Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 14:15

roulotte

 

La roulotte de Syl repasse par ici. Je prends le relais de Cécile, qui m'a donné les mots peur, liberté, beauté, dieu, pluie diluvienne à insérer dans cet épisode. Le voici :

 

- Du calme, du calme.

Un homme se détacha du groupe. Il paraissait assez âgé. Son visage était marqué de rides profondes, pourtant il se dégageait de son regard une infinie douceur.

- A moins que les pouvoirs de Clarence n’aient accru de manière considérable, il ne serait pas capable de métamorphoser ainsi les membres de sa milice. Je suis Perceval de Sermisy, prince des Soricis. Vous êtes ici sur notre territoire, sur lequel règne ma fille, la reine Cressilda. Qui êtes-vous ?

Sylphide s’avança, prête à prendre la parole, quand Zlatan l’arrêta d’un geste. Sylphide frémit. Et si tout ceci n‘était qu‘un guet-apens ? Si ces mystérieuses créatures n’étaient autre que des alliés des arachnéens ? Elle braqua sur lui son arquebuse miniature.

- Sylphide, lui sussura Zlatan, crois-tu vraiment qu’il soit nécessaire de montrer notre manque de cohésion ?

- Excusez-moi, dit le prince des chauve-souris en toussotant. Cette jeune femme, dit-il en désignant Cathy, toujours inconsciente, me semble mal en point. Ne serait-il pas mieux de la transporter au palais ? Il est tout proche et très vaste.

- Majesté…. commença un des gardes, plus grand et plus musclé que les autres. Le crâne rasé, marqué de tatouages, le nez cassé, les yeux brillants d‘un regardé halluciné, il semblait ne faire qu’un avec son arc.

- Toby, je sais que vous souhaitez uniquement protéger mes filles et mes petits-enfants. Je sais aussi que vos hommes risquent d’être pris de crampes. Quelle que soit leur capacité de concentration, j’ai peur qu’une flèche ne parte par accident. Et là, Toby, je ne saurai comment expliquer à ma fille aînée que nous avons maladroitement transpercé … des visiteurs pendant notre promenade. Je n’ai toujours pas entendu votre nom, s‘enquit-il auprès de Zlatan.

- Je suis Zlatan, roi des arachnéens, et cette jeune femme est Cathy-Rose de Plessis, reine des Lepidopteranus.

- J’ai toujours cru que l’existence de ces deux espèces était une légende, s‘exclama Perceval. Ne me dites pas que nous assistons à sa métamorphose ? Dépêchez-vous, formez un brancard et téléportez-vous jusqu’au palais. Le ciel se couvre et je crains qu’une pluie diluvienne ne s’abatte sur nous.

- Nous n’abandonnerons pas notre reine, s’exclama Gaston.

- Qui vous parle de l’abandonner ? Vous aussi, vous allez vous téléporter avec nous. Prenez-ma main et partons ». Il joignit le geste à la parole, et ils disparurent tous les deux, bientôt suivis par les gardes, emportant Cathy et chacun des membres de l’expédition.

 

Quand Cathy se réveilla, le lieu dans lequel elle se trouvait était plongé dans une semi-obscurité. Un instant, elle se demanda dans quel lit elle se réveillerait, quels draps la berceraient. Elle ouvrit les yeux et saperçut quelle lévitait au-dessus du lit.

- Grâce à Dieu, elle s’est réveillée.

Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah ! Le cri sortit de la gorge de Cathy. Elle battit des bras frénétiquement, avant de retomber sur le lit.

- Ne craignez rien Livia. Nos literies sont moelleuses et solides.

Cette petite voix aigüe lui était inconnue. Cathy tourna la tête dans sa direction. Une femme était assise dans un fauteuil. Elle semblait petite, et très maigre. Elle portait une grande robe sombre et brillante, ses cheveux étaient ramassés en un ample chignon. Comment pouvait-elle supporter d'attendre ainsi dans le noir ?

La jeune femme se leva et sassit sur le lit. Pourquoi Cathy était-elle étonnée ? Ce quelle avait pris pour de longues manches bouffantes étaient en réalité des ailes repliées.

 

- Je puis les rendre invisibles si je le veux, mais je nai pas envie de gaspiller une précieuse énergie. Nous sommes en guerre nous aussi. Cressilda de Sermisy, reine des Soricis, fille de Perceval de Sermisy et de feue la reine Margareth de Soricis. Je ne saurai dire à quel point je suis heureuse de faire votre connaissance. Quand j’étais enfant,

 

 

mon père nous racontait à Cassidie et moi la légende de votre peuple. Dire que ce conte est une réalité ! Je regrette que ma mère ne puisse le voir. Ne vous fatiguez pas, vous venez de vivre une épreuve particulièrement douloureuse.

- Vous êtes pourtant restée évanouie peu de temps, murmura Livia. Jamais un Lepidopteranus ne s’est métamorphosé aussi vite, ni n’avait obtenu de tels pouvoirs. Je vais vous servir un verre d’eau. Vous devez vous réhydrater.

A murmurer ainsi, Livia inquiétait fortement Cathy. L'épreuve avait donc été aussi atroce ? Elle n'en gardait aucun souvenir.

- Notre peuple a un avantage sur le vôtre, reprit Cressilda. Nous ne subissons pas de métamorphose. Nous vivons un apprentissage assez long et difficile du vol - ma sœur a usé la patience de presque toutes ses gouvernantes, sans compter ses professeurs et nous avons dû revoir l‘élasticité du plafond.

 

- Où sont les miens ? murmura Cathy. Livia était à ses côtés, elle ne semblait pas prisonnière. Cette obscurité la faisait frissonner.

- Ils sont dans l’antichambre, près à entrer dès que vous le souhaiterez.

- Gaston et Dominique montent la garde, précisa Livia

- Ils se seraient battus pour savoir qui prendraient le premier tour de garde, précisa Cressilda. Je les ai donc départagés en leur disant qu’ils n’avaient qu’à vous protéger en même temps. Si j’écoutais Toby, le chef de mes gardes, je vous priverai de liberté, je vous soumettrais à mes pouvoirs magiques afin de vous faire avouer je ne sais quel secret ou je vous forcerais à retourner d’où vous venez. Je tiens à préciser que si Toby s’inquiète autant pour moi, c’est qu’il est aussi mon mari et, bien entendu, le père de mes deux enfants.

Livia tendit le verre d’eau à Cathy, qui tendit aussitôt la main. Surprise, la jeune fille la regarda comme si cette main lui était étrangère. A la clarté des bougies, elle crut que ses doigts s’étaient affinés et que ses ongles étaient devenus plus fort, comme si elle s’était offert une manucure grand luxe. Cressilda claqua des doigts et la pièce s’illumina.

- Nous aussi, nous savons user de la magie.

Cathy retint un cri de terreur. Les yeux de la jeune reine étaient blancs, striés de fines veines rougeâtres.

- Je suis désolée de vous infliger ce spectacle, dit-elle, amère. Je m’y suis habituée et en dépit de l’état de mes yeux, je vois. Personne ne veut me croire, pas même mon garde du corps de mari, tellement chef de mes gardes qu’il n’a plus le temps d’être mon mari.

- Comment est-ce arrivé ? demanda Cathy.

- Difficile à dire, je suis née ainsi. Personne dans notre famille n‘est affligée de cette malformation, pas même mon cousin Clarence. Il a fomenté une rébellion contre moi et m’a envoyé un tueur. Je le lui ai renvoyé, ligoté, bâillonné et empaqueté par mes soins. Il a pu témoigner de la vivacité avec laquelle je lai maîtrisé. C’était bien mieux que de le tuer. Dire que Clarence n’est que le moindre de mes soucis, soupira la reine des Soricis .

 

- Puis-je les faire entrer, demanda Livia.

- J’aimerai avant, demanda timidement Cathy, me regarder dans un miroir.

- Impossible, dit la reine. Nos ennemis nous espionnaient grâce à eux, et ni moi ni nos mages n’avons encore trouvé de moyens de détruire ce sortilège.

- Alors faites entrer… tout le monde.

Les portes s’ouvrirent. Dominique et Gaston entrèrent les premiers, Aaron et Zlatan leur emboitaient le pas, suivis de

Marat, Elena, Jade, Eydan et Alex, qu’entouraient quatre hommes chauve-souris. Cathy ne put s’empêcher de frémir devant la laideur de l’un d’entre eux. Il était plus grand que les autres, particulièrement musclé et ses yeux charbonneux semblaient lui lançaient des éclairs . Était-ce pour se rendre plus effrayant ? Son crâne était entièrement rasé et couvert de tatouages. Contrairement aux autres qui se tenaient à distance respectueuse, il s’approcha de la reine et se plaça près d’elle, protecteur. Cathy comprit sans peine qu’il devait être le dénommé Toby. Peut-être sa laideur était-elle correspondait-elle aux critères de beauté des soricis. Que pouvait-elle en dire ? Devant elle, les arachnéens la regardaient avec des yeux exorbités. A croire qu’au lieu de s’être métamorphosé, il lui était poussé un bouton sur le nez. Elle en était là de ses sombres réflexions quand elle entendit la reine des chauve-souris s’éclaircir la voix et déclarer :

 

- Moi, Cressilda Margareth de Sermisy mettra tout en œuvre pour aider les Lepidopteranus et les Arachnéens dans leur quête.

 

 La suite la semaine prochaine... Je laisse à Liliba les mots suivants :

citrouille, bougie, faim, rivière et franchise 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

somaja.over-blog.com 21/02/2011 22:25


C'est tout simplement GENIAL !!!!! Super bien écrit, palpitant, avec des descriptions aux petits oignons !
Merci aussi de m'avoir épargné la description de la métamorphose. Apparemment Cathy n'a pas souffert, mais ça ne devait quand même pas être beau...


strawberry 21/02/2011 16:41


Coucou Nina ^^

une nouvelle semaine qui commence,je reprends le travail ce soir

très douée en écriture,je ne sais pas écrire.
Il neige par chez moi grrrr
gros bisoux @+ tard kiss.


Sharon 22/02/2011 21:16



Coucou Cindy et merci !


Bon courage pour la reprise. Il neige !!??? Pourvu qu'il ne neige pas non plus en Normandie !


Il y a encore quatre ans, je n'aurai pas écrit non plus. C'est un ami qui m'a un peu "mis au pied du mur" et j'ai commencé à écrire pour son site des critiques de cinéma, puis je suis passée,
après la fermeture de son site, au critique de livres. Pour l'écriture pure et dure, je dois dire que c'est sans doute le plus difficile, car le plus personnel.


Gros bisous,


@ bientôt



Cess 21/02/2011 00:51


si si meme de l'Argentine je pouvais pas louper la suite de Cathy!


Sharon 22/02/2011 20:51



Merci pour ta visite ! Je suis très touchée.



Syl. 20/02/2011 18:30


J'avais supprimé ton "ses" dans ma lecture. Heureusement que notre correctrice Argentine veille !


Sharon 20/02/2011 19:49



Heureusement, car mes correcteurs français (sur le traitement de texte et le blog) ne veulent pas fonctionner.


 



Cess 20/02/2011 16:23


Hiiiiii j'adooooooooore!!
Je suis fan je suis fan!!
Bravo!!!! J'aime!
Il manque un mot Apres "ses" dans la description de toby à la fin je crois.


Sharon 20/02/2011 16:30



Merci beaucoup Cess ! Ne me dis pas que tu m'as lu depuis l'Argentine !!!!


Flûte alors, moi qui avais cru reconstituer entièrement le puzzle : je pars à la recherche du mot manquant.


Edit : ce n'était pas un mot, c'étaient plusieurs.



Présentation

  • : le.blog.de.sharon.over-blog.com
  • le.blog.de.sharon.over-blog.com
  • : J'ai crée ce blog pour partager mes lectures. Mes goûts me portent plutôt vers le roman policier.
  • Contact

Parlons félins.

Nunzi aussi a son blog :

le  blog de Nunzi

485

Recherche

Challenges

Logo Sharon

Le Challenge animaux du monde  a débuté le 24 juillet2011. Pour vous inscrire et déposer vos billet, c'est ici .

Si vous cherchez des idées de lecture, vous en trouverez en cliquant

 

logo

  Le Challenge romans sous influences a débuté le 18 septembre. Pour vous inscrire et déposer vos billets, c'est ici .

N'oubliez pas la bibliographie

Leblanc

 

Arsène.

Pour le Challenge Maurice Leblanc , les inscriptions et le récapitulatif ont lieu ici .

 

moliere-1318954748

 

Le Challenge Molière est à durée illimitée lui aussi .

 

Lecture

Le Challenge Histoire de famille est à durée illimitée lui aussi. Venez déposer vos billets ici ou Là.

Jetez un coup d'oeil sur la bibliographie.

 

challenge Paris(1) Le Challenge Paris je t'aime est illimité dans le temps.

Mon profil Babelio

Mon profil sur Babelio.com

Hellocoton

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Sharon sur Hellocoton