Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mars 2012 7 25 /03 /mars /2012 16:50

Black.jpg

édition Asphalte - 125 pages.

 

Merci à Newsbook et aux éditions Asphalte pour ce partenariat.

Logo Partenariats News Book

 

Quatrième de couverture :

 

En plein centre de Rio, Michael, jeune Noir américain passionné de jazz et de basket, se fait kidnapper par les membres d’un gang. Détenu dans l’univers angoissant d’une favela, sur fond de guerre de factions, la victime va se faire l’observateur de ce monde inconnu et se lier peu à peu à deux de ses ravisseurs : Musclor, le chef du gang, qui rêve de devenir un rapper célèbre, et Jo, sa petite amie accro au funk, qui dévoile le quotidien d’une jeune femme de seize ans dans la favela. La musique comme passion commune, ces trois personnages vont aller de fantasmes en résignations, de terreurs en rêves.

 

Mon avis :

 

Quand j'ai vu ce partenariat, proposé par Newbook, j'ai tout de suite posé ma candidature car j'étais attirée par le sujet. Je ne le regrette pas même s'il est peu question de musique.

Un sujet aussi fort ne pouvait admettre qu'un traitement fort, brutal parfois, et l'auteur ne s'en prive pas, avec justesse. Trois narrateurs se répartissent le récit, chacun avec son langage particulier. D'abord, Michael, jeune noir américain relativement aisé. Il arrive dans ce monde des clichés pleins la tête et se heurte à une réalité qu'il ne peut comprendre. Les armes ? Il n'en avait jamais vu. Une fille aussi "sexuée" que Jo ? Non plus. Il n'a pas conscience des véritables enjeux de ce qui se joue autour de lui, ni des risques qu'il prend. Sa condition d'otage, il nous la raconte pourtant, sans rien omettre de ces petits détails quotidiens et intimes que l'on peut facilement oublier, vu de l'extérieur.


Musclor, son ravisseur, n'a même pas les mots pour le dire, donc il l'écrit et le rappe. Il n'a pas non plus choisi ce genre musical, il est le seul qu'il connaisse, le seul qui lui permette de verbaliser sa violence et l'ambiguïté de ses désirs. Lui aussi est rempli de clichés face à ce jeune noir (à son grand étonnement : il ne pensait pas qu'un noir pouvait appartenir à une famille aisé) et de la confrontation de ses deux points de vue ne pouvaient naître que l'incompréhension.


Dernière narratrice : Jo. Brutalement, je dirai qu'elle a les mots, mais pas la syntaxe. Même si ce qu'elle dit est violent, vulgaire, et peut choquer, je n'ai garde d'oublier que ce livre s'adresse à un public adulte, et non à des adolescents. La réalité de son langage n'est pas plus choquante que la réalité de cette gamine - elle a seize ans - qui a le détachement de celles qui ont trop vu, trop souffert. L'avenir ? Il n'est même pas incertain, il est inexistant.

Pas de point de vue externe dans ce livre qui pourrait nous faire sortir de ce huit-clos où le danger suinte des murs et des mots. Certes, lors du prologue, nous avons bien eu, pendant un cours moment, un point de vue extérieur à ce qui se passait, quasiment une reconstitution journalistique. La seule chose certaine qui en découle est que l'incompréhension n'est pas l'apanage des kidnappeurs.


Arthur Dapieve décrit avec précision la réalité des favelas. La postface qui mon montre la réalité actuelle est tout aussi glaçante.

 

challenge-Des-notes-et-des-mots-2

Défi des notes et des mots

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Céline72 26/03/2012 13:32

Je passe également mon tour sur ce livre.
P.S.: j'espère que tes chats vont aller mieux normalement il devrait pas avoir de soucis puisqu'ils sont une bonne maman ;)

Bon après-midi !

Sharon 26/03/2012 16:00



Merci Céline : j'espère aussi mais ils sont de constitution fragile et quoi que je fasse pour eux, je ne peux pas changer grand chose à ce sujet.


Bon après-midi à toi aussi.



unepauselivre 25/03/2012 22:52

Je passe mon tour sur cette lecture.

Sharon 26/03/2012 06:44


Merci pour ta visite en tout cas.


Anne 25/03/2012 22:21

Elle va bien, elle est assez cool et très caline en fait, mais ne se laisse pas faire. Les deux autres s'y font petit à petit... le poil vole parfois :)

Sharon 26/03/2012 06:43



Tant mieux : il ne faut pas non plus qu'elle se laisse faire. Moi, c'est Chablis qui perd ses poils (pas de bataille, non, mais monsieur stresse de ne plus pouvoir sortir).



Anne 25/03/2012 21:38

Tu recueilles des chats de favelas... :)

Sharon 25/03/2012 21:54



Pas encore, pas encore : Chablis est en plein concert, j'ai peur que ses oreilles ne lui fassent mal, il essaie activement d'ôter sa colerette. J'espère que Plume va bien (et les deux autres
aussi).



Syl 25/03/2012 18:58

Ca me tord le ventre !

Sharon 25/03/2012 18:59



Oui, mais pour moi, s'occuper de chats malades est mon quotidien depuis 24 ans. Par rapport à d'autres cas, elle est presque en bonne santé. Presque.



Présentation

  • : le.blog.de.sharon.over-blog.com
  • le.blog.de.sharon.over-blog.com
  • : J'ai crée ce blog pour partager mes lectures. Mes goûts me portent plutôt vers le roman policier.
  • Contact

Parlons félins.

Nunzi aussi a son blog :

le  blog de Nunzi

485

Recherche

Challenges

Logo Sharon

Le Challenge animaux du monde  a débuté le 24 juillet2011. Pour vous inscrire et déposer vos billet, c'est ici .

Si vous cherchez des idées de lecture, vous en trouverez en cliquant

 

logo

  Le Challenge romans sous influences a débuté le 18 septembre. Pour vous inscrire et déposer vos billets, c'est ici .

N'oubliez pas la bibliographie

Leblanc

 

Arsène.

Pour le Challenge Maurice Leblanc , les inscriptions et le récapitulatif ont lieu ici .

 

moliere-1318954748

 

Le Challenge Molière est à durée illimitée lui aussi .

 

Lecture

Le Challenge Histoire de famille est à durée illimitée lui aussi. Venez déposer vos billets ici ou Là.

Jetez un coup d'oeil sur la bibliographie.

 

challenge Paris(1) Le Challenge Paris je t'aime est illimité dans le temps.

Mon profil Babelio

Mon profil sur Babelio.com

Hellocoton

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Sharon sur Hellocoton