.sharon.over-blog.com - dans Littérature française
commenter cet article

Présentation

  • : le.blog.de.sharon.over-blog.com
  • le.blog.de.sharon.over-blog.com
  • : J'ai crée ce blog pour partager mes lectures. Mes goûts me portent plutôt vers le roman policier.
  • Contact

Parlons félins.

Nunzi aussi a son blog :

le  blog de Nunzi

485

Recherche

Challenges

Logo Sharon

Le Challenge animaux du monde  a débuté le 24 juillet2011. Pour vous inscrire et déposer vos billet, c'est ici .

Si vous cherchez des idées de lecture, vous en trouverez en cliquant

 

logo

  Le Challenge romans sous influences a débuté le 18 septembre. Pour vous inscrire et déposer vos billets, c'est ici .

N'oubliez pas la bibliographie

Leblanc

 

Arsène.

Pour le Challenge Maurice Leblanc , les inscriptions et le récapitulatif ont lieu ici .

 

moliere-1318954748

 

Le Challenge Molière est à durée illimitée lui aussi .

 

Lecture

Le Challenge Histoire de famille est à durée illimitée lui aussi. Venez déposer vos billets ici ou Là.

Jetez un coup d'oeil sur la bibliographie.

 

challenge Paris(1) Le Challenge Paris je t'aime est illimité dans le temps.

Mon profil Babelio

Mon profil sur Babelio.com

Hellocoton

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Sharon sur Hellocoton