Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 février 2012 7 19 /02 /février /2012 02:09

2990od.jpgEdition J’ai lu – 125 pages.

 

Merci à Liyah de nous avoir fait partager ce livre.

Merci à Asphodèle - (Les livres du jardin d'Asphodèle) qui me l'a fait parvenir.


Mon résumé :

 

Gillian Bauer visite Paris.  La vue d’une statue la replonge vingt-cinq ans en arrière. Etudiante en troisième année, elle tombe amoureuse de son professeur Andre Harrow. Repoussant les limites, le charismatique professeur demande à ses élèves d’écrire leur journal intime et de le lire en cours. Jusqu’où peut-on aller pour se faire aimer ?

logo

 

Challenge Romans sous influence organisé par moi-même et George.

 

Mon avis :

 

Il s’agit du troisième roman de Joyce Carol Oates que je lis et je trouve toujours cette écriture aussi forte, aussi dérangeante. Peu de pages, pourtant elles sont marquantes.


Gillian est fascinée par le couple sulfureux que forment André Harrox et Dorcas, son épouse sculptrice d’origine française. Ses camarades de résidence le sont également, à des degrés divers. Je ne peux m’empêcher de penser que ses filles devaient être dans un profond désarroi affectif pour se laisser séduire par ce professeur dont le physique est (à mes yeux) repoussant. Les garçons existent pourtant, il est vaguement question d’eux, les autres professeurs aussi enseignent mais ils restent tous à la lisière de ce roman.


Abus d’autorité, abus physique, abus moraux – rien n’est épargné à ses frêles étudiantes qui n’ont qu’un but : être admirée et aimée. Ce ne sont pas des lolitas à la Nabokov, elles ont encore une part d’innocence et de cruauté liées à leur jeunesse et à leur inexpérience. Toute étudiante trop fragile pour résister à ce que le professeur et sa femme leur a imposer quitte le campus et est très rapidement oublié. Il ne s’agit pas là de résilience, plutôt du soulagement ressenti après le départ d’une rivale et la volonté de ne pas, de ne surtout pas savoir.


Ce roman montre le pire des années 70 (drogue, amour libre, expérience sexuel), et le meilleur reste en dehors du roman. Je retrouve dans ce roman les thèmes que j’avais déjà rencontré dans Petite sœur mon amour ou Fille noire, fille blanche : le père qui pousse son enfant à la compétition et ne l’aime que s’il gagne, les incendies mystérieux (feu purificateur ?) qui ravage le campus, rupture voulue avec la famille.


Si l’intertextualité est présente avec les œuvres de DH Lawrence, elle l’est aussi avec l’utilisation des Métamorphoses d’Ovide. Pour André, l’extrait choisi fait ressortie la bestialité de l’homme et l’anéantissement de la femme. Il aurait simplement dû ne pas montrer à sa proie la manière de reprendre le dessus. En effet, Gillian, si lisse, si banale, oppose une légère résistance, quasi invisible, au professeur. Je vous le concède, après toutes les humiliations qu’elle  subit, cette résistance paraît vraiment minime, pourtant, elle est réellement là.


Les conséquences sont dévastatrices, et les séquelles sont toujours présentes, vingt-cinq ans plus tard. Une telle histoire de nos jours serait-elle encore possible ? J’espère bien que non. 

 

challenge-oates-version-2012.jpg

Challenge Joyce Carol Oates

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

christian jannone 06/06/2012 22:36

Vous aimez l'innocence mâtinée de cruauté ? Voyez le personnage d'Adelia O'Flanaghan dans "le Trottin", un roman érotico-saphique, sadique et gothique publié en 1890 par la poétesse opiomane et
décadente Aurore-Marie de Saint-Aubain (1863-1894). Je vous recommande la scène où cette marie-salope de 14 ans (terme d'époque utilisé par Maupassant) se fait tatouer un dragon par des geishas
lesbiennes.

Astrid 04/04/2012 11:10

Je viens de le terminer et je suis un peu mal à l'aise pour en parler je l'ai trouvé très malsain. Mon billet paraitra demain.
Bonne journée

Sharon 04/04/2012 19:12



Je suis d'accord avec toi, ce livre est très malsain.


Bonne journée à toi aussi.



Manu 03/03/2012 14:49

J'ai découvert JCO avec ce roman et depuis, elle m'a rarement déçue !

Sharon 06/03/2012 10:11



Pareil pour moi : c'est le troisième roman d'elle que je lis et j'aime toujours autant.



unepauselivre 25/02/2012 10:24

Je le note vu ton billet mais je choisirai le bon moment pour le lire celui-ci.

Sharon 25/02/2012 13:54



Difficile de trouver le bon moment pour lire un tel livre.



strawberry 20/02/2012 16:27

je connais de nom l'auteur, mais jamais lu.Il a l'air bien!

Sharon 20/02/2012 19:47



Il est assez éprouvant à lire : la violence psychologique du professeur se fait bien sentir.



Présentation

  • : le.blog.de.sharon.over-blog.com
  • le.blog.de.sharon.over-blog.com
  • : J'ai crée ce blog pour partager mes lectures. Mes goûts me portent plutôt vers le roman policier.
  • Contact

Parlons félins.

Nunzi aussi a son blog :

le  blog de Nunzi

485

Recherche

Challenges

Logo Sharon

Le Challenge animaux du monde  a débuté le 24 juillet2011. Pour vous inscrire et déposer vos billet, c'est ici .

Si vous cherchez des idées de lecture, vous en trouverez en cliquant

 

logo

  Le Challenge romans sous influences a débuté le 18 septembre. Pour vous inscrire et déposer vos billets, c'est ici .

N'oubliez pas la bibliographie

Leblanc

 

Arsène.

Pour le Challenge Maurice Leblanc , les inscriptions et le récapitulatif ont lieu ici .

 

moliere-1318954748

 

Le Challenge Molière est à durée illimitée lui aussi .

 

Lecture

Le Challenge Histoire de famille est à durée illimitée lui aussi. Venez déposer vos billets ici ou Là.

Jetez un coup d'oeil sur la bibliographie.

 

challenge Paris(1) Le Challenge Paris je t'aime est illimité dans le temps.

Mon profil Babelio

Mon profil sur Babelio.com

Hellocoton

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Sharon sur Hellocoton