Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 10:43

Je pensais écrire les articles sur les soeurs d'Elisabeth de Bavière un peu plus tard dans le mois, mais nous sommes aujourd'hui la journée de la femme, et qui mieux que Sophie de Bavière pour illustrer ce que signifiait être une femme au XIXe siècle.

 

220px-Sophie_Charlotte-_Herzogin_von_Bayern.jpgSophie-Charlotte de Bavière

 

Sophie est n ée le 22 février 1847. Elle est la dernière soeur d'Elisabeth à qui elle ressemblait beaucoup. Elle est également la dernière à ne pas être mariée. Or, Louis II de Bavière, son cousin, la choisit comme sa fiancée - certains disent à cause de sa ressemblance avec sa soeur. Peu après ses fiançailles, Sophie s'éprend d'Edgar, un jeune photographe à qui elle écrit des lettres enflammées. Mais cette passion secrête ne sera pas la cause de la rupture des fiançailles. Louis II repousse à plusieurs reprises le mariage. Max, le père de Sophie, pause alors un ultimatum à son futur gendre : soit il épouse Sophie avant la fin de l'année, soit les fiançailles sont rompues. Louis se dérobe à nouveau.

 

Fiancailles.jpgLes fiançailles de Sophie et de Louis.

 

Pour effacer le scandale de voir la jeune duchesse ainsi dédaignée, il faut la marier, et vite. Sophie épousera le 28 septembre 1868 le duc d'Alençon, petit-fils de Louis-Philippe. Deux enfants, Louise et Philippe-Emmanuel,naitront de cette union, qui semble tout d'abord heureuse bien que le couple doivent vivre en exil. Ils rentreront en France en 1873, à l'abrogation de la loi d'exil. 

 

Sophie-Charlotte-Augustine-and-Ferdinand-Philippe.jpg

Sophie et son mari, le duc d'Alençon

 

Mais Sophie tombe amoureuse de son médecin, marié, père de famille et le scandale couve. Pour l'éviter, Sophie est internée par son mari dans un sanatorium spécialisé dans le traitement des troubles sexuels (à grands coups de bains glacés et autres joyeusetés). Combien de temps y restera-t-elle ? Quelques mois disent certains, quelques années disent d'autres. Un biographe occulte même complètement cette épisode. Elle sera déclarée guérie mais, d'après sa nièce Marie-Valérie, restera mélancolique. La vie reprend son cours et Sophie marie ses deux enfants. Louise épouse Alphonse de Bavière, un lointain cousin.Louise.JPGLouise d'Alençon et Alphonse de Bavière

 

Mais l'événement qui fait que Sophie est rentrée dans l'histoire survient un an avant l'assassinat de sa soeur aînée. Elle participe, comme tant d'autres dignitaires, à l'inauguration du bazar de la charité. L'incendie se déclare. Les hommes se pressent de sortir, bousculant les femmes sur leur passage (très peu d'hommes trouveront la mort dans cet incendie). Sophie se conduit de manière héroïque selon le témoignage des survivants : ceux qu'elle a aidés à sortir. Elle-même refusera de partir. De son corps, on retrouvera peu de choses, au point que ce sera son dentiste qui seul pourra l'identifier. Sa mort en causera une autre : l'oncle de son mari, le duc d'Aumale, qui l'aimait beaucoup, succombera à une crise cardiaque en apprenant la nouvelle.

chateau-baviere

 

 


Repost 0
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 00:07

Mon article du jour sera consacrée aux deux filles de Sissi.

Il sera bref car je sais peu de choses sur elles.


Gisèle est la deuxième fille de Sissi. Elle est née en 1856. Elle et sa soeur aînée Sophie tombent malade lors d'un voyage à Buda en 1857. Gisèle guérit, pas Sophie. Elisabeth ne s'en remettra jamais, et sa belle-mère ne manquera pas de la juger responsable - je vous laisse deviner à quel point cela a pu peser sur la vie de Sissi. Gisela est élevée par sa grand-mère, comme son frère Rodolphe. Ils étaient très proches.

Elle se marie à 16  ans avec le prince Léopold de Bavière.

Gisele.jpg

Les deux soeurs, Gisela et Maria Valeria.


Elle aura quatre enfants :

Elisabeth (1874-1957). Comme sa cousine Elisabeth, fille de Rodolphe, elle contractera un mariage qui ne conviendra pas à sa famille.

Augusta (prénom de la mère du prince Léopold  - elle se mariera à l'âge de 18 ans et aura six enfants - 1875-1964).

Georg (1880-1943). Il a été marié un an puis le mariage avec Isabelle d'Autriche-Teschen a été "annulé". Il a ensuite fait des études de théologie et est devenu prêtre.

Conrad (1883-1969). 

Gisela-et-ses-enfants.jpgGisela, ses quatre enfants et son mari.

Gisela est morte en 1932.


Marie-Valérie était l'enfant préféré de Sissi, la seule qu'elle ait réellement voulue.

Elle a également fait un mariage d'amour, un an après le suicide de son frère, avec François Salvador d'Autriche-Toscane. Rodolphe aurait été opposé à ce mariage car François Salvador était le cousin de Marie-Valerie : les deux jeunes gens s'étaient rencontrés lors d'un bal. Ce qui est sûr est que Sissi a soutenu sa fille afin qu'elle ne fasse pas un mariage "arrangé" comme ses deux aînés. Le mariage fut-il heureux ? Rien n'est moins sûr.


Marie-Valérie a eu dix enfants :

Elisabeth (1892-1930)

Franz Karl Salvator (1893-1918),

Hubert Salvator (1894-1971),

Hedwig (1896-1970),

Theodor Salvator (1899-1978),

Gertrude (1900 - 1962),

Mary (1901-1936),

Clemens Salvator (1904-1974)

Mathilde Maria Antonia Ignatia (1906-1991),

Agnès (1911-1911).

 

Marie-Valerie-et-ses-enfants.jpg

Maria Valeria est morte en 1924.

valerie.jpg

Maria Valeria von Osterreich.

Repost 0
6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 10:16

Elisabeth d'Autriche dite Sissi (1837-1898) est connue de tous, ne serait-ce que par la trilogie mettant en scène Romy Schneider. Mais qui était-elle vraiment ?

 

Elisabeth.jpg

 

24 décembre 1837 : naissance d'Elisabeth dite Sissi, quatrième enfant et deuxième fille du duc Maximilien de Bavière et de la duchesse Ludovica de Bavière. Maximilien était considéré comme un excentrique, Ludovica aurait souhaité une union plus prestigieuse, comme celles de ses soeurs.

1853 : l'empereur d'Autriche François-Joseph annonce ses fiançailles avec elle, la préférant à sa soeur aînée Hélène.

1854 : mariage avec l'empereur François-Joseph.

1855 : naissance de sa première fille, Sophie.

1856 : naissance de sa seconde fille, Gisèle.

1857 : Sophie meurt, lors d'un voyage officiel en Hongrie. L'impératrice Sophie reprochera cette mort à sa jeune belle-fille. Elisabeth a dix-neuf ans, elle est anéantie par la mort de sa fille.

1858 : naissance de Rodolphe, son fils unique. Comme ses soeurs, elle ne pourra l'élever, l'impératrice Sophie la jugeant incompétante.

1860 : Elisabeth tombe gravement malade. On lui diagnostique la tuberculose. Elle part à Madère puis à Corfou, accompagnée de sa soeur aînée. Dès lors, elle ne cessera d'être obsédée par sa ligne (elle ne dépassera pas le poids de 50 kilos pour 1 m 72) ni de voyager, scandalisant la cour. De même, dans ses lettres, elle prend davantage de nouvelles de ses chiens et de ses cheveaux que de ses enfant.

1864 : son fils Rodolphe est confié à un précepteur particulièrement cruel. Elisabeth, voyant les souffrances de son fils, parvient à faire plier l'empereur qui lui donnera un précepteur plus humain.

1867 : elle est couronnée reine de Hongrie.

1868 : naissance de Marie-Valérie, sa dernière fille, la seule qu'elle pourra élever comme elle l'entend. Sissi lui voue un amour exclusif (un paravent entier était consacré aux photos de Marie-Valérie).

P1030359.JPGMarie-Valérie pose ici avec Shadow, le chien préféré de Sissi.


Les voyages continuent, mais dès cette période, ce sont les drames qui ont jalonné la vie de l'impératrice que l'on retient. Elle fuit Vienne, constamment, pratique la gymnastique, l'équitation, s'affame en suivant des régimes plus extravagants les uns que les autres. Bien avant la presse people, elle contrôle son image. Dès la trentaine, elle refusera que son visage soit photographié, dissimulant son visage sous une voilette ou derrière un éventail.

1886 : mort de Louis II de Bavière.

1889 : mort de Rodolphe, à Mayerling. Par choix, Elisabeth s'habillera plus qu'en noir.

1890 : sa fille préférée Marie-Valérie se marie. Elle aura dix enfants. Sissi ne cessera désormais plus de voyager puisque plus personne ne la retient à Vienne. 

1893 : mariage de sa petite-fille Augusta de Bavière, seconde fille de Gisèle.

1896 : mort de sa soeur Sophie, brûlée vive lors de l'incendie du Bazar de la charité.

1898 : Sissi est assassinée à Genève. Son assassin souhaitait assassiner une personne de sang royal : sa cible était le duc d'Orléans. Le fait qu'il ait raccourci son séjour en Suisse lui a sauvé la vie et a précipité le destin de l'impératrice d'Autriche-Hongrie.

 

Je ne terminerai pas cet article sans citer quelques références bibliographiques :

- Sur les pas de Sissi de Jean des Cars, Perrin, 1998 : très bel ouvrage qui présente les lieux où l'impératrice a vécu ou séjourné lors de ses voyages.

- Mes années avec Sissi, par Irma Szataray, Petite bibliothèque Payot, 2008.

- Sissi, l'impératrice anarchiste de Catherine Clément : un petit livre parfait pour découvrir la vie de Sissi.

- Sissi, une vie retrouvée d'Agnès Michaux : un roman qui prend Elisabeth d'Autriche comme narratrice. Un très bel hommage à la souveraine.

 

J'espère consacrer lors de ce mois un article à chacune de ses soeurs, dont les destins ont aussi été exceptionnel : Hélène, Marie, Mathilde et Sophie.

chateau-baviere

Repost 0
5 mars 2012 1 05 /03 /mars /2012 11:21

Hamaguri.jpgédition Babel - 112 pages.

 

Quatrième de couverture :

 

Deux petits enfants de Tokyo, Yukio et Yukiko, scellent un pacte de fidélité en inscrivant leurs noms à l'intérieur d'une palourde, comme un serment d'amour éternel. Devenus adolescents, ils se retrouvent à Nagasaki sans se reconnaître ; les sentiments qui les habitent désormais, qui les troublent profondément, leur seraient-ils interdits ?

 

Mon avis :

 

Ce livre est tout simplement superbe. En le lisant, je n'ai pas pu m'empêcher de me dire qu'un européen n'aurait pas su faire évoluer avec autant de finesse ses personnages de la naissance à la vieillesse. En effet, les personnages évoluent (en France, j'ai parfois l'impression douloureuse qu'ils sont figés et que quand on les retrouve vingt ans plus tard, ils sont restés enlisés dans leur problème).

Yukio prend le relais de Yukiko dans ce second tome et pourtant, j'ai l'impression de lire ce récit pour la première fois, tant les redites sont évités, et tant j'entends réellement la voix de ce jeune garçon, puis celle de cet homme. Yukio part dans la vie avec un handicap énorme : il est un bâtard. Il part avec un avantage énorme : l'amour inconditionnel de sa mère, rejoint par l'amour tout aussi inconditionnel de son père adoptif. Les drames, les douleurs seront là, pourtant cet amour lui donne une sérénité qui fera de lui l'adulte qu'il est devenu.

Une réussite, encore.

 

Dragon2012feu

Le challenge Dragon 2012 organisé par Catherine

Repost 0
4 mars 2012 7 04 /03 /mars /2012 10:08

Tsubaki.jpgRésumé de l'éditeur :

 

Dans une lettre laissée à sa fille après sa mort, Yukiko, une survivante de la bombe atomique, évoque les épisodes de son enfance et de son adolescence auprès de ses parents, d'abord à Tokyo puis à Nagasaki. Elle reconstitue le puzzle d'une vie familiale marquée par les mensonges d'un père qui l'ont poussée à commettre un meurtre.

 

Mon avis :

 

Ce livre est un chef d'oeuvre, sa suite aussi (j'ai terminé le tome 2). L'écriture est un miracle de finesse et de pudeur - et pourtant, les événements racontés sont loin d'être tendres ou délicats. 


Le quatrième de couverture semble en dire beaucoup ? Je dirai au contraire qu'il en révèle très peu, je n'en dirai donc pas beaucoup non plus, pour ne rien gâcher de cette narration tout en subtilité.


Je dirai néanmoins que ce livre évoque un des grands tabous de l'histoire japonaise : l'explosion de la bombe atomique de Nagasaki et le sort des survivants. Pour eux, il s'est agi de "chance" ou de "fatalité", selon le point de vue où l'on se place. Yukiko évoque aussi l'état d'esprit des japonais à cette époque - manière de pensée très éloignée de la nôtre, endoctrinement sans pareil des combattants, et cruauté peu enviable. Le regard critique de Yukiko étonne - il était déjà le sien avant qu'elle n'arrive au soir de sa vie,elle a eu le courage de le garder.


L'écriture de la lettre ne paraît jamais un procédé artificiel. Yukiko n'a pas pu dire l'indiscible, elle a eu besoin de lever le poids du secret, ce qui n'a rien à voir avec s'en décharger impunément. Le silence n'a qu'un temps.


Ce livre est un véritable coup de coeur.

Dragon2012feu

  Le challenge Dragon 2012 organisé par Catherine

Repost 0
3 mars 2012 6 03 /03 /mars /2012 09:31

Love-Hina.jpg

édition Pika - 190 pages.

 

Mon résumé :

 

Keitaro vient de rater pour la deuxième fois l'examen d'entrée à la prestigieuse université de Todai. Il ne l'a pas raté de peu, non, il l'a raté de loin, de très très loin même. Désespéré, il pense trouver refuge chez sa grand-mère, sauf que celle-ci est parti en vacances (très prolongée) et que son hotel est devenu une pension pour jeunes filles. Le voilà nommé gérant de la pension par sa grand-mère, au grand dam de Naru, Mitsune, Sû, Motoko et Shinobu, les cinq pensionnaires.

 

Mon avis :

 

En lisant ce manga, je me suis dit : mais ce n'est pas possible qu'un garçon soit aussi gaffeur ! Et bien si, c'est possible. Il les accumule, pour mieux dire, il les entasse. Gaffer est un travail à plein temps pour ce garçon.

 

Il faut dire qu'il évolue en milieu hostile : il est entouré par cinq jeunes filles, et je ne compte même pas sa tante, ancienne gérante de la pension. Certains trouveraient sa situation rêvée, je me demande bien qui. D'un côté, le pauvre Keitaro ne sait plus quoi faire pour se faire pardonner ses bourdes involontaires (et elles sont vraiment énormes et involontaires), de l'autre, il doit affronter cinq charmantes jeunes filles, prêtes à lui rendre la vie dure. Une certitude : ce charmant jeune homme n'a pas eu de soeurs, sinon il aurait évité quelques unes de ses gaffes, surtout envers la plus jeune des pensionnaires. Je vous le dis : il y a des claques qui se perdent. Ah, non, pardon : les autres filles se chargent très bien de son compte. S'il ne réussit pas à entrer à Todai, et à honorer ainsi une promesse faite quinze ans plus tôt, il pourra toujours écrire un guide de survie en territoire ennemi.

 

Ce manga est différent de ceux que j'ai découverts jusqu'à présent. Il est léger, drôle, le graphisme est plus simple - pas au point d'être simpliste néanmoins. Il apporte un bon moment de détente, mais rien de plus. J'ai emprunté le tome 2, mais je ne pense pas aller plus loin dans la série.

 

Dragon2012feuLe challenge Dragon 2012 organisé par Catherine

Repost 0
2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 09:04

Mon blog sera en pause pendant quelques jours pour cause de vacances. En effet, si tout va bien, je pars demain à Rennes.


Maintenant, le "tout va bien" est très relatif, la population féline normande ayant choisi ce moment pour tomber malade (pas tous heureusement, mais deux tout de même), si bien qu'ayant été très occupée ses jours-ci, je n'ai même pas eu le temps de programmer des articles. Edit de 10 h 07 : si ! j'ai réussi ! Si tout va bien, j'ai réussi à en programmer trois. 


Je vous dis donc à mardi et je vous souhaite un bon weekend.

Repost 0
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 08:35

Parker.jpgédition Le livre de poche - 188 pages.

 


 

Quatrième de couverture :

 

" Etes-vous heureux ? Dans le cas contraire, consultez M. Parker Pyne, 17 Richmond Street. " Cette annonce parue dans le Times attire bien des clients, un peu incrédules mais sans aucun doute malheureux. Aux quatre coins du monde, à Delphes, Chiraz ou Londres, Parker Pyne, professeur de bonheur, s'engage à vous faire retrouver l'amour et la joie de vivre. Evidemment, ses tarifs peuvent parfois paraître un peu élevés, mais qui ne risque rien n'a rien, et vous pouvez être sûr que Parker Pyne mettra en œuvre tous les moyens nécessaires, y compris les mises en scène les plus abracadabrantes... Douze nouvelles insolites d'Agathe Christie, où l'ingéniosité le dispute à l'humour.

 

Un-mot-des-titres

Challenge Un mot, des titres organisé par Calypso,

Mon avis :

 

Je n'ai qu'un mot en tête : ouille ! C'est la première fois qu'un livre d'Agatha Christie me déçoit. J'avais déjà rencontré Mr Parker Pyne, à dose homéopathique, dans Marple, Poirot, Pyne et les autres d'Agatha Christie . Ici, la recontre n'est vraiment pas concluante.

S'il me fallait définir Mr Parker Pyne, je dirai qu'il est un sous Hercule Poirot. Je me suis même demandé à un moment s'il n'était pas notre cher Hercule déguisé, un peu comme Arsène Lupin s'était métamorphosé en Barnett, d'autant plus que sa secrétaire se nomme Miss Lemon, et qu'il côtoie une certaine Ariadne Oliver. Las ! Il n'en est rien, et même si Mr Parker Pyne n'est sans doute pas l'ennuyeux statisticien qu'il prétend être (voir ses activités d'espionnage qui le rapproche d'un autre héros d'Agatha Chrisie, Mr Beresford), il n'a pas le charisme de notre cher Hercule.

Les trois premières nouvelles étaient pourtant relativement intéressantes, même si elles me rappelaient des enquêtes bien plus palpitantes, écrites par la plume d'Agatha Christie. La quatrième m'a semblé tristement banale, avec des personnages aussi creux qu'ils le paraissaient dans l'introduction : Agatha Christie n'excelle pas dans la comédie de moeurs. La cinquième, L'employé de bureau, m'a semblé un peu plus riche, car elle jouait sur les apparences tout en flirtant avec un réel danger. A la sixième, j'ai décroché.

Le format court ne réussit pas à Agatha Christie (certaines nouvelles ne mesurent qu'une douzaine de pages) car les personnages n'ont pas le temps de prendre leur pleine mesure, tout comme je n'ai pas eu le temps de m'attacher à ses personnages, terriblement falots pour la plupart. Il faut dire que le danger est rarement réel, et même si les personnages le vivent comme tels, leur seul problème est souvent un incommensurable ennui - le même qui m'a étreint en lisant ce recueil. Je l'ai terminé (mon fichu acquis de conscience) en lisant quatre nouvelles à la suite, puis deux. Elles formeraient presque un ensemble car Mr Parker Pyne part en voyage, et au fil de ses changements de pays (et de moyen de transports), il en vient à résoudre des affaires bien plus tragiques que celles auxquelles il était confronté en Angleterre. Pourtant, ses enquêtes m'ont semblé toujours bien falotes comparées aux intrigues des romans, et la résolution très facile (encore bien plus qu'avec les enquêteurs habituels). 

Mon prochain Agatha Christie sera bien plus traditionnel : Le train bleu, avec Hercule Poirot.

Challenge-anglaisAntoni : challenge God save the livre.

Challenge Agatha Christie  
challange-agatha-christie

Repost 0
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 13:30

numérisation0001Edition GF - Flammarion - p. 106 à 208.

 

Circonstance de lecture :

 

Entre deux soins à des chats malades, tout comme la rédaction de ce billet.

J'avais vu jouer cette pièce à la Comédie-Française, et la mise en scène ne m'avait guère plue, trop avant-gardiste. Par contre, je n'avais jamais lu la pièce, même avant de voir le ballet de Stuttgart interprêté le ballet éponyme de John Cranko. L'oubli est aujourd'hui réparé.


Mon résumé :

 

Le seigneur Batista a deux filles. La cadette, Bianca, est douce comme une colombe. L'aînée, Catharina, tient plus du porc-épic. Pourtant, il lui faut marier l'aînée avant de songer à pourvoir la cadette. Qui serait assez fou pour épouser Cathau ? Peut-être Petrucchio.

 

Mon avis :

 

La mégère apprivoisée est une farce, proche des Joyeuses commères de Windsor bien que l'action se passe en Italie. Catharina se désole de ne pas être mariée, ou plutôt fulmine de voir sa soeur sur le point d'être mariée alors qu'elle, l'aînée, ne l'est pas encore. Pourtant, elle fait fuir les prétendants, et même toute personne qui l'approche, à une vitesse confondante, que ce soit un professeur de luth ou un domestique. Elle n'hésite pas à frapper, en coulisses ou sur scène, adoptant un comportement presque masculin (la mise en scène de la Comédie-Française l'habillait même en homme). Aurait-elle voulu être un garçon ? Sans doute pas  : son discours final laisse à entendre qu'elle souhaitait être l'égal d'un homme sans en avoir les responsabilités, sans non plus avoir essayé. N'est pas Viola qui veut (un de mes personnages préférés) mais la jeune héroïne de La nuit des rois n'avait guère le choix.


Connait-on vraiment cette pièce ? Je ne le pense pas. La mégère apprivoisée est avant tout une mise en abîme : un noble se joue de Sly, un mendiant, et lui fait croire que depuis quinze ans, il a perdu la raison et est en fait un aristocrate. Pour le divertire, une troupe joue cette pièce de théâtre, dans laquelle la mégère apprivoisée n'a pas une si grande place. En effet, l'intrigue entre Petrucchio et Catharina est relativement brève et simple. Le mariage est rapidement conclu (en deux actes) et le "dressage" de la belle est rapide - quelques scènes suffiront pour que son mari vienne à bout de la tigresse. Le sujet faisait beaucoup rire à l'époque, il ne m'a pas fait vraiment rire car la maltraitance de Catharina est bien réelle, et les techniques utilisées par son tortionnaire de mari n'ont guère évolué : privation de sommeil et de nourriture sont deux principes de torture inamovible. N'était ce fameux discours final, j'aimerai à croire que Catharina se soumet et n'en pense pas moins. Qui sait ?


Bianca est souvent oubliée, pourtant c'est autour d'elle que tourne l'intrigue secondaire, de loin beaucoup plus compliquée. Bianca a trois prétendants, qu'elle accueille avec toute la soumission voulue. Pour la conquérir, ils ne vont pas hésiter à introduire un espion sur place (Batista ne cherche-t-il pas des professeurs pour instruire ses filles ?) voir même à se travestir en maître de musique pour approcher de plus prêt la belle. Entre péripéties et quiproquo, c'est Lucentio qui emporte la main de Bianca grâce à son ingéniosité et à son audace : il a réussi à évincer ses rivaux de belle manière. Cependant, le grand vainqueur est le tempétueux Pétrucchio : s'il a transformé Catharina, Lucentio découvre rapidement que la douce colombe est une mégère en puissance. Il ne faut pas se fier aux apparences.

 

 

Challenge-anglaisAntoni : challenge God save the livre.

classique-final2

Un classique par mois organisé par Cécile

Repost 0
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 08:22

 

chats 025

J'avais dit que je ne dresserai plus de bilan de lecture. Je me livre tout de même à l'exercice, parce qu'après tout, février est mon mois. Qui plus est, il comporte vingt-neuf jour cette année, soit une journée de plus pour lire.


Qu'en est-il ?

 

 

Du point de vue du strict plaisir de lecture, ce mois-ci est bien plus satisfaisant que le précédent car je suis revenue à mes premières amours. D'abord, j'ai progressé dans le Défi Scandinavie avec : 

L'abominable homme de Säffle de Maj Sjöwall et Per Wahlöö

Le policier qui rit de Maj Sjöwall et Per Wahlöö

La lionne blanche d'Henning Mankell

Le naufrage de Jorn Riel.

Leiv, Narua et Apuluk de Jorn Riel

.... et Solvi de Jorn Riel

Bien sûr, j'ai aussi lu anglais (mais pas en VO) avec :

Oscar Wilde et le noeud de vipères de Gyles Brandeth

Vague à l'âme au Botswana

Les larmes de la girafe d'Alexander Mc Call Smith

Le cheval pâle d'Agatha Christie

Mr Parker Pyne, professeur de bonheur d'Agatha Christie

(billet à paraître demain, dans le cadre du challenge ludique de Calypso).


Trois littératures font une percée sur mon blog. La littérature belge est représentée par deux titres :

Un écrivains d'Augustin Feye

Karen et moi de Nathalie Skowronek


La littérature américaine connaît aussi un développement certain avec :

Délicieuses pourritures de Joyce Carol Oates

Désolations de David Vann

Si je te retrouvais de Nora Roberts

Mais la surprise vient vraiment pour moi de la percée certaine du manga. Si l'on m'avait dit cela il y a seulement un mois, je n'y aurai pas cru.

Pluto de Naoki Urasawa

Pluto, tome 2 de Naoki Urasawa

Monster, chapitre 1 de Naoko Urasawa

Chi, une vie de chat, tomes 3 à 6 de Konami Kanata

Bride stories de Kaoru Mori

Les gouttes de Dieu de Tadashi Agi

What's Michael de Makoto Kobayashi

Love Hina, tomes 1 et 2 (billets à venir)

Je n'ai garde d'oublier Fièvre rouge de Karen Marie Monning (une lecture commune) Le garçon qui volait des avions d'Elise Fontenaille , Adios Hemingway de Léonardo Padura ainsi que L'assassin du roi Arthur de J.B. Livingstone et Le sicilien ou l'amour peintre de Molière puisque j'ai lu ces deux derniers livres dans le cadre de challenges que j'organise.

Je parviens donc à un total de 21 livres et douze mangas.

 

PS : Nous sommes le 29 février, cela se fête dis-je. J'ai donc envie de tenter un petit marathon de lecture. Mon but ? Lire le plus possible.

Bilan ce soir.

 

Edit de 9 h 43 : j'ai oublié trois livres dont je n'ai pas encore écrit les avis.

- Tsubaki et Hmahuri d'Aki Shimazaki.

- La saga de Sakari, tome 2 de Guillaume Lebau.

ce qui fait donc 24 livres. 

Edit de 22 h 26 : j'ai lu deux livres en tout et pour tout. La journée de détente s'est transformée en journée stressante. desssssssssssssssss   ml: Essayez donc d'éditer un billet avec la doyenne des félins à vos côtés ! Je vous souhaite une bonne nuit.

Repost 0

Présentation

  • : le.blog.de.sharon.over-blog.com
  • le.blog.de.sharon.over-blog.com
  • : J'ai crée ce blog pour partager mes lectures. Mes goûts me portent plutôt vers le roman policier.
  • Contact

Parlons félins.

Nunzi aussi a son blog :

le  blog de Nunzi

485

Recherche

Challenges

Logo Sharon

Le Challenge animaux du monde  a débuté le 24 juillet2011. Pour vous inscrire et déposer vos billet, c'est ici .

Si vous cherchez des idées de lecture, vous en trouverez en cliquant

 

logo

  Le Challenge romans sous influences a débuté le 18 septembre. Pour vous inscrire et déposer vos billets, c'est ici .

N'oubliez pas la bibliographie

Leblanc

 

Arsène.

Pour le Challenge Maurice Leblanc , les inscriptions et le récapitulatif ont lieu ici .

 

moliere-1318954748

 

Le Challenge Molière est à durée illimitée lui aussi .

 

Lecture

Le Challenge Histoire de famille est à durée illimitée lui aussi. Venez déposer vos billets ici ou Là.

Jetez un coup d'oeil sur la bibliographie.

 

challenge Paris(1) Le Challenge Paris je t'aime est illimité dans le temps.

Mon profil Babelio

Mon profil sur Babelio.com

Hellocoton

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Sharon sur Hellocoton