Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juillet 2010 7 18 /07 /juillet /2010 20:17

Titre :Te retourne pas, Handala !

Auteur : Olivier Gérard.

Editeur :Kyklos.

Nombre de pages : 266

 

Quatrième de couverture :


Marié à Sandra, une femme qui a embrassé le judaïsme et tenait à faire l’alyah – le retour en Terre Sainte – Asso se retrouve à gérer une boutique d’articles de sport au cœur de la plus riche colonie juive d’Israël, à deux pas de Jérusalem. Son existence monotone aurait coulé sans histoire… c’était compter sans l’irruption de celui qui fut jadis son mentor : Mossan, l’homme qui, en s’appropriant son adolescence au point de vouloir faire de lui son double, a suscité sa haine.

Devenu pdg planétaire, Frank Mossan joue les philanthropes et s’avise de vouloir rendre l’eau à un village palestinien de la Vallée du Jourdain au bord de la sécheresse en le dotant des panneaux solaires qu’il fabrique. Soulevant un tollé dans la communauté juive d’Israël et chez ses colons, l’intrusion de Mossan déchaîne tout autant la fureur des terroristes islamistes.

Pris entre deux fanatismes, jeté dans la tourmente qu’ils attisent, montré du doigt comme ancien protégé du milliardaire Mossan, Asso devient, à son corps défendant, le jouet d’un complot infernal.

 

Je tiens à remercier chaleuresement les éditions Kyklos et Thot, l'administratrice du forum Partage-Lecture, pour ce nouveau partenariat.

 

 

Mon avis :

J'ai eu beaucoup de mal à le rédiger. Pour une fois, ce ne sera pas un texte structuré, mais plutôt une succession d'impressions reliées par des thèmes.

Courage :

Celui de l'auteur. Il en faut pour écrire un roman sur le conflit israélo-palestinien, qui n'est pas vraiment le thème chéri des lecteurs (ni maintenant, ni jamais). Ce choix est audacieux donc, et l'audace est d'autant plus grande que l'auteur ne prend pas partie. Il raconte avec le même soin, la même impartialité ce qui se passe dans chaque camp. L'issue du conflit semble ainsi insoluble, puisque les deux camps ont chacun des raisons de continuer le combat - et aucune de céder. La violence répond à la violence, elle est devenue la norme et provoque ainsi des réactions chez le lecteur. Je prendrai pour exemple la scène initiale, violente, primitive, intemporelle. Elle fut pour moi un choc. Peu importe pour quel pays va notre sympathie, j'ai eu envie de prendre fait et cause pour ceux qui étaient ainsi chassés de chez eux. Puis apparaît le personnage d'Asso, qui veut aider ce village.

Déracinés :

Asso est le personnage principal de ce roman, et il est, comme chacun des membres de sa famille, déraciné. Asso, orphelin, ne sait rien ou presque de sa famille. Sa mère est mort quand il était enfant, son père a trouvé la mort dans un accident (déjà, la violence accompagne sa vie), son père de substitution a une attitude équivoque à son égards (le roman dévoilera ses véritables motivations) et déjà Asso fuit, par crainte de céder à la manipulation. Où qu'il aille, il ne trouve pas de refuge, ni dans la religion (il a finalement choisi le bouddhisme, une religion prônant la non-violence), ni dans le mariage, ni dans la paternité, qui lui a été imposée par sa femme, tout comme elle lui a imposé cet exil en Israël. Sandra s'est déracinée en réponse à ses parents, qui ont renié leurs racines juives. Elle trouve dans le judaïsme un apaisement. Curieusement, alors que ses parents s'étaient convertis pour échapper aux nazis, Sandra donne un prénom à consonance germanique à son enfant, doublé d'un nouveau prénom hébraïque. Conrad/Gaï n'a alors plus vraiment d'identité, plus de pays, plus d'amis, et il va devenir une proie facile pour les extrémistes.

Roman d'espionnage ?

J'aurai facilement dit "roman policier" au début (mon genre littéraire de prédilection), mais il n'y a pas d'enquête. La mort du père d'Asso trouvera sa résolution, parce qu'elle sert l'un des camps. Quant à l'enquête qui s'ouvre à la fin du roman, elle voit ses conclusions connues d'avance, grâce aux manoeuvres des deux camps.
Les deux camps s'affrontent et, par conséquent, s'espionnent mutuellement. La méfiance est de mise, au point que chacun ignore souvent ce qu'un autre, qui est pourtant de son camp, fait. La manipulation est reine. Les jeunes sont embrigadés et n'ont que de rares sursauts face à l'embrigadement qu'ils subissent. "Subir" est d'ailleurs un terme trop fort, car la douceur, la promesse d'un avenir meilleur, l'art du discours sont autant de moyen d'attirer vers l'extrémisme et l'action armé ces jeunes qui ne rêvent plus à un avenir possible et se retrouvent avec des responsabilités d'adultes (Ali est devenu le chef de famille après la mort de son père et de son frère).
Comme pour une action militaire, l'action est extrêmement minutée, rendant ainsi l'intrigue plus palpitante, jusqu'au dénouement.

Tragédie :

Ce roman nous raconte la tragédie individuelle d'Asso. Tragédie car, comme dans les oeuvres de Racine, Asso aura beau agir, se débattre, lutter, contre les autres, contre le destin, contre ses passions inavouées, il ne pourra rien faire. Il est pris au piège. Il ne lui restera plus qu'à fuir, comme il l'a toujours fait.

Merci aux éditions Kyklos et au forum Partage-Lecture pour cette belle découverte littéraire.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : le.blog.de.sharon.over-blog.com
  • le.blog.de.sharon.over-blog.com
  • : J'ai crée ce blog pour partager mes lectures. Mes goûts me portent plutôt vers le roman policier.
  • Contact

Parlons félins.

Nunzi aussi a son blog :

le  blog de Nunzi

485

Recherche

Challenges

Logo Sharon

Le Challenge animaux du monde  a débuté le 24 juillet2011. Pour vous inscrire et déposer vos billet, c'est ici .

Si vous cherchez des idées de lecture, vous en trouverez en cliquant

 

logo

  Le Challenge romans sous influences a débuté le 18 septembre. Pour vous inscrire et déposer vos billets, c'est ici .

N'oubliez pas la bibliographie

Leblanc

 

Arsène.

Pour le Challenge Maurice Leblanc , les inscriptions et le récapitulatif ont lieu ici .

 

moliere-1318954748

 

Le Challenge Molière est à durée illimitée lui aussi .

 

Lecture

Le Challenge Histoire de famille est à durée illimitée lui aussi. Venez déposer vos billets ici ou Là.

Jetez un coup d'oeil sur la bibliographie.

 

challenge Paris(1) Le Challenge Paris je t'aime est illimité dans le temps.

Mon profil Babelio

Mon profil sur Babelio.com

Hellocoton

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Sharon sur Hellocoton