Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 février 2011 4 17 /02 /février /2011 10:23

faute-de-preuve.jpg

Titre : Faute de preuves.

Auteur : Harlan Coben.

Editeur : France Loisirs.

Nombre de pages :  439

 

 

Quatrième de couverture :

 

 

Wendy, célèbre journaliste dans une émission de télé-réalité, piège en direct des prédateurs sexuels. Quand elle coince Dan mercer, tous les faits accablent cet assistant social responsable d’adolescentes en difficulté. Pire encore, il est même soupçonné de meurtre.

Pourtant, Wendy le sent, quelque chose cloche. Et si elle s’était trompée ? Si Dan était innocent ? Elle décide alors de mener sa propre enquête. Peu à peu, ses investigations m’entraînent dans le passé de Dan, à l’université de Princeton, lorsqu’il partageait sa chambre avec quatre copains inséparables…

Secrets du passé, disparitions, complots machiavéliques, manipulations sur le Net : Wendy n’aurait jamais pu imaginer tout ce qu’elle s’apprête à découvrir. Mais elle est allée trop loin. Bientôt, le danger rôde et se rapproche, inexorablement.  

 

Mon avis :  

 

J’ai lu ce livre hier soir, d’une traite, et j’ai voulu laisser passer la nuit, afin de mieux cerner mon ressenti.

 

Je reconnais des qualités à ce roman : l’intrigue nous tient constamment en haleine, les rebondissements sont très nombreux et l’épilogue est pour le moins surprenant (ne le lisez surtout pas avant de commencer le livre). Il parle d’un sujet d’actualité : la traque des pédophiles. Il montre aussi les conséquences de la crise aux Etats-Unis via les membres du club des pères. Les personnages sont relativement intéressants car ils ont chacun leur part d’ombre, plus ou moins importante. J’aurai aimé que certains personnages secondaires soient davantage approfondis, comme Ariana Nasbro, au lieu de la voir simplement à travers le regard rempli de haine de Wendy.

 

Les personnages sont nuancés, donc, mais les nuances n’existent pas pour Wendy, la narratrice. Les gens sont bons ou mauvais, point, ils n‘ont aucune possibilité de changer, de se racheter. Au début du roman, elle est incapable d‘aller au-delà des apparences. Elle sera bien forcée d‘évoluer.

 

 

Maintenant, je trouve qu’Harlan Coben exploite toujours les mêmes thèmes. Les secrets du passé reviennent hanter notre présent (voir toute la série des Myron Bolitar) Que savons-nous réellement de nos enfants ? (Sans un mot et Promets-moi, ou encore la plupart des romans de Myron Bolitar) Après les pharm party, c’est l’alcoolisation des jeunes, parfois avec la bénédiction de leurs parents, que décrit ce roman. Il parle aussi de la vengeance (comme dans Temps mort) ou des conséquences à se faire justice soi-même (Sans un mot).

 

 

Avec la vengeance, nous trouvons son contraire, le pardon. Je n'aime pas ce concept dans un roman policier, car, dans un premier temps, il substitue un concept religieux à celui de justice. Harlan Coben nous montre comment ces personnages s'accommodent de cette notion. Pour Christa, pardonner est le résultat d‘un cheminement intime; Elle montre sa capacité à dépasser sa colère, sa haine, pour ramener les faits à leur juste mesure. Elle est le contraire des personnages vindicatifs des romans traditionnels, et ce personnage, en une seule apparition magistrale, est remarquable. Dan, lui, a cherché avant tout à se racheter et à donner un sens à sa vie. Sa dernière phrase (un peu pontifiante ? est d'ailleurs : je vous pardonne). Pour d’autres, pardonner revient à fermer les yeux sur l’innommable. A ce compte, chacun pourrait régler ses petites affaires entre eux, et ne pas avoir recours à la justice. Attention danger.

 

 

C’est également ce que j’ai ressenti avec Wendy, journaliste d’investigation. Je ne pense pas que ce genre de reportage serait possible en France. Wendy se substitue littéralement à la police et traque les pédophiles avec des preuves bien minces. Naïve, Wendy ? Oui, elle est tellement certaine de son bon droit qu’elle se fit à un mail anonyme, des rumeurs sur internet, et n’hésite pas à mettre en lumière un soi-disant pédophile sans que la police (la vraie) ait fait son enquête et sans que le tribunal ait rendu son jugement. C’est l’occasion pour l’auteur de montrer à nouveau les dangers d’internet, en de longues explications pesantes, comme si ces lecteurs ne savaient pas se servir des réseaux sociaux (autre point commun avec Sans un mot).

 

 

Clin d’œil à l’ensemble de son œuvre, quelques personnages phares de la série Myron Bolitar font leur apparition : Win, ex-amant de Wendy, Big Cindy, Terese Collins ou encore Hester Crimstein.

 

Faute de preuves reste un thriller solide, capable de tenir son lecteur en haleine, mais comme j’aimerai qu’Harlan Coben renouvèle son inspiration !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

La publivore 02/05/2011 22:56


Au moins, nous sommes d'accord sur l'analyse !
De mon côté, j'ai attendu un peu avant de chroniquer ce roman, du coup, ma colère a du redescendre un petit peu :)


Sharon 04/05/2011 14:16



Certaines chroniques ont du mal à entendre. Quand vraiment je n'ai pas apprécié un livre - surtout quand j'en attendais beaucoup - il faut que je l'écrive tout de suite, sinon, je ne parviens pas
à passer à un autre livre.



La publivore 02/05/2011 13:35


Belle chronique, bien construite ! De mon côté, j'ai été plus lapidaire ... Sans doute est-ce dû à ma déception. J'ai trouvé ce thriller trop plat !


Sharon 02/05/2011 18:51



Merci beaucoup.


Je crois que la taille de ma critique vient avant tout de l'ampleur de ma déception. Je l'ai rédigé dans la foulée, encore déçue (et en colère aussi pour certains points) de ma lecture.



Syl. 18/02/2011 11:57


Je le prendrai pour valider ma sélection du prochain trimestre !


Sharon 18/02/2011 12:24



Je crois que j'ai dû me précipiter dessus dès sa sortie (comme pour Sans laisser d'adresse). Ainsi, je n'ai plus à les lire en anglais.



Céline72 17/02/2011 14:37


Effectivement, l'intrigue doit bien tenir en haleine vu que tu l'as vite terminé.
Vu que j'ai bien aimé "Sans un mot" je me tenterai celui-ci.
Merci pour cette belle critique. Bonne journée.


Sharon 17/02/2011 15:29



Merci Céline !


Ce roman est vraiment dans la lignée de Sans un mot.


Bonne journée.



Présentation

  • : le.blog.de.sharon.over-blog.com
  • le.blog.de.sharon.over-blog.com
  • : J'ai crée ce blog pour partager mes lectures. Mes goûts me portent plutôt vers le roman policier.
  • Contact

Parlons félins.

Nunzi aussi a son blog :

le  blog de Nunzi

485

Recherche

Challenges

Logo Sharon

Le Challenge animaux du monde  a débuté le 24 juillet2011. Pour vous inscrire et déposer vos billet, c'est ici .

Si vous cherchez des idées de lecture, vous en trouverez en cliquant

 

logo

  Le Challenge romans sous influences a débuté le 18 septembre. Pour vous inscrire et déposer vos billets, c'est ici .

N'oubliez pas la bibliographie

Leblanc

 

Arsène.

Pour le Challenge Maurice Leblanc , les inscriptions et le récapitulatif ont lieu ici .

 

moliere-1318954748

 

Le Challenge Molière est à durée illimitée lui aussi .

 

Lecture

Le Challenge Histoire de famille est à durée illimitée lui aussi. Venez déposer vos billets ici ou Là.

Jetez un coup d'oeil sur la bibliographie.

 

challenge Paris(1) Le Challenge Paris je t'aime est illimité dans le temps.

Mon profil Babelio

Mon profil sur Babelio.com

Hellocoton

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Sharon sur Hellocoton